#法语新闻用语

Journal en français facile 04/02/2019 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Loïc Bussières : 21h à Paris, 1h de moins en temps universel. Bonsoir et bienvenue si vous nous rejoignez pour cette nouvelle édition de votre Journal en français facile. Sébastien Duhamel est à mes côtés pour vous présenter cette édition. Bonsoir Sébastien.

Sébastien Duhamel : Bonsoir.

LB : À la une : Juan Guaido reconnu par 11 pays de l’UE, France et Allemagne en tête comme président par intérim du Venezuela. Juan Guaido qui vient de prendre la parole pour remercier ses soutiens. Vous l’entendrez.

SD : Un autre Président, à la une de l’actualité, Donald Trump dont l’agenda privé dévoilé ce week-end laisse rêveur nombre d’observateurs. C’est ce que nous dira Eric de Salves.

LB : Et puis cette décision de justice en Hongrie, 8 ans après le plus grave accident industriel du pays. 10 personnes sont condamnées après le scandale des boues rouges. Les explications dans ce journal.

-----

SD : Tout d’abord la situation au Venezuela et cette déclaration du chef de la diplomatie américaine.

LB : Mike Pompeo qui se félicite de la reconnaissance de Juan Guaido par plusieurs pays européens. En l’occurrence 11 d’entre eux, France, Allemagne et Royaume-Uni en tête, qui reconnaissent donc celui qui s’est autoproclamé Président par intérim après avoir exigé de l’actuel Chef de l’État, Nicolas Maduro, l’organisation d’une élection présidentielle. Une demande restée lettre morte. Une nouvelle fois aujourd’hui, Juan Guaido a pris la parole pour remercier justement ses alliés européens. Devant le parlement, dont il est également le président, il a également rappelé l’urgence absolue de faire entrer l’aide humanitaire dans son pays. Et il s’en est pris à Nicolas Maduro qui encore une fois a refusé cette aide. On l’écoute.

« Il faut que l’aide humanitaire puisse arriver, soldat de la patrie ! Pour ta maman, ta sœur, pour ta fille, pour ton peuple. Entre 250 et 300 mille Vénézuéliens risquent actuellement de mourir. Si pendant cette première phase d’urgence nous n’arrivons pas à faire entrer l’aide dans le pays, c’est de les condamner à mort. L’une des bonnes nouvelles de cette journée c’était l’annonce de l’Allemagne qui débloque 16 millions d’Euros pour nous envoyer de l’aide humanitaire. Et le Canada : Justin Trudeau a annoncé aujourd’hui 53 millions de dollars supplémentaires. Pourtant hier, l’occupant du palais présidentiel a rejeté l’aide humanitaire ! Il dit que c’est de la mendicité ! Hier, il a nié que des enfants meurent de faim, alors qu’on nous avons besoin d’urgence de suppléments alimentaires ! Comment nier la crise de l’hôpital pédiatrique le plus importât du Venezuela ? Comment nier la crise pour les patients qui souffrent d’une insuffisance rénale ? Il y a beaucoup de méchanceté… »

SD : Un nouveau Président au Salvador, c’est Nayib Bukélé, le candidat du parti conservateur « Grande alliance pour l’unité ».

LB : Ses deux principaux concurrents ont reconnu la victoire de celui qui devient le premier centriste à diriger le plus petit pays d’Amérique Centrale. Nayib Bukele, qui s’est imposé dès le premier tour, devient le sixième président salvadorien depuis la fin, en 1992, de la guerre civile. Il s’est donné pour mission de rompre avec la violence des gangs criminels et la misère qui touche son pays.

SD : Aux États-Unis, le président s’appelle Donald Trump et son agenda de début de semaine n’est manifestement pas surchargé.

LB : Alors que la Maison-Blanche est logiquement en pleins préparatifs du discours annuel du Président sur l’état de l’Union, ce sera demain mardi. Des documents publiés ce week-end par le site d’info Axios lèvent le voile sur l’emploi du temps privé de Donald Trump. Selon ces documents, sur les trois derniers mois, Donald Trump consacre de longues heures a des activités non spécifiées, Eric de Salves.

C’est un employé de la Maison-Blanche qui a fait fuiter cet emploi du temps interne bien diffèrent de celui diffusé chaque jour aux médias. Selon cet agenda présidentiel, Donald Trump se lève très tôt, mais que fait-il une fois réveillé ? Le président consacre les 5 premières heures de chacune de ses journées à l’« executive time » du « temps exécutif » formule très vague au contenu non spécifié et qui pose question. D’autant qu’au total selon Axios, sur les trois derniers mois, cet « executive time » représenterait 60 % du temps de travail présidentiel. Entre 8h et 11h du matin, Donald Trump est à la tache dans le bureau oval répond la Maison-Blanche sauf qu’après vérification auprès de six sources, Axios affirme que le président ne serait en fait jamais dans le bureau ovale durant cette tranche horaire. Selon le site d’information, Donald Trump passerait plutôt ces matinées devant la télévision. D’ailleurs lui-même ne s’en cache pas, il a plusieurs fois dit regarder Fox News tous les jours et sur Twitter le président réagit souvent en temps réel à ce qui se dit sur sa chaîne préférée. En tout cas, l’entourage de Donald Trump fulmine « faire fuiter les emplois du temps est un abus de confiance honteux » réagit l’une de ses proches sur twitter en précisant que durant cet executive time, Donald Trump passe beaucoup de temps au téléphone avec ses collaborateurs et les grands de la planète et ce travail, dit-elle, ne se voit pas forcément dans son emploi du temps.

SD : Au Brésil, le bilan s’alourdit après la rupture d’un barrage minier dans le sud-est du pays.

LB : Il passe ce lundi de 121 à 134 morts et près de 200 disparus. Un porte-parole des pompiers a par ailleurs admis devant la presse qu’il était possible que certains corps ne soient pas retrouvés dans la marée de boue de résidus miniers qui s’est déversée le 25 janvier.

SD : 21h à Budapest. En Hongrie, c’était il y a tout juste 8 ans, le 4 octobre 2010, le pays connaissait le plus grave accident industriel de son histoire.

LB : La digue d’un réservoir de déchets toxiques produit par une usine d’aluminium s’effondrait au nord-ouest du pays. Une gigantesque coulée de boues rouges faisait 10 morts et entraînait une grave pollution du Danube et de ses affluents. Après 8 ans de procès, un tribunal hongrois a condamné aujourd’hui 10 personnes, dont l’ancien directeur de l’usine. Florence Labruyère. 

Lors d’un premier procès en 2016, le tribunal avait relaxé les prévenus, estimant qu’ils n’étaient pas responsables. Mais une cour d’appel a ordonné un nouveau procès. Et le tribunal de Gyôr, à l’ouest de la Hongrie, vient de rendre un jugement en première instance. L’ancien directeur de l’usine, Zoltan Bakonyi, écope de 2 ans et demi de prison ferme. Son adjoint est condamné à 2 ans de détention tandis que les autres prévenus reçoivent des peines avec sursis. Tous sont reconnus responsables d’homicides par négligence, et d’atteinte aux biens publics et à l’environnement. Mais l’État, qui était chargé de vérifier les installations de l’usine et qui a délivré, année après année, des permis de fonctionnement, n’a pas été inquiété par la justice. 8 ans après la catastrophe des boues rouges, malgré des centaines de millions d’euros investis dans la dépollution, des centaines d’hectares restent interdits à la culture. La plupart des habitants ont été relogés à quelques kilomètres des villages sinistrés. Mais des dizaines d’entre eux ont refusé de revenir vivre dans la région.

SD : L’actualité en France où Emmanuel Macron participe ce soir à une réunion publique en région parisienne dans le cadre du grand débat national.

LB : C’est son premier déplacement en banlieue dans ce contexte. Il est notamment revenu sur la question du droit de vote des étrangers affirmant qu’il préférait favoriser l’accès à la nationalité française plutôt que d’accorder ce droit lors des élections locales.

SD : Un nouvel épisode, dans l’affaire Benalla. Après la diffusion d’un enregistrement d’une conversation de l’ancien chargé de mission à l’Élysée et de l’ancien chef de la sécurité du parti présidentiel Vincent Crase. Le parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire et lance une perquisition à Mediapart qui a diffusé les enregistrements. Le média en ligne a refusé cette perquisition au nom du secret des sources. Les suites de l’enquête sur la disparition d’Emiliano Sala.

LB : L’avion du footballeur a été retrouvé au fond de la Manche à près de 70 m de fond. Des images vidéo ont permis de repérer un corps dans les restes de l’appareil. Emiliano Sala et son pilote ont disparu le soir du 21 janvier au-dessus de la Manche, à une vingtaine de kilomètres au nord de l’île anglo-normande de Guernesey.

SD : La disparition d’un autre sportif, ancienne gloire du saut à skis dans les années 1980.

LB : Le Finlandais Matti Nykänen était célèbre pour ses performances sportives, mais aussi pour ses déboires loin des tremplins. Son portait, Hugo Moissonnier.

Avec sa tignasse bonde et son petit gabarit, Matti Nykänen savait s’envoler comme personne, quitte à se brûler les ailes. C’est dans les années 80 qu’il atteint son apogée. Il décroche deux médailles, une en or, une autre en argent à l’occasion des Jeux d’Hiver de Sarajevo en 1984. Quatre ans plus tard, c’est la consécration à Calgary, au Canada. Intouchable, Nykanen remporte les trois épreuves de saut à skis au programme. À ses succès olympiques, il faut ajouter six titres de champion du monde, 46 victoires en Coupe du Monde et quatre Globes de cristal. Son palmarès donne le vertige, sa popularité est immense dans son pays. Mais l’un des meilleurs sauteurs à skis de l’histoire est aussi un drôle d’oiseau de nuit, le Georges Best Finlandais, comme le grand footballeur nord-irlandais des années 60, Matti Nykanen aime l’alcool et la fête. L’argent vient rapidement à manquer, il doit vendre ses médailles. Ses tentatives de reconversion seront nombreuses comme ses mariages. Il connaîtra un certain succès en tant que chanteur dans les années 90, mais l’atterrissage sera brutal dans les années 2000. Nykanen passe deux fois par la case prison, accusé d’avoir poignardé un ami puis d’avoir frappé sa femme. Diabétique, il s’est éteint à l’âge de 55 ans, les causes exactes de sa mort ne sont pas encore connues.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias