Eritherium Azzouzorum
Une partie du crâne de l'Eritherium Azzouzorum retrouvé au Maroc.
DR
Artigo

Il était une fois l'éléphant, sans trompe et pas plus gros qu'un chat

Eritherium azzouzorum est petit. Il pèse environ 4 à 5 kg et il est extraordinairement primitif : c'est le plus ancien mammifère apparenté aux éléphants, âgé d'environ 60 millions d'années, découvert par Emmanuel Gheerbrant, paléontologue au Centre de recherche sur la paléobiodiersité et les paléoenvironnements, dans le cadre d'une coopération franco-marocaine.
Por Dominique Raizon -

Ce mammifère fossile a été découvert au Maroc, dans des couches géologiques datées du Paléocène -une époque marquée par un refroidissement global et une grande crise biologique -marquée à la fois par l'extinction de nombreuses espèces et par l'émergence d'un ordre d'ongulés modernes.

Eritherium azzouzorum est un des plus anciens ongulés modernes apparenté aux éléphants, selon l'étude publiée dans la revue américaine PNAS. Ses restes, qui ont été exhumés en 2001 au Maroc, devraient permettre aux paléontologues de compléter leurs connaissances sur l'évolution de ces animaux car jusqu'à ce jour, faute d'un assez grand nombre de fossiles, les scientifiques peinent à élucider la diversification des mammifères modernes, surtout dans certains continents-clés de l'hémisphère Sud tels que l'Afrique.

De la taille d'un gros chat, d'un petit chien ou d'une marmotte selon les appréciations. Eritherium azzouzorum n'a pas encore de trompe mais « sa première incisive est agrandie, ce qui rappelle la naissance d'une défense », explique Emmanuel Gheerbrant.

L'ordre des éléphants s'est diversifié juste après l'extinction des dinosaures, il y a soixante-cinq millions d'années. Avant Eritherium azzouzorum, c'est son petit frère vieux de 55 millions d'années, Phosphatherium escuilliei, qui avait été découvert sensiblement au même endroit, sans trompe ni défenses lui non plus.

Mieux connaître l'évolution des pachydermes

Après lui, les éléphants ont très rapidement atteint leur taille et leur poids actuels. Ils appartiennent au groupe des proboscidiens. De cette évolution qui a donné naissance à 160 espèces, seules trois existent encore. « Cela s'est passé très rapidement », précise Emmanuel Gheerbrant : les chercheurs le supposaient déjà; Eritherium azzouzorum vient le confirmer, car en dépit de sa petite stature et de sa morphologie, il présente des points communs avec des individus plus évolués.

Non content de faire le lien entre des ordres archaïques et des ordres modernes, le fossile confirme l'origine africaine des pachydermes. Reste, souligne Emmanuel Gheerbrant, qu' « il nous manque son squelette, qui nous permettrait de connaître le mode de déplacement et l'adaptation de ces animaux à leur milieu. »

Publicado em 25/11/2015 - Modificado em 25/11/2015

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias