En Thaïlande, écoliers et lycéens font les morts pour alerter sur le changement climatique, le 20 septembre 2019.
En Thaïlande, écoliers et lycéens font les morts pour alerter sur le changement climatique, le 20 septembre 2019.
Soe Zeya Tun / REUTERS
Artigo

La jeunesse mondiale se mobilise pour le climat

Toute la journée du vendredi 20 septembre 2019, la jeunesse se mobilise un peu partout dans le monde pour la lutte contre le réchauffement climatique.
Por RFI -

L’Asie a donné le coup d’envoi du mouvement mondial le matin du 20 septembre 2019. Écoliers, collégiens et lycéens ont massivement répondu à l’appel. De Sydney à Séoul en passant par Manille ou Bombay, des élèves ont répondu en masse à l'appel de la jeune Suédoise Greta Thunberg à boycotter les salles de classe, l'espace d'une journée, pour cette très symbolique « grève de l'école pour le climat ».

L'idée de la campagne « Fridays for Future » (en anglais) :  mobiliser les enfants du monde entier pour qu'ils persuadent les décideurs et les entreprises de prendre des mesures drastiques pour enrayer l'envol des températures provoqué par les activités humaines.

Des Vanuatu au Pakistan

Dans le Pacifique, au Vanuatu, aux Salomon ou encore aux Kiribati, des jeunes ont lancé la journée, scandant : « Nous ne coulons pas, nous nous battons. » 

Puis ce fut au tour de l'Australie, premier exportateur mondial de charbon et de gaz naturel, de s'éveiller. 300 000 personnes sont descendues dans les rues de plusieurs villes, soit beaucoup plus qu'en mars lors de rassemblements similaires. Avec un message simple : « Ça suffit. » Il faut réduire les émissions polluantes et financer la transition écologique pour arriver à une production 100% renouvelable.

Aux Philippines, la journée a commencé par un sommet de la jeunesse. Soixante jeunes représentants de populations indigènes menacées par la montée des eaux et la multiplication des phénomènes climatiques.

EM Image: Népal- climat -mobilisation

Des enfants népalais dans les rues de Katmandou ce vendredi 20 septembre. | REUTERS/Navesh Chitrakar

En Thaïlande, ils ont envahi le ministère de l'Environnement. Leur slogan : « Sauvez la planète ». Leur mode d'action : feindre la mort en s'allongeant par terre. C'est ce qui va se passer si on n'agit pas maintenant, disent-ils. Il faut que le gouvernement déclare l'urgence climatique et interdise les énergies fossiles.

Au Pakistan, plus d'une trentaine de villes se sont mobilisées. Il faut que les pays du Sud s'unissent afin de faire payer ceux du Nord pour leur négligence, demandent les militants de la cause environnementale.

Cinq mille événements prévus

En Afrique du Sud,  le plus gros pollueur du continent, qui dépend presque entièrement de son charbon pour produire son énergie, c'est aussi une journée de mobilisation. À Johannesburg, des milliers d’habitants se sont regroupés dans différents point de la ville. 

signe plus
 « On est là pour faire pression sur Eskom et Sasol, qui sont les deux entreprises qui produisent le plus de CO2 en Afrique, pour qu’elles prennent leurs responsabilités et mènent une transition vers des énergies propres. »
Reportage de Noé Hochet-Bodin devant le siège de l'entreprise Sasol, le géant pétrolier sud-africain. Le 20/09/2019 - par RFI
 

Les rassemblements ont ensuite commencé en Europe. En Allemagne notamment comme à Francfort où les manifestants ont bloqué la circulation dans le centre de la ville, occasion un embouteillage monstre. 

EM Image: Allemagne - climat -mobilisation

En Allemagne, la manifestation est partie de la porte de Brandebourg. | REUTERS/Fabrizio Bensch

signe plus
« Nous sommes ici, nous sommes là parce que vous nous volez notre avenir... »
Reportage de Nathalie Versieux à Berlin. Le 20/09/2019 - par RFI
 

 

En France, des jeunes mais aussi des « gilets jaunes », des syndicalistes, des défenseurs des droits de l'homme et bien sûr des écologistes ont manifesté dans les rues de Paris. 

EM Image: Manifestation Jeunessse Climat

Camille, Victoria, et Claire manifestent dans les rues de Paris ce 20 septembre 2019. Elles se sont déguisées
en pères Noël et offrent des cadeaux empoisonnées à « ceux qui ont bien pollué cette année ». | C.Siebert/RFI

signe plus

 Reportage dans les rues de Paris de Christine Siebert et Richard Riffoneau
20/09/2019 - par RFI

Cinq mille événements étaient prévus dans le monde. Et la journée devrait culminer à New York où sont attendus près d’un million de jeunes. 

Publicado em 02/12/2019 - Modificado em 02/12/2019

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias