Le temple hindou Swaminarayan, à Karachi, fut le point de départ des migrants vers l'Inde durant la partition.
Le temple hindou Swaminarayan, à Karachi, fut le point de départ des migrants vers l'Inde durant la partition.
Wheredevelsdare / Wikipedia Commons (CC BY-SA 3.0)
Artigo

Les persécutions poussent les hindous pakistanais à l'exil

Au Pakistan, de plus en plus d’hindous tentent, depuis plusieurs années, de gagner le territoire indien. Ils espèrent ainsi échapper aux virulentes persécutions religieuses dont ils sont victimes dans leur pays. Enlèvements, meurtres et conversions forcées sont devenus récurrents, en particulier dans les provinces de Sindh et au Balouchistan.
Por RFI -

Avec notre correspondant à New Delhi, Antoine Guinard.

C’était un aller simple qu’avaient en tête les 200 hindous pakistanais qui ont franchi la frontière indienne à bord du Samjhauta Express (le train de l'Amitié) la première semaine d'août 2012.

Venus en Inde officiellement pour un pèlerinage religieux, ils ont été détenus plusieurs heures par les autorités pakistanaises qui les soupçonnaient de vouloir émigrer chez le frère ennemi. Avant d’être relâchés, les pèlerins ont été contraints de signer des documents qui les engagent à retourner au Pakistan. Lundi 13 août, c’est un nouveau groupe de 300 hindous qui a effectué le même trajet. Plusieurs d’entre eux ont avoué qu’ils n’envisageaient pas de retourner chez eux.

La communauté hindoue, ultra minoritaire au Pakistan, est la cible des islamistes et fait face à des persécutions de plus en plus violentes ces dernières années : enlèvements, meurtres et conversions forcées sont devenus récurrents, en particulier dans les provinces de Sindh et au Balouchistan.

Selon les organisations pakistanaises des droits de l’Homme, plusieurs dizaines de familles hindoues ont fui le Pakistan pour venir se réfugier en Inde ces dernières années. Soixante ans après avoir été brutalement scindée en deux, l’Inde continue de subir les séquelles de la partition.

Publicado em 04/05/2017 - Modificado em 09/05/2017

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias