Áudio

Vivre dans une ville « chantier » : Tanger

Une vue de la ville de Tanger au Maroc. (Photo d'illustration)
Une vue de la ville de Tanger au Maroc. (Photo d'illustration)
Dreamwelltravel / Pixabay
Tanger a beaucoup évolué depuis les 15 dernières années. C’est également la ville marocaine qui a connu le plus de métamorphoses et des plus grands travaux. Aujourd’hui, Tanger est le plus grand port d’Afrique et le plus grand centre universitaire et hospitalier. Le voyage dans une ville africaine à 14 kilomètres de l’Europe.

48'30'' - Première diffusion le 04/08/2021

Avec Maud Ninauve, journaliste, correspondante de TV5Monde à Tanger au Maroc. 

Programmation musicale :
Aadabni dak zine, de Abdelhak Laaroussi
C’est une chanson typique des sonorités du Nord qui débute avec les phrases récurrentes aux fêtes et aux mariages (l’été, c’est la saison des mariages au Maroc !) et qui chante la beauté des femmes et de la région. 

Frontera Nada, de TiiwTiiw feat. Morad
Le chanteur TiiwTiiw et le rappeur Morad évoquent sur ce titre, sorti en 2021, la migration illégale des « haragas » (ces migrants qui tentent la traversée de la Méditerranée), sujet indissociable de la jeunesse à Tanger. Ce morceau, c’est aussi le mélange des langues (ici, l’espagnol et le darija, l’arabe dialectal marocain) incontournable à Tanger où l’on peut en mélanger quatre dans la même phrase (français, espagnol, anglais, français) ! Découvrez leur clip, hautement cinématographique !

Blood on Blood, de Lazywall
LazyWall, c’est un un fameux groupe de rock marocain né à Tanger. Dans ce morceau de 2012, on entend le son de la géniale GuitarOud, un instrument 2 en 1 pour des sons rock occidentaux et orientaux, jouée par Youssef, le guitariste du groupe. «Lazy Wall», traduction «le mur des paresseux», fait référence à l’une des places mythiques de la ville, dans le centre, près du consulat de France, du Café de Paris, longeant le « Boul’vard » (la route qui traverse Tanger d’Est en Ouest) où l’on vient paresser… avec vue sur le port et la Méditerranée.

Tanjah, de Randy Weston
Un morceau de 1973 qui rappelle la grande époque de la mythique Tanger, quand les grands figures du rock marocain et britannique affluent vers le Maroc et surtout vers Tanger (Les Rolling Stones, Patti Smith). La ville a fait sa réputation avec la naissance, ici même, de la Beat Génération dans les années 50 (mot employé pour la première fois par Jack Kerouac en 1948 où il écrivait à Tanger entouré d’Allen Ginsberg ou encore Williams Burroughs). Randy Weston, compositeur et pianiste américain de jazz, était un grand amoureux de Tanger, il y a beaucoup joué en fusion avec la musique gnaoua qu’il a contribué à la faire connaître outre-Atlantique. Une icône disparue en 2018 qui symbolise aussi le jazz dans cette ville où un festival est né, il y a 20 ans, le TanJazz

A l’Aiz Trankille, de Rock-But
Du rock marocain par le groupe casablancais Rock-But, un titre sorti en 2015. La jeunesse marocaine est ultra-créative, très à l’écoute des autres cultures et elle maîtrise la fusion. Une génération évidemment très influencée par les réseaux sociaux : ils ont l’avantage d’être un média exceptionnel dans le développement culturel et démocratique; avec les inconvénients du média de masse. Cette chanson prône le discernement, se moquant des effets de mode des influenceurs pour ne garder que le meilleur ; du Maroc et du reste du monde. De la tempérance… à l’aise et tranquille. C’est aussi ça Tanger, une ville cosmopolite par excellence. 

Publicado em 26/08/2021 - Modificado em 26/08/2021 - Por Emmanuelle Bastide

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias