L'activiste climatique suédoise Greta Thunberg s'adresse au comité environnemental du Parlement européen à Bruxelles, le 4 mars 2020.
L'activiste climatique suédoise Greta Thunberg s'adresse au comité environnemental du Parlement européen à Bruxelles, le 4 mars 2020.
Yves Herman / REUTERS
Artigo

L’UE présente sa «loi climat», une «capitulation» pour Greta Thunberg

La Commission européenne a publié mercredi 4 mars son projet de « loi climat » pour l'Union européenne, avec pour but d’inscrire dans le marbre l'objectif de neutralité carbone en 2050. Alors que la commission vante ce projet comme une première à l'échelle d'un continent, les militants écologiques épinglent le manque d’ambition à court terme et la jeune Greta Thunberg évoque une « capitulation ».
Por RFI -

Pour les activistes climatiques, l’Union européenne (UE) ne va pas assez loin avec sa « loi climat », dont le projet a été publié mercredi 4 mars : les objectifs de réduction des émissions à l'horizon 2030 ou 2050 ne suffisent pas, il faut prendre des mesures drastiques tout de suite.

Pour la présidente de la Commission Ursula von der Leyen, la loi sera le « compas  » de l'UE « pour les 30 prochaines années et nous guidera à chaque étape sur la voie d'un modèle de nouvelle croissance durable ».

Pensé comme la référence pour toutes les futures législations de l'Union européenne, le texte transcrit l'ambition d'un niveau zéro d'émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050. Il s’agit ainsi d’un équilibre entre les émissions (réduites le plus possible) et l'absorption de carbone (par des techniques de séquestration).

Cette loi « rate le coche »

Au cœur du « Pacte vert » de la Commission, toute la future législation européenne devra être en ligne avec l'objectif de neutralité, une ambition qui ne fait plus débat parmi les États membres, à l’exception de la Pologne. Le pays, qui tire encore 80% de son électricité du charbon, a signalé qu’il lui était impossible de tenir cet objectif à l’horizon 2050.

Dans une lettre ouverte publiée sur le site internet Carbon Brief, Greta Thunberg et une trentaine d’autres jeunes militants ont fustigé la « capitulation » et « l’arrogance » des législateurs. Neil Makaroff, le spécialiste des politiques climatiques européennes au sein du Réseau action climat est d'accord avec cette analyse : ce projet de loi doit « absolument être amélioré », car il n'est qu'une coquille vide en l’état.

La loi climat rate le coche, il faut absolument améliorer cette loi climat. La balle est vraiment dans le camp des gouvernements à présent et des députés européens qui doivent débattre de cette loi, qu’ils peuvent encore l’amender pour avoir plus d’ambition climatique sur le court terme, mais aussi par exemple assurer plus de cohérence entre les objectifs climatiques et les politiques publiques. Parce que par exemple dans la loi climat, on ne trouve aucune mesure pour interdire les subventions aux énergies fossiles.Aujourd’hui, il y a environ 52 milliards d’euros par an d’argent public qui est dépensé chaque année pour les énergies fossiles, qui sont les principales causes du dérèglement climatique. Or, la loi climat ne dit rien par rapport à cela. Et ce que l’on souhaite, c’est que les députés européens comme les gouvernements nationaux puissent améliorer cette loi climat, pour non seulement en faire un texte plus ambitieux en termes des objectifs, mais aussi instaurer beaucoup plus de cohérence et pousser les politiques publiques plus ambitieuses sur le climat, secteur par secteur.

Pour Neil Makaroff, du Réseau Action Climat, cette loi est soit « améliorée », soit elle reste une simple coquille vide.

 

« Une capitulation »

La militante écologiste suédoise Greta Thunberg était, jeudi 5 mars, à Bruxelles. Après avoir assisté à la réunion du collège des commissaires européens, elle s'est rendue au Parlement européen devant les députés de la commission environnement pour dire tout le mal qu'elle pensait de la loi climat de la Commission européenne.

Critiquant l’Union européenne, qui « prétend » être un « leader » sur le changement climatique, mais qui poursuit une politique favorable aux énergies fossiles, Greta Thunberg a dénoncé un texte incohérent compte tenu de l'urgence climatique. Une urgence qu'elle a expliquée à l'aide d'un exemple.

Quand vos enfants ont déclenché l'alarme incendie, vous êtes allés à l'extérieur, voire ce qui se passait et avait senti l'air. Vous avez conclu: "Oui, la maison est effectivement en train de brûler". Il ne s'agissait pas d'une fausse alarme. Mais, juste après, vous êtes rentrés à l’intérieur, vous avez fini votre dîner, avez regardé votre film et êtes allés au lit sans même appeler les pompiers. Je suis désolée, mais cela n'a aucun sens.Quand votre maison est en train de brûler, vous n'attendez pas encore quelques années de plus avant de commencer à éteindre l'incendie. Et pourtant, c'est justement ce que la Commission européenne propose aujourd'hui. Cette loi climat, c'est une capitulation. Voilà où vous en êtes, vous essayez d'édicter des lois et des politiques en prétendant que vous pouvez être un leader sur le climat, tout en continuant à construire et à subventionner de nouvelles infrastructures pour les combustibles fossiles

Pour Greta Thunberg, l'UE a un double discours avec sa « loi climat ».

Publicado em 05/03/2020 - Modificado em 05/03/2020

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias