Antsirabe, Madagascar
La rue principale d'Antsirabe, à Madagascar.
Bernard Gagnon
Artigo

80% d’espèces endémiques menacées

L’île de Madagascar recèle, sur ses quelque 587 000 km², 80% d’espèces endémiques, et 2% de la biodiversité totale de la planète. Pour la première fois, une grande étude sur ce point chaud de la biodiversité mondiale a été menée ; elle est publiée dans le magazine américain Science du 11 avril 2008. Les chercheurs donnent l'alerte et craignent de ne pas avoir le temps de recenser cette richesse insulaire avant qu'elle ne disparaisse.
Por Agnès Rougier -

Vingt-deux chercheurs de six pays différents sont partis pendant 3 ans sur le terrain, sous l’égide du département de biologie et de conservation de l’université de Berkeley en Californie, pour établir une carte qui  recense pas moins de 2 315 espèces de faune et de flore à protéger dans le meilleurs délais. Parmi celles-ci, des lémuriens, des papillons, des grenouilles, des fourmis ou des caméléons.

Espèces menacées d’extinction avant même d’être identifiées

Il existe quelques 13 000 espèces endémiques d’animaux et de plantes connues à Madagascar, dont 90% d’amphibiens, de reptiles et de mammifères. Mais aujourd’hui, moins de 10% de leur habitat original est encore en l’état, et nombre de ces espèces uniques sont en danger d’extinction.

Avant d’initier ce programme de 3 ans, l’Académie des sciences de l’Université de Berkeley envoyait déjà des chercheurs sur place, depuis 1978. Brian Fisher, entomologiste, l’un des responsables du programme actuel, a découvert, à lui seul, durant ces dernières années, plus de 800 nouvelles espèces de fourmis malgaches, comme la fourmi dracula, un maillon important pour l’étude de l’évolution croisée des fourmis et des guêpes.

Disparition des forêts et des écosystèmes

Durant les 3 dernières années, 50 nouvelles espèces ont été découvertes ; mais les chercheurs craignent de ne pas avoir assez de temps pour les étudier avant de les voir disparaître.

En effet, la pauvreté de la population malgache et les modifications climatiques en cours accélèrent la disparition des forêts. Or, parmi les découvertes récentes des chercheurs, des espèces rares ont été repérées dans des zones forestières très restreintes. De facto, leur existence se trouve aujourd’hui menacée. 

Programmes informatiques américain et finnois

Jusqu’à présent, les actions de préservation des espèces, à Madagascar comme ailleurs, se sont concentrées sur une espèce ou sur un groupe d’espèces particulier, mais dans la bataille pour éviter l’extinction, cette approche est loin d’être assez efficace, car protéger une espèce ne défend pas les autres.

Pour cette raison, le programme de l’Université de Berkeley a développé un volet informatique : des logiciels spécifiques ont été conçus pour estimer le nombre d’individus par espèce. Puis, l’Université d’Helsinki, en Finlande, a mis au point un programme informatique permettant  d’identifier les régions où le risque de disparition des espèces est le plus important.

Les résultats de ces travaux ont permis de tracer une grande carte des espèces malgaches, ce qui est une première dans l’étude de la biodiversité de l’île. Ces données devraient permettre au gouvernement malgache de mettre en application, sur des bases solides, la politique de conservation qui avait été initiée en 2003.

Publicado em 03/12/2015 - Modificado em 03/12/2015

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias