#Francês da atualidade

Journal en français facile 23/05 20h00 GMT

Image par défaut des émissions / éditions
RFI
Transcription

Aurélien Devernoix :
Merci d'écouter RFI, il est 22h à Paris. 20h en Temps Universel. Bienvenue dans votre journal en Français Facile. Bonsoir à toutes et à tous. À mes côtés pour coprésenter ce journal ce soir, Sylvie Berruet. Bonsoir Sylvie.

Sylvie Berruet :
Bonsoir Aurélien, bonsoir à toutes et à tous.

AD :
À la Une de l'actualité de ce lundi 23 mai, le second tour de l'élection présidentielle en Autriche. Le résultat officiel et définitif a été annoncé cet après-midi et c'est le candidat écologiste Alexander Van der Bellen qui l'emporte face à son rival d'extrême droite Norbert Hofer.

SB :
Le Premier ministre français Manuel Valls poursuit sa visite au Proche-Orient. Il a rencontré aujourd'hui le chef du gouvernement israélien Benjamin Netanyahou et doit se rendre demain dans les Territoires Palestiniens.

AD :
Manuel Valls qui a dénoncé ce soir un chantage de la part du syndicat français CGT. Des adhérents de la Confédération Générale du Travail bloquent des raffineries de pétrole dans le pays pour protester contre la réforme du code du travail proposée par le gouvernement.

SB :
Et puis nous vous donnerons les résultats du premier tour du tournoi de tennis de Roland Garros à Paris. Avec l'exploit de la jeune Française Myrtille Georges qui a gagné pour son premier match à ce niveau de compétition.

SB :
Il aura donc fallu que les électeurs de la droite modérée et de la gauche votent ensemble pour éviter à l'Autriche d'être le premier pays de l'Union européenne à élire un président d'extrême droite.

AD :
Très en retard après le premier tour, l'écologiste Alexander van der Bellen a en effet réussi in extremis - c'est à dire au dernier moment - à battre le candidat du FPO, Norbert Hofer. Le décompte des voix avait commencé hier soir et s'est terminé cet après-midi. Selon les résultats officiels, Alexander van der Bellen devance d'un peu plus de 30 000 voix son concurrent. Écoutez la réaction du nouveau président autrichien.

Mon objectif c’est de constituer un contrepoids constructif par rapport au gouvernement et au parlement autrichien. Nous devons œuvrer ensemble en faveur d’une nouvelle culture politique et d’une nouvelle façon de faire la politique. J’aimerais que dans 6 ans, lors que mon mandat de président prendra fin, la majorité des Autrichiens puissent dire : oui, je vais mieux qu’il y a 6 ans. J’aimerais que dans 6 ans, presque tous les Autrichiens puissent affirmer que leurs enfants soient promis à un bel avenir. Et j’aimerais que dans 6 ans, presque tous les Autrichiens puissent dire qu’ils regardent l’avenir avec confiance, plein d’espoir ! On a beaucoup parlé des lignes de fracture de ce pays, entre gauche et droite, villes et campagnes, jeune et vieux, etc… mais nous pouvons aussi considérer ça comme le fait que nous sommes les deux moitiés qui constituent l'Autriche et que chaque moitié est aussi importante que l'autre !  

AD :
Un résultat accueilli avec soulagement par Manuel Valls. Le Premier ministre français s'est félicité de voir les Autrichiens rejeter le populisme et l'extrémisme.

SB :
Manuels Valls qui est en visite au Proche-Orient. Il a rencontré aujourd'hui le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou.

AD :
Le chef du gouvernement français est venu défendre le projet d'organiser un sommet pour relancer les négociations de paix entre israéliens et palestiniens. Cette réunion devait normalement se tenir à la fin du mois de mai. Mais Benjamin Netanyahou est opposé à cette idée et il l'a encore répété aujourd'hui. Et du côté des Palestiniens, il y a de la méfiance envers Manuel Valls qui a souvent affirmé son soutien et sa proximité avec Israël. Le 1er ministre français multiplie donc les visites symboliques pour prouver sa neutralité. À Jérusalem, les explications de Valérie Gas.

À Bethléem Manuel Valls a continué dans la série des visites symboliques. Le Premier ministre s'est rendu dans la basilique de la Nativité qui est en pleine restauration, une restauration à laquelle la France participe activement. Il est ensuite allé à Jérusalem Est à la rencontre des ONG françaises. Objectif : montrer que la France a une position équilibrée et que les liens du Premier ministre avec Israël, des liens qu'il n'a cessé de mettre en avant depuis son arrivée dans le pays, ne l'empêchent pas de s'intéresser aux problèmes des Palestiniens. Lors d'un entretien avec la presse en marge du déplacement, Manuel Valls a ainsi insisté sur le sentiment d'injustice ressenti par les Palestiniens frappés par le chômage et l'absence d'avenir. Le Premier ministre a déclaré : « il faut aider l'Autorité Palestinienne. » Concernant le processus de paix aussi, les Palestiniens ne sont pas prêts à un dialogue direct que réclame Israël, estime-t-on dans l'entourage du Premier ministre. Tout l'enjeu pour la France est donc de trouver sur quels critères, avec quel encadrement, une négociation peut reprendre. Car à la fin des fins, Manuel Valls le reconnaît, c'est entre les Israéliens et les Palestiniens qu'un accord pourra se sceller mais on n'en est pas encore là. Valérie Gas, Jérusalem, RFI.

SB :
Le premier sommet humanitaire mondial s'est ouvert aujourd'hui à Istanbul.

AD :
Une réunion inédite destinée à améliorer la coopération internationale en cas de graves crises comme celle qui se passe en Syrie depuis 5 ans par exemple. Près de 6000 personnes participent aux débats, même si plusieurs associations humanitaires ont fait part de leur scepticisme, de leurs doutes, comme Médecins Sans Frontières qui a refusé l'invitation.

SB :
La Syrie vous venez d'en parler Aurélien : plusieurs attentats ont eu lieu aujourd'hui dans le pays.

AD :
Des attaques très meurtrières et qui, c'est assez rare, ont touchées des villes très protégées par les forces du président Bachar al Assad. Il s'agit des localités de Tartous et de Jablé situées au bord de la mer Méditerranée. Près de 150 personnes seraient mortes dans ces attaques : des voitures ont explosé et des personnes équipées de ceintures piégées les ont déclenchées dans un hôpital par exemple. Les attentats ont été revendiqués par le Groupe Etat Islamique.

SB :
Le Groupe Etat Islamique qui affirme aussi être responsable de deux attaques au Yémen.

AD :
Les forces gouvernementales ont été encore une fois visées. Une première explosion a eu lieu près d'un bureau de recrutement de l'armée à Aden, la deuxième ville du pays. Une seconde a eu lieu à proximité d'une base militaire toujours à Aden. Le bilan est d'au moins 41 morts. Le Yémen où le régime et les rebelles houthis tentent toujours de trouver un accord de paix. Les négociations ont repris cet après-midi au Koweit.

SB :
La situation au Moyen-Orient évoquée cet après-midi au Vatican à Rome pendant une rencontre historique : celle du Pape François et du grand imam de la mosquée d'Al Azhar, Ahmed al Tayeb.

AD :
Un entretien privé mais très important : il met fin à plusieurs années de mauvaises relations entre le siège de l’Église catholique et la plus haute autorité de l'islam sunnite. Le contact avait même été arrêté en 2011. Le Pape François avait plusieurs fois tendu la main aux autorités musulmanes ces derniers mois. Il avait par exemple appelé à une solidarité religieuse pour venir en aide aux victimes des guerres au Moyen-Orient.

SB :
En France, de nombreuses personnes protestent depuis deux mois et demi contre la réforme des conditions de travail dans les entreprises. Une réforme proposée et défendue par le gouvernement.

AD :
Plusieurs syndicats français appellent chaque semaine à manifester depuis le début du mois de mars. Parmi eux la CGT, la Confédération Générale du Travail, qui a décidé depuis quelques jours de trouver de nouveaux modes de protestation. Des raffineries de pétrole et des dépôts de carburants sont ainsi bloqués. Entraînant un début de pénurie - c'est à dire d'absence - de carburant dans les stations services du pays. Altin Lazaj nous explique la situation.

Difficile d'établir un chiffre exact mais plusieurs centaines des 12 mille stations-service que compte la France, seraient en rupture partielle ou totale. L’ouest et le nord de l’Hexagone sont particulièrement touchés. Environ une station sur 5 rencontre des difficultés d’approvisionnement dans cette partie de la France.  Il y a aussi quelques stations touchées en région parisienne. Le gouvernement assure qu’un effort très important est fourni par les distributeurs pour réalimenter les pompes. Coté raffineries, sur les 8 que compte le pays, 6 sont à l’arrêt ou en cours d’arrêt d’après  la CGT. Par ailleurs,sur une centaine de dépôts de carburant de taille très importante, 5 sont bloqués. Jusqu'ici cantoné au nord-ouest, le blocage de sites pétroliers s'est étendu au sud-est. Près de Marseille, un demi-millier de militants du syndicat CGT ont barré les accès à un important dépôt de carburant et à une raffinerie Esso à Fos-sur-Mer. Dans les ports, où le principal appel à la grève concerne la journée de jeudi, les dockers participent localement au blocage de dépôts pétroliers, comme celui de Donges, près de Nantes.

SB :
Nous parlons de sport maintenant Aurélien, avec le tournoi de tennis de Roland Garros à Paris.

AD :
Ce tournoi fait partie du Grand Chelem : 4 compétitions à travers le monde qui opposent les meilleurs joueurs et joueuses de la planète. Il est dont très difficile d'y participer et encore plus d'y gagner un match. C'est pourtant ce qu'a réussi la Française Myrtille Georges. Pour sa première participation dans le tableau final d'un de ces 4 tournois, elle a battu l'Américaine Christina McHale qui était favorite de leur rencontre. Chez les messieurs, qualification difficile de Stanislas Wavrinka, vainqueur l'an passé, qui a du jouer pendant 5 manches contre le Tchèque Lukas Rosol.
Il est bientôt 22h10 à Paris. 20h10 en Temps Universel. Merci d'avoir suivi en notre compagnie ce journal en Français Facile.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias