#法语新闻用语

Eugénisme

mots-actu_e.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

La Chine a-t-elle un problème avec l’eugénisme ? Ce titre de Rfi souligne les hésitations et les imprécisions de la politique chinoise actuelle face aux recherches qui sont faites pour voir comment on pourrait modifier l’embryon des mammifères, et des humains en particulier pour qu’il corresponde à un souhait de départ. Il s’agit donc de faire des enfants qui soient conformes à un certain modèle donné et c’est une idée qui a été partagée par beaucoup de sociétés tout au long de l’histoire. On pense évidemment aux nazis en premier lieu : ils ne pouvaient mener une réelle politique d’eugénisme, car ils n’en avaient pas les moyens techniques et scientifiques. Mais le but eugénique est bien présent dans toute l’idéologie des nazis : fabriquer une race supérieure pour dominer le monde et les autres et déterminer un spécimen humain qui corresponde à l’idée qu’on se fait du surhomme. Mais l’eugénisme peut prendre toutes les formes et on peut envisager un humain à la peau très blanche ou très noire, aux yeux très bleus ou très bruns.

Bien sûr cette idée eugénique correspond à une mentalité profondément raciste : croire que les humains se différencient selon certaines races, différentes entre elles. Et que ces races se distinguent et s’étagent de manière hiérarchique, certaines meilleures que d’autres. C’est à dire plus aptes à survivre et à transformer le monde.

Tout cela dérive des théories de Darwin, à la fin du 19e siècle, sans qu’on remette en cause l’intelligence de ce penseur qui avait envisagé la théorie de l’évolution, mais d’une évolution naturelle, qui accepte l’idée que les humains d’aujourd’hui ne sont pas ceux qui vivaient il y a quelques dizaines de milliers d’années, ce qu’atteste les recherches anthropologiques sur nos ancêtres. Et on a plusieurs mots pour évoquer ces recherches : transformisme, ou même évolutionnisme, qui évoque non seulement la transformation, mais un genre d’amélioration qui se fait sans intention humaine.

Le mot eugénisme a été formé à partir de racines grecques : eu signifie bien ou bon. Et le génos évoque l’espèce et sa reproduction : on est dans la famille du verbe engendrer.

De tous ces termes on a gardé quelques traces, dans la langue courante, mais qui ne portent pas la marque de cette idéologie d’humains qui polissent affinent leur descendance. On a par exemple les prénoms Eugène et Eugénie : le bien né ou la bien née. Mais ce n’est qu’une façon de se féliciter de la venue d’un enfant désiré et conforme aux souhaits de ses parents.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias