#Francês da atualidade

Journal en français facile 25/12/2019 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Thomas Vichard : Vous écoutez RFI, il est 21 heures à Paris, 20 heures en temps universel. Bonsoir et bienvenue dans votre Journal en français facile. Avec moi pour vous le présenter ce soir, un autre Thomas, Thomas Schnell. Bonsoir Thomas !

Thomas Schnell : Bonsoir Thomas et bonsoir à tous.

TV : À la Une de cette édition, la bénédiction Urbi et Orbi du pape François au Vatican. C'est son traditionnel message de Noël, prononcé depuis la place Saint-Pierre au Vatican. Le souverain pontife appelle à la paix et à la réconciliation dans le monde.

TS : À Hong Kong, les festivités de Noël ont été gâchées par « des émeutiers irresponsables et égoïstes ». C'est ce qu'explique la chef de l'exécutif Carrie Lam. Hier soir, de nouvelles violences sont survenues entre forces anti-émeutes et militants pro-démocraties, après quelques jours plus calmes et une théorique trêve de Noël.

TV : Et puis, on évoquera également la démission de Travis Kalanick. C'est le cofondateur de l'entreprise Uber, la plateforme qui propose un service de voituriers à la demande. Un départ qui est tout sauf une surprise. Vous l'entendrez à la fin de ce journal.

---

TS : Le pape François a donc prononcé son traditionnel message de Noël depuis Rome. Sa bénédiction Urbi et Orbi à la ville et au monde.

TV : Le souverain pontife de 83 ans en a profité pour inviter à la paix les nombreuses régions du monde encore déchirées par les conflits et les guerres. Notre correspondant Éric Sénanque a assisté au discours du pape François.

Depuis le balcon de la basilique Saint-Pierre, le pape François n’a pas occulté les drames qui défigurent le monde. « Il y a des ténèbres dans les conflits économiques, géopolitiques et écologiques, mais plus grande est la lumière du Christ », a-t-il dit après avoir souhaité un joyeux Noël aux fidèles. François a appelé la communauté internationale à « garantir la sécurité » au Moyen-Orient, en particulier en Syrie et a souhaité, cette année, avoir une pensée spéciale pour le Liban. « Que le Christ soit un soutien pour le peuple libanais, afin qu’il puisse sortir de la crise actuelle et redécouvre sa vocation d’être un messager de liberté et d’harmonieuse coexistence pour tous. » Ukraine, Yémen, Irak ou Venezuela, autant de pays où l’esprit de Noël peine à arriver. Mais dans son discours, le pape s’est aussi tourné vers l’Afrique, marquée par le terrorisme, en particulier au Sahel. « Qu’il soit le réconfort pour tous ceux qui sont persécutés à cause de leur foi religieuse, et pour tous ceux qui tombent victimes des attaques de la part des groupes extrémistes, surtout au Burkina Faso, au Mali, au Niger et au Nigéria. » Un message Urbi et Orbi dans lequel François a aussi invité à « assouplir notre cœur souvent endurci et égoïste » afin de donner « le sourire aux enfants du monde entier », des enfants parfois abandonnés ou trop souvent victimes de violences.

TS : Le pape en a parlé dans son discours. Le Burkina Faso, avec une première journée de deuil dans le pays au lendemain de la pire attaque jihadiste qu'il ait connu depuis cinq ans.

TV : Deux jours de deuil national ont été décrétés, après ce double attentat qui a tué 35 civils, dont 31 femmes, ainsi que quatre soldats et trois gendarmes. Hier matin, le président burkinabè a dénoncé un acte barbare. L'attaque a eu lieu dans la province de Soum, à Arbinda, dans le nord du pays.

TS : L'Algérie en deuil national également a enterré le général Ahmed Gaïd Salah aujourd'hui.

TV : Des funérailles dignes d'un chef d'État. Pour celui qui était l'homme fort du pays depuis le début de la contestation populaire à l'encontre de l'ancien président Abdelaziz Bouteflika. La dépouille de l'ancien chef d'état-major algérien a été exposée toute la matinée au Palais du peuple, situé au centre de la capitale. Des milliers d'Algériens y étaient rassemblés. Certains ont ensuite accompagné à pied le convoi qui a conduit à la mi-journée Ahmed Gaïd Salah au cimetière d'El Alia, situé à quelques kilomètres d'Alger.

TS : Direction Hong Kong à présent, où la trêve de Noël a été très relative.

TV : L'ancienne colonie britannique connaît sa crise la plus grave depuis qu'elle a été rétrocédée à la Chine en 1997. C'est-à-dire le moment où la Grande-Bretagne a rendu le territoire à Pékin. Avec des violences en marge des fortes mobilisations pour demander notamment une plus grande autonomie et davantage de démocratie. Des violences qui avaient baissé en intensité depuis un mois. Mais cette nuit, les forces anti-émeutes sont intervenues dans les quartiers commerçants de l'île. Pour disperser des manifestations de militants pro-démocratie déguisés en Père Noël. Sur place, le reportage de Stéphane Lagarde.

Des cornes de rennes en tissus, des bonnets rouges, des masques en papier sur le visage, la poignée de protestataires croisés à Causeway Bay est bien difficile à distinguer dans la foule joyeuse du lendemain de réveillon. Dans ces ruelles du shopping de Hong Kong, peu de slogans, mais des pancartes, des hommes et des femmes-sandwichs invitant à venir essayer les menus des restaurants du quartier. Malgré l’appel à la trêve de personnalité comme le cardinal John Tong de Hong Kong, la contestation doit continuer, affirme Jey Lou, commerçante du quartier : « Ils n’ont pas répondu à nos revendications, donc on doit continuer. C’est Noël, on ne travaille pas… On en profite pour s’exprimer, car les arrestations continuent. Même si on célèbre les fêtes en famille, on ne doit pas oublier les jeunes qui manifestent. » « Joyeux Noël », lancent les enfants tirés par la main de leurs parents pressés. Cette ambiance de fête n’a pas empêché l’intervention des forces anti-émeutes, cette nuit, après minuit pour disperser des manifestants près de centres commerciaux ou de grands hôtels. Des hôteliers qui font grise mine avec des taux d’occupation qui ont continué de baisser pour Noël malgré des prix de chambres parfois diminués de moitié.

TV : Ces affrontements ont été condamnés par le pouvoir pro-chinois. Sur son compte Facebook, la cheffe de l'exécutif Carrie Lam a expliqué que les émeutiers étaient « irresponsables et égoïstes », et qu'ils avaient gâché les festivités de Noël.

TS : En Australie, les incendies continuent de ravager le pays, notamment dans la région de la Nouvelle-Galles du Sud.

TV : Malgré un léger répit grâce aux pluies, la situation reste très tendue autour de ces feux de brousse. Plus de trois millions d'hectares de végétation et près de 900 maisons sont déjà partis en fumée. Les pompiers sont plus que jamais mobilisés pour tenter d'éteindre les flammes. Greg Allan est l’un d’entre eux, et il prévient, la situation est loin d’être terminée. Le point sur la situation avec Jelena Tomic.

Les quelques averses la nuit dernière à Sydney et en Nouvelle-Galles du Sud n'ont offert qu'un très court répit aux quelque 2 000 pompiers qui profitent des températures plus fraîches à Noël pour renforcer les lignes de confinement, avant une nouvelle détérioration des conditions météo attendues pour ce week-end. L'Institut météo prévoit une nouvelle hausse des températures, jusqu'à 45 degrés qui pourraient frapper l'ouest de Sydney dimanche et lundi. La situation reste très précaire, avec une cinquantaine de feux de brousse actifs en Nouvelle-Galles du Sud, notamment deux incendies incontrôlés qui se sont développés au nord et au sud d'un axe routier important reliant Sydney au site naturel des Blue Mountains. L'incendie au nord a déjà détruit un demi-million d'hectares. En tout, rien qu'en Nouvelle-Galles du Sud, près de trois millions et demi d'hectares sont partis en fumée, soit une superficie supérieure à la taille de la Belgique. D'autres feux de forêt frappent durement les États du Queensland, de Victoria, d'Australie-Méridionale, la Tasmanie et l'Australie-Occidentale. Au total, neuf personnes ont perdu la vie depuis le début de la saison des incendies en septembre.

TV : Les explications de Jelena Tomic.

TS : Le géant des services de VTC, de Véhicules de tourisme avec chauffeur, le géant Uber perd l'un de ses cofondateurs.

TV : Travis Kalanick quittera officiellement ses fonctions le 31 décembre prochain. Il l'a annoncé sur son compte Twitter. Ces dernières années, il avait été progressivement été mis en retrait de l'entreprise par les investisseurs. Ce départ n'est donc pas vraiment une surprise, Myriam Berber.

Uber a fait partie de ma vie ces dix dernières années, c’est par ces mots que Travis Kalanick a annoncé son départ. En juin 2017, à la demande des investisseurs, il avait déjà dû renoncer à son poste de directeur général. Ces derniers dénonçaient, alors, un management violent, une culture sexiste et de harcèlement au travail, au sein du groupe. Cette décision de quitter le conseil d'administration d'Uber n'est qu'une suite logique au désengagement de Travis Kalanick du groupe qu'il a fondé en 2009. Début novembre, il a, en effet, vendu, une grande partie de ses actions. Pour la coquette somme, de 2 milliards et demi de dollars. Travis Kalanick devrait, désormais, se consacrer à son fonds d’investissement, créé l’an dernier, et destiné à financer des projets à but non lucratif, dans le secteur de l'éducation notamment. Mais il reste toujours un homme d’affaires, ce fonds a, également, pour vocation d’investir dans l’immobilier, le commerce en ligne et dans des projets en Chine et en Inde.

TS : En Inde, l'opposition à la loi sur la citoyenneté grandit.

TV : Des hindous et plusieurs autres communautés sont descendus rejoindre, dans la rue, les musulmans, qui dénoncent cette loi depuis deux semaines. Votée le 11 décembre, elle facilite l'attribution de la citoyenneté indienne aux réfugiés d'Afghanistan, du Pakistan et du Bangladesh. Sauf pour ceux de confession musulmane.

C'est ainsi que se termine ce Journal en français facile. Merci à Thomas Schnell de m'avoir accompagné. Merci à vous de l'avoir suivi.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias