#Francês da atualidade

Journal en français facile 22/08/2019 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Guillaume Naudin : Il est 20h en temps universel, 22h ici à Paris.Bonjour ou bonsoir à toutes et à tous et bienvenue dans le journal en français facile avec ce soir Sylvie Berruet. Bonsoir Sylvie.

Sylvie Berruet : Bonsoir.

GN : Et dans l’actualité de ce jeudi, il y a : le G7 de Biarritz. Pendant que les opposants sont réunis en contre-sommet, Emmanuel Macron prépare la réunion des chefs d’états et de gouvernement.

SB : Boris Johnson à Paris. Le Premier ministre britannique veut un nouvel accord de Brexit, les discussions continuent, mais les solutions tardent à se matérialiser.

GN : Les consultations politiques en Italie après la chute du gouvernement. Elles devaient se terminer ce soir, mais le président Sergio Matarella a décidé qu’elles vont continuer.

SB : Des incendies géants en Amazonie. La forêt brûle au Brésil et en Bolivie, qui tente de sauver ce qui peut l’être dans la faune et la flore.

------

SB : Alors que le G7 n’a pas encore commencé ils sont déjà plusieurs milliers depuis mercredi à organiser leur contre G7.

GN : Cela se passe à Hendaye, à 30 km au sud de Bayonne. Beaucoup dorment sur place sous des tentes, dans ce qu’ils appellent le « campement », la journée des ateliers et des cycles de réflexions sur l’écologie, l’égalité homme femme ou encore l’immigration sont organisées. Écoutez cette jeune femme qui ne veut pas donner son nom. Elle a 24 ans, vient de Bayonne et a posé deux jours de congés pour venir à ce contre G7.

[Transcription manquante]

GN : Propos recueillis par Pierre Olivier. Avant de recevoir les chefs d’état et de gouvernement, le président français accueille les représentants de la société civile demain pour recueillir leurs recommandations avant e sommet. Il accueillera aussi le ministre iranien des Affaires étrangères. L’Iran devrait figurer en bonne place des discussions en pleines tensions dans la région du Golfe. 

SB : La suite de la tournée européenne de Boris Johnson.

GN : Après Berlin hier, le Premier ministre britannique était à Paris aujourd’hui. Il a déjeuné avec Emmanuel Macron. Boris Johnson veut des aménagements avant le Brexit prévus le 31 octobre. Les deux ont convenu de continuer à discuter. Hier, la Chancelière allemande Angela Merkel indiquait qu’un accord était toujours possible.

SB : Le Premier ministre indien Narendra Modi est lui aussi en France.

GN : Il rencontre le Président français ce soir et doit participer au sommet du G7 de Biarritz. L’occasion pour Emmanuel Macron d’évoquer la question du Cachemire, région séparatiste à majorité musulmane. Le 5 août dernier, New Delhi a unilatéralement révoqué l’autonomie du Cachemire et imposé un couvre-feu inédit. Depuis plus de deux semaines, la population reste partiellement coupée du monde- les téléphones mobiles et l’internet sont coupés et les déplacements restreints par des barrages militaires. Surtout, les autorités ont arrêté plus de 4000 personnes, politiciens de tous bords ou militants des droits de l’homme. Notre correspondant en Inde a réussi à rencontrer l’une des dernières politiciennes cachemiriennes encore en liberté. Pour elle, cette répression inédite ressemble à la colonisation israélienne en Palestine. Sébastien Farcis.

Shehla Rashid est horrifiée et inquiète : elle vit à New Delhi et rassemble les histoires de violences, tortures et arrestations arbitraires qui se déroulent au cachemire. Des récits rapportés par ceux qui en reviennent, vu que toutes les communications avec la région sont coupées. Le président de son parti du Mouvement pour le peuple du Cachemire a également été arrêté, sans raison officielle. Et personne ne sait où il est. Selon la loi indienne, les autorités doivent présenter un détenu à un juge dans les 24h qui suivent son arrestation. Le juge décide alors d’autoriser ou non son maintien en détention. Or les tribunaux sont fermés. Cela veut dire que toutes les arrestations sont illégales. Le gouvernement agit donc comme un Gang de kidnappeurs. Et si quelqu’un disparaît, il peut nier qu’il l’avait arrêté. Shehla Rashid considère que cette répression inédite des droits fondamentaux des Cachemiriens ressemble terriblement à ce que le gouvernement israélien fait subir aux Palestiniens. Comme les Israéliens, ce gouvernement perçoit le Cachemire comme une terre sacrée qui doit être reconquise aux musulmans. Et pour cela, ils n’ont aucune considération pour le peuple du cachemire ou son identité. Sur le terrain, ils utilisent d’ailleurs de la technologie militaire israélienne. Shehla Rashid vient de déposer un recours devant la Cour suprême pour annuler l’abrogation de l’autonomie du Cachemire.

SB : La situation politique en Italie.

GN : le président Sergio Materellava prolonger les consultations pour tenter de former une coalition et un gouvernement. C’est ce qu’il a décidé après deux jours de rendez-vous avec les différents partis politiques. L’Italie vit une crise politique depuis que la coalition entre le mouvement antisystème 5 étoiles et la ligue d’extrême droite a explosé à l’initiative de Matteo Salvini, patron de la Ligue.

SB : La crise entre le Japon et la Corée du Sud.

GN : Séoul annonce la fin d’un accord de partage de renseignements militaires existant avec Tokyo, sur fond de tensions diplomatiques et commerciales entre les deux alliés des États-Unis dans la région. Les États-Unis disent regretter cette décision.

SB : La forêt amazonienne brûle.

GN : C’est le cas au Brésil, mais aussi en Bolivie, où ces dernières semaines quasiment un demi-million d’hectares a disparu. Une perte inestimable pour la faune et la flore exceptionnelle du pays, qui lutte pour maîtriser les flammes. Correspondance à La Paz d’Alice Campaignolle.

Ce sont 3 foyers d’incendie qui se sont ravivés ces dernières heures dans l’extrême est du pays, à la frontière avec le Paraguay. Alors que le Président Evo Morales avait affirmé, il y a quelques jours, que les feux étaient maîtrisés, les vents violents de la saison ont fait repartir les flammes. Si des centaines de militaires et de volontaires sont sur place pour aider à éteindre les incendies, ce n’est pas suffisant et le gouvernement, après avoir créé un cabinet d’urgence environnemental, a annoncé l’arrivée d’un Boeing 747 super tanker qui pourra, peut-être, gérer la catastrophe depuis le ciel. Pour le moment ce sont 500 000 hectares de forêt qui sont partis en fumée, l’équivalent de deux fois l’île de Réunion. Ces feux sont dus à ce que l’on appelle ici le chaqueo, la culture sur brûlis, utilisée pour nettoyer et fertiliser des terrains destinés à l’agriculture et l’élevage. Une technique très controversée et peu contrôlable, mais qui ne semble pas être condamnée par le président Evo Morales, qui a affirmé « mais si nous ne brûlons pas, comment allons-nous cultiver ? » Alice Campaignolle, La Paz, RFI.

SB : Les microplastiques dans l’eau potable n’entraînent pas de risque pour la santé.

GN : C’est l’organisation mondiale pour la santé, l’OMS, qui se vaut rassurante. Dans un rapport publié aujourd’hui, l’agence onusienne présente la synthèse de dernières connaissances sur les microplastiques, c’est-à-dire les particules de plastique dont la taille est inférieure à 5 mm, dans l’eau du robinet et l’eau en bouteille, Christine Siebert.

Est-ce dangereux de boire du plastique ? Les chercheurs ont surtout analysé trois aspects : le risque d’ingérer ces petites particules de plastique présentes dans l’eau, les risques chimiques ou encore les risques liés à la présence de bactéries. Et d’après le rapport de l’OMS, l’ensemble des risques est faible. Concernant l’ingestion : en principe les microplastique relativement « grands »... plus d’un dixième de millimètre - ne sont pas absorbé par l’organisme humain. Les particules plus petites risquent, en revanche, d’être absorbées. Mais les données scientifiques concernant ce sujet sont encore très limitées. Et cela vaut également pour les autres aspects de l’étude - le risque chimique et la présence des bactéries. Le principal enseignement paraît donc être l’urgence de mener des évaluations plus approfondies... et en attendant de ralentir la production et le rejet du plastique afin de préserver les écosystèmes aquatiques. Il faut aussi mieux traiter les eaux usées, disent les experts. Cela permettrait de retirer une grande partie des microplastiques. Mais la grande majorité de la population mondiale ne dispose pas de système adapté pour traiter efficacement les eaux usées. Un classement sans suite. C’est le résultat de l’enquête sur les soupçons de conflit d’intérêts autour du secrétaire général de l’Élysée Alexis Kohler. L’enquête avait été ouverte le 4 juin 2018 après « la publication de plusieurs articles de presse » sur un éventuel conflit d’intérêts entre les anciens postes du bras droit d’Emmanuel Macron dans la haute fonction publique et ses liens familiaux avec l’armateur MSC, gros client du chantier naval STX rebaptisé depuis chantiers de l’atlantique. 

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias