Un nanorobot
Un nanorobot.
DR
Artigo

Un nanorobot pour circuler dans le cerveau

Des scientifiques australiens mettent au point actuellement un nanorobot qui serait susceptible, dans un futur proche, de se déplacer et de pouvoir éventuellement intervenir dans le cerveau d’un patient. Et le premier problème que doivent résoudre les chercheurs, c’est de mettre au point le moteur de cet engin !
Por Christian Sotty -

L’étude publiée par le Journal of Microméchanics and Microengeenering précise que ce nanorobot d’un diamètre de 250 nanomètres – donc pas plus gros que 3 cheveux – a été mis au point dans le laboratoire de nanophysique de l’université MONASH à Clayton en Australie.

La difficulté majeure pour les chercheurs, c’est  la mise au point un moteur suffisamment puissant pour remonter le courant des vaisseaux sanguins. Car il faut savoir qu’au niveau du cœur, le sang circule à une vitesse d’environ un mètre par seconde. Si bien que les concepteurs du nanorobot imaginent de l’introduire dans le corps au niveau des carotides, près du cou car dans l’environnement du cerveau, les flots sanguins sont plus calmes.

Le nano-moteur en question a été baptisé Proteus -tout comme le sous-marin miniaturisé du film de science-fiction Le voyage fantastique, réalisé en 1966, et au cours duquel une équipe de médecins vient à bout d’un caillot de sang dans le cerveau d’un espion.

Il sera testé sur des cobayes animaux dès cette année, d’abord au bout d’un cathéter pour le récupérer en cas de problème de propulsion, puis, par la suite,  télécontrôlé à distance pour le guider. Dans un premier temps, il sera utilisé à des fins d’observation. Après quoi il pourrait être appelé à des missions de découpe et de ciselage de zones endommagées, sachant qu’il conviendra bientôt de mettre au point les nano-instruments indispensables aux chirurgiens du futur.

Publicado em 30/12/2015 - Modificado em 30/12/2015

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias