La Lituanie, 19e Etat membre de la zone euro
Un billet de 20 euros sur l'écran d'une banque, à Vilnius, le 27 décembre 2014.
AFP PHOTO / PETRAS MALUKAS
Artigo

La Lituanie, 19e Etat membre de la zone euro

La Lituanie est, depuis le 1er janvier 2015, le 19e État membre de la zone euro. Une étape importante pour ce pays balte qui affiche actuellement un taux de croissance parmi les plus élevés dans l’Union européenne.
Por Myriam Berber -

Apparemment, la Lituanie n'a pas besoin de la zone euro. Sa santé économique est très bonne. Avec une croissance de 3% en 2014 et de 4% attendue pour 2015, la Lituanie fait figure de bon élève au sein de l’Union européenne. C’est exceptionnel par rapport aux autres pays de la zone euro.

Du côté des finances publiques, les chiffres sont bons également. La Lituanie est sortie de la procédure pour déficit excessif mise en place par l’Union européenne. Le déficit budgétaire plafonne désormais à 3% du produit intérieur brut. L’inflation est passée à 1% et le taux de chômage a chuté de 20 à 12% de la population active.

Un rempart contre la Russie

Autres facteurs encourageants : le pays emprunte à des taux autour de 3% à dix ans, un taux qui se situe dans la fourchette basse de la moyenne de la zone euro. Et près de 80% des investissements directs étrangers proviennent de l’Union européenne. Le seul secteur où la Lituanie est fragile, est l'énergie, secteur dans lequel elle dépend de la Russie. Moscou a, en effet, le monopole de la fourniture du gaz dans le pays.

Ce n’est donc pas sur le plan économique que la Lituanie a tout à gagner. C’est surtout sur le plan politique. Le pays voit l’euro comme un rempart contre la Russie et une manière de s’ancrer fermement à l’ouest, comme l’ont déjà fait ses deux voisins, l’Estonie et la Lettonie. L'intervention de la Russie en Ukraine a en effet fait renaître les anciennes peurs. Rappelons-le, les pays baltes ont vécu pendant un demi-siècle sous l’occupation soviétique, jusqu’en 1991. Puis ils ont rejoint l’Union européenne et l’Otan en 2004.

Le vote au conseil des gouverneurs de la BCE bouleversé

L’entrée dans la zone euro est un évènement majeur pour la Lituanie, mais cela a également une grande importance pour tous les pays membres puisqu’il va bouleverser le vote au conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE), l’instance de décision de l’institution.

Auparavant, tous les membres de ce conseil participaient, à chaque fois, aux votes. D’un coté se trouvaient les six membres du directoire de la BCE, dont le président Mario Draghi et de l’autre, les dix-huit gouverneurs des banques centrales nationales. Mais en 2002, il a été décidé de mettre en place un système de rotation à partir du moment où le nombre de pays de la zone euro dépasserait le nombre de dix-huit. Or c’est chose faite avec l’entrée de la Lituanie. Ils sont désormais dix-neuf.

Dans le nouveau système, les six membres du directoire de la BCE conservent leurs droits de vote. En revanche, pour les dix-neuf gouverneurs des banques centrales nationales, deux groupes ont été mis en place. D’un côté, les cinq premières économies - l’Allemagne, la France, l’Italie, l’Espagne et les Pays-Bas - se partageront quatre droits de vote. Quant aux quatorze autres pays, plus petits, ils disposeront collectivement de onze droits de vote selon un système de rotation.

Cela signifie donc qu’une fois sur cinq l’Allemagne ne va pas siéger au conseil de gouverneurs, et ne pourra pas, systématiquement, imposer ses points de vue. Cela veut dire qu'il y aura une brèche, de temps en temps, pour imposer des mesures, que l'Allemagne ne veut pas.

Un passage à l'euro réussi, malgré les difficultés

Selon notre correspondante à Vilinus, Marielle Vitureau, le passage à l'euro a réussi en Lituanie. A 0h10, alors que les feux d'artifice pétaradaient encore dans le ciel de Vilnius, le Premier ministre lituanien Algirdas Butkevicius a retiré une coupure de 10 euros au distributeur. « Nous sommes les témoins d'un moment historique, a-t-il déclaré. Le chevalier lituanien va devenir l'un des symboles de la famille européenne, l'euro va être le garant de notre sécurité économique et politique. »

Bien que craignant une hausse des prix, les Lituaniens sont tout de même largement favorables à l’euro, une monnaie qu’ils connaissent bien. Deux tiers des prêts accordés par les banques du pays sont déjà libellés en euros. Les pays de la zone euro sont le principal partenaire économique de la Lituanie. En adoptant la monnaie européenne, la Lituanie parachève son intégration dans l’Union européenne et s’éloigne encore plus de la Russie. Une préoccupation très d’actualité, à la suite de la crise en Ukraine. Le litas et l’euro auront cours pendant encore deux semaines et le défi à relever pour le pays est surtout technique. 6 milliards de litas circulent encore dans le pays. Dès aujourd’hui, les Lituaniens feront à nouveau la queue pour les échanger contre des euros.

Publicado em 23/12/2015 - Modificado em 23/12/2015

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias