#Francês da atualidade

Journal en français facile 16/09/2021 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Vous écoutez RFI, il est 22h00 à Paris, 2 heures de moins en temps universel. 

Clémentine Pawlotsky : Bonsoir à tous, bienvenue dans votre Journal en français facile, présenté ce soir avec Sylvie Berruet, bonsoir Sylvie.

Sylvie Berruet : Bonsoir à toutes et à tous.

CP : La France ne décolère pas. L’Australie a rompu le « contrat du siècle » avec Paris au profit des États-Unis. Il portait sur la constructions de sous-marins. 

SB : Elle est la 4e femme à occuper un tel poste au Royaume-Uni : Liz Truss a été nommée ministre des Affaires étrangères. Portrait à suivre dans ce journal. 

CP : Le président russe Vladimir Poutine obligé de se placer à l'isolement. Un cluster de Covid-19 a été découvert au Kremlin. Plusieurs membres de l'entourage du dirigeant seraient contaminés. 

SB : Et puis, à Paris en France, l'Arc de triomphe est désormais empaqueté. Il est recouvert de 25 000 m² de tissus. Une œuvre de l'artiste contemporain Christo. 

-----

SB : L'affaire des sous-marins australiens tourne à la crise diplomatique entre la France et les États-Unis.

CP : l’Australie a décidé de rompre un contrat avec la France, un contrat de 31 milliards de dollars portant sur la constructions de sous-marins. À la place, le pays a conclu un accord avec les États-Unis et le Royaume-Uni, pour des sous-marins nucléaires. Cette décision provoque la colère de Paris. Les autorités françaises dénoncent « un coup dans le dos », une « décision brutale » et « insupportable ». Cette décision en dit long aussi sur la volonté des États-Unis de renforcer leur présence dans la zone Indo-Pacifique, notamment face à la Chine, mais cette politique de Washington n'est pas nouvelle. Explications de Romain Lemaresquier. 

Après le retrait américain d’Afghanistan, les États-Unis ont, semble-t-il, décidé de jeter toute leurs forces dans le développement de leur politique de sécurité dans la zone Indo-Pacifique. Une réponse aux velléités chinoises dans cette zone du monde très disputée depuis des années. Cette politique américaine n’est pas nouvelle. La secrétaire d’État Hillary Clinton en avait fait une priorité en 2007 mais, depuis, les Printemps arabes et la situation en Afghanistan avaient plus ou moins mis entre parenthèses cette nouvelle approche géostratégique. Une vision que même Donald Trump partageait. Joe Biden a décidé dorénavant d’accélérer en scellant une alliance avec l’Australie et le Royaume-Uni, au risque de se brouiller avec un partenaire de longue date, en l’occurrence la France. Le président américain a également annoncé la tenue d’une réunion du Quad le 24 septembre prochain à Washington avec la présence des Premiers ministres australien, indien et japonais afin de relancer un format diplomatique qui végétait depuis plusieurs années et qui doit désormais jouer un rôle central pour préserver la paix et la sécurité dans cette région. Pour la Chine, qui condamne la vente de sous-marins nucléaires américains à l’Australie, la nouvelle alliance scellée entre ces pays est, selon elle, une nouvelle qui pourrait tout simplement saper le calme apparent qui règne dans cette région.

CP : Et toujours au sujet de cette crise des sous-marin, on apprend que la France annule une célébration prévue à Washington. plus d'informations dans nos prochaines éditions. 

SB : La France, où la chancelière allemande Angela Merkel poursuit sa tournée d'adieux.

CP : Elle dinait ce soir avec le président Emmanuel Macron. La chancelière cèdera sa place à son successeur, après les législatives du 26 septembre en Allemagne, d'ici là, les 2 responsables politiques ont promis de continuer à travailler main dans la main. 

SB : C'est LE visage du remaniement ministériel au Royaume-Uni : Liz Truss devient la patronne de la diplomatie britannique.

CP : La nouvelle ministre des Affaires étrangères est la 4e femme de l'histoire à occuper ce poste, dans le pays. Elle devrait très vite se faire un nom. Son portrait est signé Vincent Souriau. 

À 46 ans, diplômée d’Oxford, libérale et pro-Brexit, Liz Truss est déjà le chouchou des sympathisants conservateurs. Avec 85% d’opinions favorables, elle caracolait la semaine dernière en tête des ministres les plus appréciés. La frange droitière des Tories adore son patriotisme revendiqué et sa détestation de l’État-providence. Depuis deux ans, elle détenait le portefeuille du Commerce international. Elle y a signé plusieurs accords de libre-échange et s’y est forgé une réputation de grande travailleuse. En matière de politique étrangère, on la dit assez hostile à la Chine car elle s’est illustrée par des déclarations vigoureuses taclant aussi bien le sort des Ouighours au Xinjiang que les arrangements du gouvernement chinois avec la propriété intellectuelle. Son premier déplacement en tant que cheffe de la diplomatie pourrait avoir lieu dès la semaine prochaine, à l’occasion de l’Assemblée générale de l’ONU à New York.

CP : Précisions de Vincent Souriau. 

SB : La cheffe de la diplomatie néerlandaise a quant à elle démissionné.

CP : La ministre néerlandaise des Affaires étrangères des Pays-Bas Sigrid Kaag a annoncé sa démission aujourd’hui après que les députés ont formellement critiqué sa gestion de l'évacuation d'Afghanistan. Les parlementaires ont adopté une motion critiquant le gouvernement pour avoir échoué à évacuer certains Afghans, et pour n'avoir pas anticipé les signes de la prise du pouvoir rapide par les talibans. Voici ce qu'a déclaré la ministre : « La chambre considère que le gouvernement a agi de manière irresponsable. (...) Dans ma conception de la démocratie et de notre tradition de gouvernement, un ministre doit partir si sa politique est dénoncée ».

CP : Sa démission survient au lendemain du limogeage du ministre britannique des Affaires étrangères Dominic Raab, lui aussi en raison de sa gestion de la crise afghane.

SB : L’Afrique va manquer de près de 500 millions de vaccins contre le Covid-19.

CP : Oui, c'est l'Organisation mondiale de la santé qui l'affirme. L'initiative covax qui devait permettre de distribuer ces vaccins sur le continent en a reçu moins que prévu. Et ce, alors que l’Afrique a franchi cette semaine la barre des 8 millions d'infections, selon l'OMS. 

SB : Et justement Clémentine, toujours au sujet du Covid-19, un cluster a été découvert au Kremlin.

CP : Le siège du gouvernement russe est en état d'alerte. L'entourage du président Vladimir Poutine sera largement contaminé. Résultat, le dirigeant a dû annuler ses déplacements. Il est actuellement à l'isolement, à Moscou, Anissa el Jabri. 

Rattrapé par le Covid jusque dans son cercle rapproché, jusqu’ici Vladimir Poutine avait pourtant pris des mesures drastiques : 14 jours d’isolement imposés aux rares personnes autorisées à le rencontrer. Devant ses alliés d’Asie centrale et de Chine réunis dans la capitale tadjike, le président russe s’est expliqué ce matin via vidéo conférence. « Malheureusement, j’ai dû annuler mon déplacement. Je le regrette beaucoup, mais la raison est que dans mon proche entourage, comme vous le savez, des cas de coronavirus ont été détectés et il ne s’agit pas d’une ou deux personnes, mais de dizaines de personnes. Je dois donc me mettre en confinement pendant quelques jours. » Certains médias murmurent que cela a aussi permis au président de sécher physiquement cette rencontre, question de standing ; son homologue chinois avait annulé. Ce retour à l’isolement sonne en tout cas comme un rappel de la grande difficulté qu’a la Russie à enrayer la pandémie. Le pays est un des plus endeuillés au monde. Méfiants à peine un quart des russes sont vaccinés quant aux mesures de distanciation sociale et au port du masque elles sont respectées par une petite minorité. Après les élections ce week-end le pouvoir pourrait d’ailleurs serrer la vis. Anissa el Jabri Moscou RFI.

SB : En argentine, journée de mobilisation.

CP : Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté à Buenos Aires la capitale. Elles réclamaient de meilleures conditions de vie. L’appel à manifester avait été lancé par des mouvements de gauche, ces derniers réclament plus d'aides pour faire face aux conséquences de la pandémie. À noter que cette manifestation intervient alors que le gouvernement est en pleine crise, en raison de tensions au sein de la majorité du président Alberto Fernandez. 

SB : En France, l'empaquetage de l'Arc de Triomphe à Paris est quasiment terminée.

CP : L'arc de triomphe est désormais recouvert de tissus. C'est une œuvre posthume de l'artiste contemporain Christo. « posthum », cela veut dire réalisée après sa mort. Le plasticien bulgare est décédé l'an dernier. Il a fallu 25 mille mètres-carrés de tissus recyclé argent bleuté. Edmond Sadaka. 

Cela faisait plusieurs dizaines d’années que l’artiste bulgare décédé en mai 2020 rêvait de ce projet. Il voulait faire en sorte que l’Arc de triomphe devienne l’espace de quelques semaines un objet vivant qui va s'animer et dont la surface disait il va devenir sensuelle. Le projet, d’un coût de 14 millions d'euros n’a nécessité aucune subvention publique. Il est entièrement autofinancé grâce à la vente d'œuvres originales de l’artiste. Ce jeudi matin, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot a décrit cette œuvre comme un formidable présent aux Parisiens, aux Français et à tous les amateurs de l'art. Quant à Bruno Cordeau, l’administrateur de l’Arc de triomphe, il appelle lui les français à profiter de ce moment éphémère puisque l’œuvre d’art ne sera visible que jusqu’au début du moins d’octobre. […]Pour permettre au public de se rendre plus facilement sur les lieux, la place de l'Étoile, un des points cardinaux de la capitale, sera fermée à la circulation tous les week-ends jusqu'au 3 octobre, date du démantèlement.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias