Le ministre arménien des Affaires étrangères, Edouard Nalbandian (g) et son homologue turc, Ahmet Davutoglu (d), lors de la signature des accords entre leurs 2 pays, à Zurich, le 10 octobre 2009.
Le ministre arménien des Affaires étrangères, Edouard Nalbandian (g) et son homologue turc, Ahmet Davutoglu (d), lors de la signature des accords entre leurs 2 pays, à Zurich, le 10 octobre 2009.
Patrick Kraemer/Reuters
Artigo

Accord historique entre les 2 frères ennemis

Avec plusieurs heures de retard sur l’horaire prévu, les deux pays ont signé samedi à Zurich (Suisse) des accords historiques visant à normaliser leurs relations empoisonnées depuis près d’un siècle par le souvenir des massacres d’Arméniens. Le ministre arménien des Affaires étrangères, Edouard Nalbandian, et son homologue turc, Ahmet Davutoglu, se sont longuement congratulés en présence des chefs des délégations européenne, française, américaine et russe.
Por RFI -

Avec notre correspondant à Genève, Laurent Mossu

En dépit de quelques difficultés de dernière heure, la Turquie et l’Arménie ont donc effectué un pas spectaculaire sur le chemin de la réconciliation. Les ministres des Affaires étrangères ont signé ce samedi soir à Zurich un accord ouvrant la voie au rapprochement des deux pays.

Ahmet Davutoglu  et Edouard Nalbandian étaient entourés d’une impressionnante brochette de diplomates venus apporter parrainage et soutien. Etaient présents, la secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, le ministre russe des Affaires étrangères, Serguei Lavrov, le chef de la diplomatie française, Bernard Kouchner, le secrétaire général du Conseil de l’UE, Javier Solana ainsi que la ministre suisse des Affaires étrangères Micheline Calmy-Rey.

Prévu en fin d’après midi l’événement a été retardé, l’Arménie contestant la teneur du discours que devait prononcer son  homologue turc. On a alors craint la rupture. Mais tout rentrait dans l’ordre en début de soirée grâce  une ferme intervention de la secrétaire d’Etat américaine.

Un pas vers la paix dans le sud du Caucase

Cet  instant d’inquiétude passé, les paraphes étaient apposés sur les deux accords conformément à l’attente.

La Commission européenne s'est félicitée samedi des accords de normalisation des relations arméno-turques, y voyant un pas vers la résolution des conflits dans toute la région du sud du Caucase.

Tuerie ou génocide? La guerre des mots
La signature ce samedi à Zurich d'un accord de normalisation des relations entre la Turquie et l'Arménie implique la création d'une commission historique chargée d'étudier « de manière scientifique et impartiale » les massacres d'Arméniens de 1915. La Turquie reconnaît qu'entre 300 000 et 500 000 Arméniens ont été tués par les Ottomans. En revanche, ces massacres et déportations ont fait plus d'un million et demi de morts, selon l'Arménie qui les qualifient de « génocide », terme que les Turcs n’ont jamais reconnu.
Ce mot de « génocide »  pèse depuis un siècle sur les deux pays. Les Turcs contestent ce terme, car il implique des massacres planifiés et exécutés d'une façon systématique. Officiellement, Ankara se contente donc de parler de « tueries » ou d'un « prétendu génocide arménien ». Aujourd'hui, un citoyen turc doit toujours craindre d'être poursuivi par la justice s'il ose parler de « génocide ».
Evidemment, cela hante les relations entre la Turquie et l'Arménie. Mais derrière ce conflit historique se cachent d'autres enjeux. Car la reconnaissance du génocide ouvrirait la voie à des demandes de dommages et intérêts et, par la suite, à des indemnisations, comme l'Allemagne a dû les payer après la Shoah.
Mais la Turquie sait très bien qu'elle a beaucoup à y gagner. Ankara peut tout à fait espérer qu'une reconnaissance du génocide faciliterait son adhésion à l'Union européenne.
Pour l’UE et les Nations unies, un génocide
Le Parlement européen a reconnu le génocide arménien en 1987. Des pays, surtout ceux où vivent les Arméniens en exil, ont fait de même: la France, la Slovaquie, la Grèce, la Pologne, mais aussi la Suède ou les Pays-Bas. D'autres pays, comme le Royaume-Uni et l’Etat d’Israël, refusent toujours de considérer les massacres comme un génocide.
Et pourtant, dans différents rapports, les Nations unies ont reconnu le génocide des Arméniens, tout comme celui des Juifs, des Tutsis au Rwanda et des Bosniaques à Srebrenica.

Publicado em 18/02/2016 - Modificado em 24/11/2016

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias