Le président français François Hollande et le Premier ministre indien Manmohan Singh à New Delhi le 14 février 2013.
Le président français François Hollande et le Premier ministre indien Manmohan Singh à New Delhi le 14 février 2013.
Roberto Schmidt / AFP
Artigo

Inde: François Hollande, VRP de la marque France malgré lui

François Hollande a terminé le15 février 2013, son voyage en Inde. C’était sa première escale en Asie en tant que président. Et même s’il se défend d’être le « VRP » de la France, il aura surtout parlé économie dans ce pays dont les 5% de croissance font des envieux en Europe. Mais pendant son séjour, le président français a aussi parlé de l’Afrique.
Por RFI -

Avec nos envoyés spéciaux à Bombay,

La dernière fois qu'un président français s'était rendu en Inde, en 2010, les Indiens s'étaient passionnés pour son épouse, mannequin, chanteuse. Cette fois, le président normal et sa compagne Valérie Trierweiler n'ont suscité qu'un intérêt poli.

Le style n'est pas le même, même si d'un président à l'autre, les objectifs demeurent : tenter de profiter de l'énorme potentiel du marché indien. Et à cet égard, François Hollande n'a pas démérité, en véritable représentant de commerce du savoir-faire français, allant jusqu’à inviter l’Inde et les pays émergents à soutenir la croissance en berne de la « vieille Europe ».

0% de croissance en France en 2012, des perspectives guère encourageantes pour 2013. À 7 000 kilomètres de Paris, François Hollande a aussi été rattrapé malgré lui par la dure réalité économique et le renoncement aux 3% de déficit imposés par l’Union européenne qu’il a tant de fois défendus. Mais là, curieusement, il a refusé d’en parler, même si l’Élysée reconnaît que des discussions sont déjà en cours avec la Commission de Bruxelles.

 La parenthèse indienne n’aura duré que deux jours. Les ennuis continuent et le président le sait. La perspective d’un contrat mirifique pour l’avion Rafale de Dassault n’occultera pas la progression continue du chômage.

signe plus

01'05" - François Hollande appelle l'Inde en aide - le 15/02/2013 par Florent Guignard

 

L'Inde et la France complémentaires en Afrique ?

Depuis son arrivée en Inde, lors de ses discours publics, François Hollande ne parle de l'Afrique que pour évoquer l'intervention française au Mali. Le vendredi 15 février, lorsqu'il s'est une nouvelle fois exprimé devant des chefs d'entreprise indiens pour les encourager à commercer avec la France, c'est sous un autre angle qu'il a abordé le continent : « Aussi, venir en France, c'est accéder à des marchés, pas simplement européens, mais aussi africains. Et je pense que nos entreprises françaises et indiennes peuvent coopérer. »

La France et l'Inde ensemble en Afrique ? L'idée serait venue pendant le voyage. « Ça a été dit d'abord par les investisseurs indiens puis repris par le président, de volée dirait-on, parce qu'effectivement, ils insistent beaucoup pour qu'on aille ensemble en Afrique », a indiqué Nicole Bricq, la ministre française du Commerce extérieur. La question n'est pas pour la France d'aider l'Inde à s'installer en Afrique, mais plutôt de faire en sorte que chacun des partenaires fasse découvrir à l'autre les pays dans lesquels il est déjà implanté.

Pour la France, ce serait donc l'Afrique anglophone qui serait ciblée. « Les Français connaissent l'Afrique, explique Nicole Bricq, mais il faut aussi qu'on apprenne à connaitre l'Afrique de l'Est et l'Afrique du Sud, qui sont plus le jardin des familles et des groupes indiens. » Et la ministre de parler du potentiel de croissance, de besoins en infrastructures, en santé, en formation des ingénieurs indiens et de la technologie française. Mais de préciser « Il faut qu'on travaille ensemble, on n'en est qu'aux prémisses ».

Publicado em 06/04/2017 - Modificado em 20/04/2017

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias