Hamid Karzaï (G) et le Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif (D), le 30 novembre 2013 à Kaboul.
Hamid Karzaï (G) et le Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif (D), le 30 novembre 2013 à Kaboul.
S.Sabawoon / Pool / Reuters
Artigo

À Kaboul, le Premier ministre pakistanais s'engage pour la paix

C’est la première visite d'un Premier ministre pakistanais en Afghanistan depuis dix-huit mois. Nawaz Sharif, est arrivé le 30 novembre 2013 à Kaboul. Le chef du gouvernement pakistanais a rencontré le président afghan Hamid Karzaï. Il s'est engagé à faire tout son possible pour stopper le cycle de violence. Kaboul espère faire pression sur son voisin pour l'aider à entamer des discussions de paix avec les talibans.
Por RFI -

Avec notre correspondant en Afghanistan, Nicolas Ropert.

La sécurité a été renforcée à Kaboul pour cette première visite de Nawaz Sharif en Afghanistan. Après une rencontre, fin août, avec le président afghan au Pakistan, ce déplacement du Premier ministre pakistanais était attendu.

Dans une conférence de presse commune, les deux hommes ont semblé sur la même ligne : « il faut tout faire pour briser le cycle de destruction engendré par le conflit », a avancé Nawaz Sharif.

Le chef du gouvernement pakistanais a assuré qu'il apporterait toute son aide possible à la résolution du conflit afghan. Le Pakistan est un allié historique des talibans qui poursuivent leur guérilla contre les autorités afghanes.

Changement de ton

Le cas du mollah Baradar, numéro deux des talibans au moment de son arrestation, a été discuté. Libéré en septembre 2011 par Islamabad, Nawaz Sharif a affirmé que l'ancien chef taliban peut rencontrer les émissaires afghans.

Un changement de ton qui tombe à point pour le président afghan. Hamid Karzaï a fait de la réconciliation nationale l'un de ses objectifs. Le chef de l'État afghan espère que le Premier ministre pakistanais saura convaincre les talibans afghans de négocier. Ce que les insurgés ont toujours refusé jusqu'ici.

Publicado em 02/05/2017 - Modificado em 03/05/2017

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias