#Francês da atualidade

Vulnérable

mots-actu_v.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

L’épidémie de coronavirus hélas s’étend encore, et on essaie de recenser et de mettre en garde les personnes les plus vulnérables. Vulnérables, c’est-à-dire moins défendues contre les attaques du virus, plus susceptibles d’être touchées par la maladie, d’être atteintes, de tomber malade et de développer une pathologie. Il s’agit donc de ceux et celles qui sont fragiles, en premier lieu les personnes âgées et celles qui déjà souffrent d’un affaiblissement du système respiratoire, de maladies pulmonaires, dont les poumons sont atteints, et aussi ceux qui sont frappés par une maladie cardiovasculaire, qui touche le cœur et la circulation. Ces gens-là sont donc plus fragiles, et même fragilisés, rendus plus fragiles. Ils ont donc plus de risques que les autres d’être touchés, et donc blessés. C’est bien le sens premier de ce mot « vulnérable » qui dérive d’un mot latin qui désigne la blessure, et la plaie. Toute plaie n’est pas mortelle évidemment, mais le terme évoque une ouverture faite dans l’enveloppe du corps. Une allusion donc à une attaque faite par une arme, une lame parfois va fendre la peau et faire saigner, même si parfois évidemment, on peut se blesser on tombant, en se cognant. Et si l’on est vulnérable, c’est donc que la carapace, ce qui nous protège est amoindri, affaibli ! Et certains points du corps ou de l’organisme peuvent être plus ou moins en butte à ces attaques.

Il y a d’ailleurs des expressions toutes faites qui évoquent ces faiblesses : le talon d’Achille par exemple. Référence à la mythologie bien sûr. On sait qu’Achille, ce héros du grand poème d’Homère l’Iliade était réputé invulnérable, c’est-à-dire on l’a compris non vulnérable – le mot est fréquent ! C’est qu’Achille était un héros, non pas un dieu, mais un demi-dieu. Plus fort que les humains, mais n’ayant pas droit à l’immortalité. Et s’il était demi-dieu, c’est qu’il était aussi demi-humain, né d’un père mortel et d’une déesse. Sa mère, la déesse donc, c’était Thétis, divinité de la mer. Et la mère aimante d’Achille aurait bien aimé en faire un immortel. Pour tenter donc de le rendre invulnérable, elle le trempe dans le Styx, l’un des fleuves des Enfers : ce bain doit le faire échapper à toute blessure. Mais la Thétis qui plonge son fils dans cette eau divine le tient par le talon, pour éviter qu’il ne se noie. Et le talon reste sec. C’est donc la partie de son corps qui reste la plus humaine, et c’est bien là qu’il peut être atteint. On parle donc du talon d’Achille de quelqu’un pour désigner le point sensible, là où on peut le blesser.

Et de même on parle du défaut de la cuirasse. On sait qu’une cuirasse était un genre d’armure qui recouvrait le haut du corps des guerriers, en métal ou parfois en cuir, d’où le mot cuirasse. Et il y avait toujours un jour, un interstice entre cette cuirasse et le reste de la protection. D’où cette expression, le défaut de la cuirasse, pour désigner un point faible !

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias