#Francês da atualidade

Journal en français facile 18/09/2019 20h00 GMT

Image par défaut des émissions / éditions
RFI
Transcription

Vous écoutez RFI il est 22h à Paris, 20h en temps universel.

Romain Auzouy : Bonsoir à tous, bienvenue dans votre journal en français facile. Présenté ce soir en compagnie de Sylvie Berruet, bonsoir Sylvie.

Sylvie Berruet : Bonsoir Romain, bonsoir à tous.

RA : À la une de l’actualité ce soir : les États-Unis accusent l’Iran. Après les attaques qui ont touché samedi des installations pétrolières en Arabie saoudite, Washington dénonce un acte de guerre. Et Donald Trump annoncé un durcissement des sanctions américaines en Iran.

SB : L’incertitude en Israël. Au lendemain des élections législatives deux partis sont à égalité : le Likoud du Premier ministre Benyamin Netanyahu, et le parti Bleu Blanc de Benny Gantz. La tâche s’annonce compliquée pour former une coalition.

RA : Des milliers de porcs abattus en Corée du Sud. Décision des autorités après la révélation des premiers cas de peste porcine africaine.

SB : Et puis du football ce soir. Match de gala au Parc des Princes, le Paris Saint Germain affronte le Real Madrid dans la première journée de la Ligue des Champions. À la mi-temps les Parisiens mènent 2-0.

------

SB : C’est « un acte de guerre » selon Mike Pompeo.

RA : Le secrétaire d’État américain était en Arabie saoudite ce mercredi. Le pays qui a été touché par des attaques samedi dernier : des drones et des missiles qui ont frappé des sites pétroliers. Pour Washington il n’y a aucun doute, l’Iran est responsable de ces attaques. Et d’ailleurs un peu plus tôt dans la journée Donald Trump avait annoncé un durcissement des sanctions américaines qui touchent l’économie iranienne. Les précisions à Washington d’Anne Corpet.

C’est comme d’habitude via Twitter que Donald Trump a fait son annonce. « Je viens d’ordonner au secrétaire au trésor de durcir substantiellement les sanctions contre l’État iranien », écrit-il sans plus de précision. Depuis le retrait américain de l’accord sur le nucléaire iranien, Washington impose déjà de sévères mesures punitives contre l’Iran auxquelles vont donc s’ajouter ces nouvelles sanctions. Le message de Donald Trump est arrivé juste après que l’Iran a menacé d’une prompte et forte riposte en cas d’attaque. Le tweet de Donald Trump ne signifie pas que d’autres représailles, et notamment militaires soient exclues par les Américains… mais le président a clairement déclaré en début de semaine qu’il était sur le principe opposé à l’entrée des Etats-Unis dans un nouveau conflit. L’annonce de ces nouvelles sanctions a en tous cas suscité la colère d’un proche du président. Sur la chaîne de télévision CNN, le sénateur Lindsey Graham a estimé que ces mesures étaient insuffisantes. Anne Corpet, Washington, RFI.

RA : Et ce soir l’Iran a réagi au durcissement des sanctions américaines annoncé par Donald Trump. À travers cette décision Mohammad Javad Zarif accuse Washington de « viser délibérément » les civils iraniens.

SB : Autre grand titre de l’actualité internationale ce soir : en Israël les deux favoris des élections législatives sont au coude à coude.

RA : Au coude à coude cela veut dire que le résultat est extrêmement serré. Et effectivement au lendemain du scrutin, 90 % des bulletins ont été dépouillés, et le parti de Benny Gantz (Bleu Blanc) remporte 32 sièges. Tandis que le Likoud le parti de Benjamin Netanyahu gagne 31 sièges. Cela veut dire que même s’ils réunissent leurs alliés respectifs aucune des deux personnalités ne semble capable d’obtenir une majorité. Pour Benjamin Netanyahu ce serait une sévère défaite, lui qui a décidé de l’organisation de ces élections anticipées. Alors depuis le scrutin il concentre ses efforts à unir la droite derrière lui. À Jérusalem pour RFI Guilhem Delteil.

Affaibli par son échec à obtenir une majorité de droite, Benyamin Netanyahu s’est attaché ce mercredi à montrer le poids politique et l’autorité dont il jouit encore. La séquence s’est déroulée en deux temps : une rencontre avec les chefs des formations politiques religieuses et nationales religieuses, ceux qu’il considère comme ses alliés naturels. Puis une réunion des députés de son parti, le Likud. Les formations de droite, qui ont siégé avec lui au sein de l’exécutif depuis 2015, se sont engagées à rester unies. Elles ont même désigné une équipe commune de négociations en vue de la formation d’un gouvernement. Benyamin Netanyahu veut ainsi montrer que son camp politique reste uni derrière lui et n’envisage pas de le remplacer. Et avec le soutien de 55 députés, il espère également arriver en position de force face au président pour l’empêcher de donner à Benny Gantz le mandat de former le prochain gouvernement. Mais la manœuvre comprend un risque également : cette coalition est précisément celle rejetée par les autres partis politiques. Soit en raison de son positionnement idéologique, trop à droite ou trop religieux pour certains. Soit à cause des accusations de corruption pesant contre le Premier ministre sortant. En s’engageant dans les discussions avec les autres formations de droite, Benyamin Netanyahu limite également sa capacité à attirer d’autres députés dans son camp. Guilhem Delteil, Jérusalem, RFI.

RA : Et preuve de l’importance des discussions, Benjamin Netanyahu a décidé aujourd’hui d’annuler son déplacement prévu dans les prochains jours à l’Assemblée générale de l’ONU.

SB : En République démocratique du Congo, la mort du chef suprême des FDLR.

RA : Sylvestre Mudacumura était poursuivi par la Cour pénale internationale pour crimes de guerre. Il a été abattu la nuit dernière par l’armée congolaise à environ 60 km de Goma. Les FDLR constituent une rébellion rwandaise, créée par des Hutus qui avaient trouvé refuge dans l’est de la RDC après le génocide des Tutsis en 1994.

SB : En Corée du Sud, plusieurs milliers de porcs d’élevage vont être abattus.

RA : C’est une décision des autorités après qu’un premier cas de peste porcine africaine a été déclaré hier. Aujourd’hui un deuxième cas a été confirmé. La Corée du Sud est le 9e pays d’Asie touché par la maladie, qui ne peut pas être transmise à l’homme, mais qui est fatale pour les élevages. Et ils sont nombreux en Corée du Sud. Correspondance à Séoul de Frédéric Ojardias.

Près de 10 000 cochons ont déjà été abattus autour de deux fermes touchées par la maladie, pour contenir l’épidémie. Des mesures drastiques de quarantaine et de désinfection ont aussi été décrétées. Selon l’agence de presse Yonhap, le prix au détail de la viande de porc a bondi de 30 % en un jour. La première ferme infectée se situe à 10 km seulement de la frontière avec la Corée du Nord... qui elle-même a rapporté son premier cas de peste porcine fin mai. Selon la presse locale, le virus aurait pu être transmis par des sangliers sauvages qui traversent la ligne de démarcation. Le gouvernement sud-coréen a cependant répondu qu’il était difficile pour ces animaux de franchir cette frontière lourdement militarisée et couverte de champs de mines et de barbelés. Séoul essaie depuis des mois de convaincre Pyongyang de coopérer et de mener des efforts conjoints pour contenir l’infection. Sans succès : le régime fait la sourde oreille... et alors que les pourparlers de dénucléarisation sont dans l’impasse, il refuse tout dialogue avec son voisin sud-coréen. Frédéric Ojardias, Séoul, RFI.

SB : Le taux d’emploi des immigrés en forte hausse dans les pays de l’OCDE.

RA : L’OCDE c’est l’Organisation de coopération et de développement économique. C’est une organisation qui regroupe une majorité de pays développés. Dans son rapport elle affirme qu’aujourd’hui plus de deux immigrés sur trois ont un emploi. Mais il y a des différences importantes entre les pays. Myriam Berber.

Le taux d’emploi des immigrés dans l’OCDE atteint, désormais, plus de 68 %. Un taux qui se rapproche de celui des personnes nées dans le pays. Même tendance pour le taux de chômage qui tombe à 8 et demi pour cent. Ces bons chiffres s’expliquent notamment, par les migrations temporaires de travail, en forte hausse. Les travailleurs polonais sont les plus nombreux. Des travailleurs temporaires ou saisonniers que l’on retrouve surtout, dans le secteur agricole, le tourisme et le bâtiment. Dans des pays comme l’Autriche, la Suisse et le Luxembourg, les travailleurs frontaliers représentent, ainsi, une part importante de la population active. Enfin, le rapport de l’OCDE pointe de fortes disparités entre les pays. La France fait partie des mauvais élèves. 14 et demi pour cent des immigrés sont au chômage. Ils sont souvent cantonnés dans des emplois peu qualifiés et rencontrent des difficultés pour trouver un travail. 

SB : Emmanuel Macron est en Italie ce soir.

RA : Le chef de l’État français devait s’entretenir avec le Président italien Sergio Mattarella, puis avec le Président du Conseil Giuseppe Conté. Une déclaration à la presse devrait suivre, puis Emmanuel Macron sera de retour à Paris. C’est une visite éclair (elle ne dure pas longtemps), mais une visite « importante sur le fond et le symbolique », affirme la présidence française. Il s’agit en effet de mettre fin à une guerre des mots qui ont marqué les 14 mois au cours desquels la Ligue et le mouvement 5 Étoiles étaient au pouvoir en Italie.

SB : Enfin en football une affiche prestigieuse actuellement au Parc des Princes.

RA : Le Paris Saint Germain accueille le Real Madrid. Pour les deux équipes, c’est le premier match de la saison en Ligue des Champions. C’est le début de la seconde période et le PSG mène 2-0. Fin de ce Journal en français facile.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias