John Lewis parle lors d'une cérémonie le 24 février 2016, à Washington DC.
John Lewis parle lors d'une cérémonie le 24 février 2016, à Washington DC.
Drew Angerer/Getty Images North America/AFP
Artigo

Le Martin Luther King Day marqué par les attaques de Trump

Le « Martin Luther King Day », jour qui honore la mémoire du pasteur noir américain défenseur des droits civiques, auteur du célèbre discours « I have a dream », célébré le lundi 16 janvier 2017, est d’ores et déjà marqué par les attaques de Donald Trump, le samedi 14 janvier, contre le parlementaire John Lewis, compagnon de lutte de Martin Luther King. Bernard Lafayette, un autre leader du mouvement des droits civiques dans les années 1960, et Ebony Marie Chappel, rédactrice en chef de l’Indianapolis Recorder, un journal qui s’intéresse aux minorités, estiment que cette commémoration de l’anniversaire de la naissance de l’icône noire de la non-violence, est d’autant plus importante.
Por RFI -

Le futur président des États-Unis Donald Trump s’en était pris, ce samedi 14 janvier 2017, à John Lewis, l'un des Afro-américains les plus respectés - notamment pour son action auprès de Martin Luther King - l’accusant d’inertie dans sa circonscription, en Géorgie, à Atlanta, parce que l’élu noir avait refusé de considérer Trump comme un président légitime et avait annoncé qu'il n'assisterait pas à son investiture. Les attaques de Trump avaient alors provoqué l’indignation générale aux États-Unis.

Aux propos de Donald Trump, Bernard Lafayette, un autre leader des droits civiques dans les années 1960, a réagi : « Ce type de sentiments et ce genre d’attitudes ont toujours été présents. Ce qu’il se passe désormais, c’est qu’ils refont surface car c’est une chose de changer les lois qui permettent aux gens de bénéficier de certains privilèges et ce genre de choses, mais c’en est une autre de faire évoluer le cœur des gens ».

signe plus

 Bernard Lafayette, militant des droits civiques aux côtés de Martin Luther King (00'52")

« Nous devons aussi apprendre à comment changer le cœur des hommes, comment doit-on s’y prendre en s’organisant, en se mobilisant, en aidant les gens à apprendre à vivre ensemble et travailler ensemble sur des problèmes qui nous affectent tous, comme, par exemple, vivre dans un cadre sûr. Donc en travaillant sur ces problèmes qui nous sont communs, nous changerons le cœur des hommes parce que nous réaliserons alors que nos vies dépendent les unes des autres », a-t-il ajouté.

« Apprendre à vivre ensemble »

Bernard Lafayette rappelle l’importance du « Martin Luther King Day », jour férié aux Etats-Unis, célébré ce lundi 16 janvier 2017. « C’est un jour très important car Martin Luther King préconisait qu’on apprenne à vivre ensemble, comme des frères et sœurs qui vivent dans la même communauté, une communauté qui englobe tout le monde. Martin Luther King voulait travailler sur comment faire en sorte que les gens apprennent à vivre ensemble. On sait que les gens sont différents, qu’ils n’ont pas les mêmes idées, qu’ils agissent différemment. D’ailleurs au sein même des communautés, les gens peuvent avoir des différends. La question n’est donc pas de savoir comment mettre fin aux différends, aux conflits, mais plutôt si on peut apprendre à mener nos vies sans que ces conflits ne deviennent violents », explique-t-il.

signe plus

 Bernard Lafayette rappelle le legs de martin Luther King (00'50")

« Il n’y a aucun problème sur le fait que les gens soient différents. Nous n’avons pas besoin de penser tous de la même manière mais nous devons apprendre à vivre ensemble, sans blesser, sans nuire aux autres », résume l’activiste.

« Rester mobilisés »

Ebony Marie Chappel, rédactrice en chef de l’Indianapolis Recorder, un journal qui s’intéresse aux minorités, prévoit qu'auront lieu des actions pour préserver les acquis sociaux obtenus durant la présidence d’Obama, et déclare que cette journée en l'honneur de Martin Luther King va se dérouler dans une atmosphère « très particulière ». « Les luttes qu’a menées Martin Luther King sont d’une actualité évidente en raison de la présence de quelqu’un comme Donald Trump dans le bureau ovale. Il a déjà commencé à appliquer sa politique et à remettre en cause des progrès réalisés au cours des dernières années. Les Républicains se sont déjà réunis pour démanteler l’assurance santé, l’Obamacare, ce qui veut dire que des millions d’Américains vont se retrouver sans assurance maladie. Donc je pense que maintenant plus que jamais les gens doivent comprendre que même si les droits civiques ont plusieurs décennies d’existence, il faut rester vigilants, rester actifs et rester mobilisés », détaille-t-elle.

signe plus

 Ebony Marie Chappel, rédactrice en chef noire d'un journal sur les minorités à Indianapolis (00'57")

« Pour beaucoup d’entre nous - je ne peux pas parler pour tout le monde - c’est vraiment un moment inquiétant auquel on doit faire face ; il n'y a rien qu’on ne puisse ignorer ou mettre sous le tapis. On y est directement confronté et on va devoir faire quelque chose », s’engage-t-elle.

EM Image: Obama Bush John Lewis
De gauche à droite : Mme et M. Bush, Mme et M. Obama et John Lewis, le 7 mars 2015 pour les 50 ans du «Bloody Sunday», ce dimanche de manifestation en 1965, manifestation dont John Lewis était le leader et qui avait été réprimée dans le sang. | Jonathan Ernst / Reuters

 

Publicado em 28/03/2018 - Modificado em 29/03/2018

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias