Le président français François Hollande passe en revue les troupes françaises sur la base militaire de Kapisa, en Afghanistan, le 25 mai 2012.
Le président français François Hollande passe en revue les troupes françaises sur la base militaire de Kapisa, en Afghanistan, le 25 mai 2012.
Joël Saget / Reuters
Artigo

Il n'y a plus de troupes combattantes françaises en Afghanistan

C'était une promesse de François Hollande : le 15 décembre 2012, les derniers soldats ayant servi en Kapisa ont quitté le pays. Deux cents hommes du 35e régiment d'infanterie de Belfort ont pris l'avion samedi 15 décembre 2012, direction Chypre. Ils seront de retour en France trois jours plus tard. Un départ qui ne signifie pas pour autant que la France se désengage de l'Afghanistan.
Por RFI -

Il y a quelques semaines, les derniers militaires français basés à Nijrab, en Kapisa, rentraient à Kaboul. Samedi 15 décembre 2012, les dernières forces combattantes françaises ont pris l'avion pour Chypre, sas de décompression obligatoire avant l'arrivée en France. Après quatre ans de présence dans la province de Kapisa et dans le district de Surobi, les Français ont laissé la place aux forces afghanes. Une armée et une police dont bon nombre d'observateurs doutent de l'efficacité, surtout face à une insurrection toujours très active.

La France, qui a perdu 88 hommes depuis le début de l'intervention en 2001, ne quitte pas pour autant complètement l'Afghanistan. Il reste encore environ 1 500 soldats français dans le pays. Un millier aura pour objectif de ramener le matériel. Cela devrait être fait à l'été 2013. Les autres sont en charge de la formation de l'armée afghane, de l'hôpital militaire de Kaboul et de la gestion de l'aéroport. Des missions qui vont se poursuivre au moins jusqu'en 2014, date du retrait de l'ensemble des troupes étrangères d'Afghanistan.

Publicado em 15/05/2017 - Modificado em 30/05/2017

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias