#Francês da atualidade

Journal en français facile 19/02/2021 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Adrien Delgrange : À l'écoute de RFI en direct de Paris, il est 21h, 20h en temps universel. L’heure de votre Journal en français facile présenté ce soir avec Medhi Meddeb, bonsoir Medhi. 

Medhi Meddeb : Bonsoir Adrien, bonsoir à toutes et à tous.

AD : Au sommaire de cette édition : des pays riches qui veulent aider les pays pauvres à vacciner leurs populations contre le Covid-19.
Le président américain Joe Biden veut retrouver de bonnes relations avec ses alliés européen.
En Algérie, la libération ce soir du journaliste Khaled Drareni.
Et puis Australie, la colère des utilisateurs de Facebook, une partie des contenus du réseau social est bloqué.
Voilà pour les titres, soyez les bienvenus.

-------

MM : La pandémie de coronavirus au menu des discussions du G7. Les dirigeants des pays les plus industrialisés de la planète se sont particulièrement penchés sur la question des vaccins.

AD : Comment partager le remède au niveau mondial ? Pour cela il faut de l'argent et les pays du D7 ont fait des promesses pour aider les habitants des pays les plus pauvres, à commencer par les pays du continent Africain. RFI Berlin Pascal Thibaut.

Les sept pays les plus industrialisés mettent 7,5 milliards d’euros à disposition pour le programme de vaccination Covax pour les pays les plus pauvres, soit un doublement. Au total, plus de dix milliards ont été rassemblés dans le monde d’après la chancelière Merkel. Le plan onusien souhaite fournir 1,3 milliard de doses de vaccins à 92 pays d’ici la fin de l’année. Les États-Unis, l’Allemagne, l’Europe ont annoncé lors de la réunion virtuelle des dirigeants du G7 comme dans la foulée lors d’un événement en ligne de la conférence sur la sécurité de Munich des efforts supplémentaires. L’Allemagne augmente son aide d’1,5 milliard. Joe Biden veut débloquer cette année et en 2022 quatre milliards de dollars. Emmanuel Macron présent aussi virtuellement présent à Munich a souhaité que l’Europe et les États-Unis cèdent 13 millions de doses aux pays africains pour permettre la vaccination de leur personnel soignant. « La pandémie ne sera vaincue que quand le monde entier aura été vacciné » a estimé Angela Merkel parlant d’une « question élémentaire d’équité ». Des progrès restent à faire car 0,5% des vaccinations dans le monde ont eu lieu jusqu’à présent dans les pays les plus pauvres.

AD : Ils manifestaient contre les mesures restrictives de lutte contre le Covid-19. Au Gabon, 2 hommes tués par balles hier soir à Libreville dans des manifestations. Les circonstances de la mort de ces deux personnes ne sont pas encore connues, c’est ce qu'annonce ce soir le Parquet gabonais.

Le journaliste Khaled Drareni est libre, devenu le symbole du combat pour la liberté de la presse en Algérie,  Khaled Drareni a été libéré vendredi soir et ce au lendemain de l'annonce d'une grâce présidentielle en faveur de dizaines de détenus. « Au total, 33 personnes ont été libérées jusqu'ici. Les procédures sont en cours pour les autres », indique le ministère algérien de la Justice.

MM : « L’Amérique est de retour, l’alliance transatlantique est de retour.» Ce sont les mots de Joe Biden qui s’exprimait à l'occasion d'une conférence internationale sur la sécurité.

AD : Le président américain insiste sur l’engagement des américains auprès de leurs alliés européens, mais aussi au sein de l’OTAN, l’OTAN une alliance militaire entre plusieurs pays dont les États-Unis. Joe Biden affirme son attachement à l’article 5 de la charte de l’alliance atlantique  à savoir : « Une attaque contre l’un d’entre nous est une attaque contre nous tous ». Joe Biden dit aussi vouloir défendre le modèle de démocratie, un modèle qu'il juge menacé.

Dans de très nombreux endroits, y compris en Europe et aux États-Unis, les progrès démocratiques sont menacés. Nous sommes au cœur d'un débat fondamental sur l'orientation future de notre monde. Entre ceux qui soutiennent que - étant donné tous les défis auxquels nous sommes confrontés, de la quatrième révolution industrielle à une pandémie mondiale - l'autocratie est la meilleure voie à suivre, et ceux qui comprennent que la démocratie est essentielle pour relever ces défis. Et je crois de tout mon être que la démocratie doit prévaloir et qu’elle le fera. Nous devons démontrer que les démocraties peuvent encore apporter des résultats à nos peuples. C'est selon moi notre mission exaltante. La démocratie n'est pas le fruit du hasard. Nous devons la défendre, nous battre pour elle,  la renforcer, la renouveler. Nous devons prouver que notre modèle n'est pas une relique de notre histoire. C'est le seul et le meilleur moyen de réaliser la promesse de le président américain.

AD : Une réconciliation des États-Unis avec l’Europe saluée par la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron.

MM : En Birmanie, la manifestante blessée par balles la semaine dernière est décédée ce vendredi matin.

AD : Mya, c'est son prénom, jeune femme de 20 ans qui a perdu la vie ce matin à l'hôpital de Rangoun des suites de ses blessures. D'après les autorités militaires, les forces de l'ordre ne disposaient pas d'armes mortelle ce jour-là. Des propos démentis par l'ONG Amnesty International qui affirme que les images diffusées dans la presse prouvent le contraire.

MM : En Argentine, d’anciens militaires ont été condamnés pour des crimes commis il y a une quarantaine d’année.

AD : La justice leur reproche plus de 800 crimes, des assassinats, des tortures, des abus sexuels qui se sont passés à l'Esma, l’École de mécanique de la marine, principal prison clandestine de la dictature au pouvoir à l’époque. Récit et analyse, avec notre correspondant à Buenos Aires Jean-Louis Buchet.

Perpétuité pour Raúl Cabral, Carlos Castellví et Miguel Conde. Quinze ans de prison pour quatre autres anciens officiers et six ans pour le dernier prévenu. Avec ce verdict, rendu public au cours d’une audience à laquelle juges, avocats, parties civiles et accusés ont participé de manière virtuelle via Zoom, s’est terminé le procès dit Esma IV. Esma est l’acronyme en espagnol de l’École de mécanique de la marine, principal centre de détention clandestin de la dictature au pouvoir entre 1976 et 1983. À cette occasion, les prévenus devaient répondre pour 816 crimes, entre homicides, détentions illégales, tortures, abus sexuels et séquestrations d’enfants. Moins médiatique que le procès Esma III, où ont été condamnés d’anciens militaires considérés des symboles de la répression, comme Alfredo Astiz, responsable de la disparition des religieuses françaises Alice Domon et Léonie Duquet, Esma IV, dernier de la série, ferme un cycle. Il témoigne aussi de la volonté de l’Argentine de continuer avec la politique dite de Mémoire, Justice et Vérité en ce qui concerne les crimes de la dictature, malgré les restrictions dues à la situation sanitaire qui ont retardé ce procès l’an dernier. Jean-Louis Buchet, Buenos Aires, RFI

MM : Les australiens toujours privés d'articles de presse sur Facebook, et pourtant, ce vendredi matin des discussion au plus haut niveau se sont tenues entre les autorités australiennes et les dirigeants du réseau social.

AD : Objectif ? trouver une solution car Facebook a décidé de bloquer les partages des contenus d'actualité en Australie pour s'opposer au projet de loi qui doit obliger l'ese américaine à rémunérer les médias. Ce blocage qui provoque la colère de utilisateurs et pas seulement en Australie. Pauline Gleize

Le mouvement DeleteFacebook - comprenez supprimer Facebook- s'est relancé. Sur le réseau social concurrent, Twitter, les hashtag Boycottfacebook et BoycottZuckerberg ont également fleuri. La fronde vient même d'un ancien de Facebook. L'ex-responsable du réseau social sur l'île, Stephen Scheeler s'est ému dans les colonnes de The Australian. Il a encouragé les internautes australiens à supprimer l'appli Facebook pour envoyer un message à l'entreprise. Des ministres australiens ont exprimé leur indignation sans forcément appeler au Boycott. Scott Morrison, le Premier ministre a dénoncé une mesure arrogante et décevante. Par ailleurs, au-delà des anonymes qui appellent à supprimer les comptes Facebook ou qui clament fièrement avoir déjà sauté le pas, le Daily express s'est joint au mouvement. Dans un tweet, le tabloïd britannique assure que « pendant trop longtemps les géants des réseaux sociaux ont été intouchables » avant de lister une série de hashtag contre Facebook et Instagram.

AD : Toujours au Royaume-Uni, Julian Knight, membre du parlement, sans appeler au boycott juge l'action de Facebook, « profondément irresponsable ». De l'autre côté de l'Atlantique, le député démocrate du Rhode Island, David Cicilline s'est indigné : « Si ce n'est pas déjà clair, Facebook n'est pas compatible avec la démocratie ». Il n'a pas non plus appelé au boycott. D'ailleurs, son compte Facebook est toujours actif. 

 

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias