#Francês da atualidade

Journal en français facile 31/07/2022 20h00 GMT

Studio RFI
IRAK : La crise politique ne faiblit pas ; et autres nouvelles.

Transcription

Raphaël Reynes : Il est 20 heures en temps universel, 22 heures, ici à Paris. 

Bonjour à tous et merci d'être avec nous pour ce Journal en français facile, présenté ce soir avec Sylvie Berruet. Bonsoir, Sylvie. 

Sylvie Berruet : Bonsoir Raphaël, bonsoir à tous. 

RR : Dans l'actualité de ce dimanche 31 juillet, la crise politique qui ne faiblit pas en Irak. Les partisans de Moqtada Sadr sont toujours dans le Parlement qu'ils ont envahi hier. Le leader chiite appelle à la révolution pour changer le système politique en Irak. 

SB : La Russie célébrait sa marine, ce dimanche. Une fête baptisée « Journée de la Flotte » et cette annonce de Vladimir Poutine : la marine russe aura bientôt un nouveau missile. Un missile « imbattable », dit le président russe. 

RR : Et puis, nous parlerons de football dans ce journal. Avec la victoire de l'Angleterre dans l'Euro féminin et celle du PSG dans le Trophée des Champions. Ce sera à la fin de cette édition. 

----- 

SB : En Irak, la crise politique s'aggrave au lendemain de la prise du Parlement irakien par les partisans de Moqtada Sadr.  

RR : Le leader chiite refuse de négocier avec ses adversaires politiques. Il s'est exprimé en fin de journée, et il appelle à une révolution pour changer le système politique en Irak. Et Moqtada Sadr demande à tous les habitants d'Irak de le rejoindre. Lucile Wassermann. 

Bar à thé, chicha, distribution de nourriture... À l'intérieur du Parlement, les sadristes organisent leur sit-in tel un grand festival. Dans les jardins extérieurs, certains ont monté des tentes. Des femmes, des enfants jouent sur un coin de pelouse, alors qu'un peu plus loin, dans les rues adjacentes, des vendeurs se sont désormais installés et proposent des cigarettes, des sandales ou encore des casquettes. Aucun doute, ce sit-in est parti pour durer et s'intensifier, alors que Moqtada Sadr a appelé à la révolution ce dimanche soir. Mais, face à cette situation plus qu'explosive, une autre partie de la population tente de se faire entendre. Celle qui n'est pas représentée par ces camps politiques. Celle qui a boycotté les élections d'octobre dernier, lassée de tous ces partis et de leurs querelles. 60% de la population au total qui oscille aujourd'hui entre peur et colère. Peur d'un nouveau conflit armé. Un de plus en Irak. Et colère car, même si cette partie de la population représente la majorité des Irakiens, elle pourrait bien devoir subir les conséquences des choix de ces partis, aujourd'hui très va-t-en-guerre. Lucile Wassermann, Bagdad, RFI. 

SB : Les bureaux de vote ont fermé il y a un peu plus de deux heures au Sénégal. 

RR : Il y avait des élections législatives, ce dimanche, avec un enjeu important pour l'opposition : imposer une cohabitation, un gouvernement d'opposition au président Macky Sall qui, lui, espère conserver une large majorité au Parlement. À la mi-journée, la participation s'élevait à 22% selon une source proche du ministère de l'Intérieur. Les premiers résultats provisoires sont attendus dans la soirée au Sénégal et des chiffres plus globaux, mais toujours provisoires, seront donnés au plus tard vendredi par la Commission nationale de recensement des votes. 

SB : Au moins deux morts dans des tirs de Casques bleus en République démocratique du Congo. 

RR : Les coups de feu ont eu lieu à un poste frontière avec l'Ouganda, dans l'est de la RDC, où des manifestations anti-ONU se sont produites, la semaine dernière. La mission de l'ONU en RDC, la Monusco, affirme dans un communiqué ne pas connaitre les raisons pour lesquelles ces Casques bleus ont ouvert le feu. Elle ajoute que les auteurs de la fusillade ont été identifiés et arrêtés en attendant les conclusions de l'enquête. 

SB : À nouveau des manifestations au Soudan. 

RR : Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées à Khartoum, la capitale, pour protester contre le coup d'État militaire du 25 octobre dernier. Comme chaque vendredi et comme chaque week-end depuis la prise de pouvoir du général al-Burhan, les manifestants ont crié des slogans hostiles aux militaires. Depuis le mois d'octobre, la répression de ces manifestations a fait 116 morts et des milliers de blessés, au Soudan. 

SB : Dans l’actualité, la Russie célébrait aujourd'hui la Journée de la flotte russe. 

RR : La marine de la Russie mise à l'honneur avec, notamment, une grande parade à Saint-Pétersbourg, en présence du président. Vladimir Poutine, qui a annoncé que la marine serait bientôt dotée d'un nouveau missile qualifié d'« invincible », « imbattable », par le président russe. 

« La flotte russe est capable d’infliger une réponse foudroyante à tous ceux qui décideront de porter atteinte à notre souveraineté et à notre liberté. Il faut noter que les derniers systèmes de missiles hypersoniques Zircon n’ont pas équivalent dans le monde, ils ne connaissent aucun obstacle. Chers camarades, leur livraison aux forces armées russes va commencer dans les prochains mois. La frégate Amiral Gorchkov sera la première à partir au combat avec cette arme redoutable à son bord. La zone de déploiement du navire équipé de missiles de croisière hypersoniques Zircon sera choisie en fonction des intérêts de sécurité de la Russie. La patrie est une notion sacrée pour nous tous et la défendre est un devoir, elle est le sens de la vie pour chacun de nous. » 

RR : Le président russe, Vladimir Poutine. 

SB : Et dans le courant de cette Journée de la flotte russe, Raphaël, il y a eu une attaque dans la mer Noire. 

RR : Moscou affirme que l'état-major de la flotte a été visé par une frappe de drone qui a fait cinq blessés et assure qu'il s'agit d'un acte commis par l'Ukraine. Kiev dément cette information et parle d'une « provocation délibérée », volontaire, de la part de la Russie. Les festivités de la journée qui étaient prévues en mer Noire ont été annulées. 

SB : Et Kiev accuse Moscou, à son tour, d'être responsable de l'assassinat d'un entrepreneur céréalier ukrainien. 

RR : Oleksii Vadatoursky et son épouse ont été tués dans des bombardements russes de la ville de Mykolaïv, c’est dans le sud de l'Ukraine. Pour Kiev, il s'agit d'un « meurtre prémédité », puisqu'un missile a précisément touché la chambre à coucher de ce couple. Les céréales ukrainiennes, vous le savez, sont bloquées par l'armée russe depuis le début du conflit. Elles devraient commencer à être exportées à nouveau en début de semaine. 

SB : Au Brésil, une pétition lancée par des professeurs d'université en faveur de la démocratie rencontre un joli succès.  

RR : Oui, quelques jours après son lancement, cette pétition a déjà recueilli plus d'un demi-million de signatures, y compris celles de plusieurs entreprises. Cette action se veut une réponse aux attaques répétées du président Jair Bolsonaro contre la fiabilité du système électoral. Achim Lippold. 

Cela fait des mois que Jair Bolsonaro critique le système de vote électronique. À la traîne dans les sondages, loin derrière son rival Lula, le président d'extrême droite met en cause la fiabilité du scrutin et alimente la crainte qu'il ne reconnaisse pas le résultat en cas de défaite. Cette semaine, des professeurs de la prestigieuse université de Sao Paulo ont donc décidé de répondre à ses attaques sans preuves, en lançant une pétition, appelée « Lettre aux Brésiliens et Brésiliennes en défense de l'État démocratique de droit ». En quelques jours, cette initiative a mobilisé plus d’un demi-million de personnes qui ont signé cette pétition, dont des artistes célèbres comme le chanteur Chico Buarque, connu pour son engagement contre la dictature dans les années 70. Mais ce qui est intéressant à noter, c'est que cette pétition est soutenue également par plusieurs organisations patronales comme la très influente Fédération des industries de Sao Paulo, jusqu'à présent proche du président d'extrême droite. Et la population ne semble pas non plus partager les critiques contre le système électoral. Selon un sondage publié ce week-end, presque 80% des Brésiliens disent avoir confiance dans les urnes électroniques. 

RR : Achim Lippold, du service International de RFI. 

SB : L'actualité sportive de ce dimanche, avec tout d'abord l'Angleterre qui gagne l'Euro de football féminin. 

RR : Les Anglaises se sont imposées à domicile, contre l'Allemagne, 2 buts à 1, à la fin des prolongations, les deux équipes ayant fini le temps règlementaire à 1 partout. C'est la première fois que les joueuses anglaises remportent le titre de Championnes d'Europe. Et c'est le premier titre pour l'Angleterre depuis 1966. Alors, c'est la fête, ce soir, dans les rues de Londres et des autres villes d'Angleterre. 

SB : Un autre match de football se jouait ce dimanche, chez les hommes, cette fois. 

RR : Deux clubs français, le Paris Saint-Germain et Nantes s'affrontaient pour le Trophée des Champions à Tel Aviv, en Israël. C'est devenu une tradition : le vainqueur du Championnat de France et celui de la Coupe de France se rencontrent dans un pays étranger. Et on va donc en Israël retrouver Annie Gasnier. Annie, le PSG l'a emporté sur un score sans appel, 4 buts à 0.  

Oui, effectivement, fin de partie et victoire du Paris Saint-Germain. Les joueurs sont tous sur la pelouse et, après les Nantais qui ont reçu leurs médailles, et bien c'est à leur tour de recevoir la médaille des vainqueurs et bientôt ils recevront ce fameux trophée, le Trophée des Champions. Le Paris Saint-Germain détient 11 victoires dans cette compétition en 15 participations. Il y a eu quatre beaux buts dans ce match signé Messi, Neymar, Ramos et de nouveau Neymar sur penalty. À noter cette très belle talonnade de Sergio Ramos, l'Espagnol, le défenseur, qui a donc signé, lui, le troisième but. Les stars de cette équipe étaient donc au rendez-vous d'un match qui lance leur saison par un trophée et les supporters seront rassurés. Quant aux Canaries, malgré le score sévère, ils ont bataillé, mais montré trop de maladresses devant les buts, leur atout indéniable, le gardien Alban Lafont. 

RR : Annie Gasnier, en direct de Tel Aviv. 

Enfin, un tout petit mot de cyclisme avec la fin du Tour de France féminin.
Et c'est la Néerlandaise Annemiek van Vleuten qui était largement favorite et qui s'est imposée. 

C’est la fin de ce Journal en français facile. Merci, Sylvie. Et merci à vous d'être toujours plus nombreux à nous écouter. Il est 22h10 à Paris. 

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias