#法语新闻用语

Jeu de Paume

mots-actu_j.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

« C’est mon patrimoine »… Une opération culturelle faite pour mettre les jeunes en relation directe avec l’histoire de leur ville ou leur région. Ainsi, grâce à RFI, on apprend que le Jeu de Paume du Château de Fontainebleau est activement visité !

Un jeu bien oublié aujourd’hui, mais a eu une popularité immense, surtout en France, depuis le moyen-âge jusqu’au 19e siècle.

Ce jeu, puisqu’à son époque, on parlait encore bien peu de sport – l’émergence du sport a d’ailleurs plus ou moins correspondu au crépuscule du jeu de Paume – a non seulement une mémoire culturelle, mais une mémoire linguistique incroyablement féconde. Très nombreuses en effet sont les expressions, encore bien vivantes en français d’aujourd’hui, qui en dérivent !

Pour les proverbes par exemple : Jeu de main, jeu de vilains, dit-on souvent pour empêcher notamment les enfants de se battre. Le sens premier est tout différent : les vilains, en ancien français sont les pauvres, et notamment les paysans. Ceux en tout cas qui n’avaient pas de quoi s’offrir une raquette. Ils jouaient donc à la main, à la paume, alors que, malgré son nom, le jeu s’est très vite joué en frappant la balle d’un instrument.

La bonne société partageait donc avec le peuple le plaisir du jeu de paume, et les bons joueurs étaient appréciés, ce qui n’excluait pas les effets destinés à s’attirer quelque admiration ; ainsi grâce à quelques coups remarquables, on pouvait épater la galerie, c’est-à-dire les spectateurs.

Les coups et les positions, qui généraient un vocabulaire particulier, ont aussi connu un destin spécial en français : on tombe à pic par exemple, c’est à dire à point nommé, juste au bon moment, et en général quand on ne s’y attend pas. Et une balle tombe à pic à la paume lorsqu’elle tombe juste auprès du mur du fond ! Elle tombe disait-on à chasse pic. La chasse est aussi un terme central du jeu. De les expressions « Qui va à la chasse perd sa place ! » ou même un chassé-croisé, c’est-à-dire un échange de place ou de situation, ou même un rendez-vous manqué de peu, comme si l’on s’était croisé sans se voir. Quant aux enfants de la balle c’était ceux des responsables de salle, qui jouaient depuis l’enfance. Et comme ces salles servaient souvent également de lieu de représentations théâtrales, la formule a glissé pour désigner les enfants des artistes, des comédiens.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias