#Francês da atualidade

Journal en français facile 13/10/2021 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Clémentine Pawlotsky : Merci d’écouter RFI, il est 22 heures à Paris, 23 heures à Doha. Bonsoir à tous, bienvenue dans votre Journal en français facile, présenté ce soir avec Sylvie Berruet, bonsoir Sylvie !

Sylvie Berruet : Bonsoir Clémentine, bonsoir à toutes et à tous.

CP : À la une, les talibans afghans qui brandissent la menace d'une nouvelle crise migratoire si les occidentaux ne lèvent pas leurs sanctions contre l’Afghanistan. Nous entendrons l'un des portes paroles du nouveau régime taliban.

SB : Un regain de tension au Kosovo. Une opération anti-contrebande de la police a fait plusieurs blessés, parmi lesquels des policiers kosovars et des civils serbes. 

CP : La Suède se veut à la pointe du combat contre l'antisémitisme. Le pays organisait aujourd’hui un forum international sur la question. Nous retrouverons notre correspondant sur place.

SB : Dans l'actualité enfin, ce contrat scellé entre la plateforme Netflix et l'acteur préféré des français Omar Sy. C'est une première ! On en parle à la fin de ce journal ! 

-----

SB : Le nouveau régime taliban en Afghanistan met en garde les occidentaux contre un afflux de réfugiés afghans.

ZK : Le risque d'une vague migratoire, c'est la menace brandie par les talibans, si les occidentaux ne lèvent pas leurs sanctions contre l’Afghanistan. Des sanctions internationales strictes imposées après le retour au pouvoir des talibans. Le problème, c'est que les banques afghanes manquent de liquidités et les fonctionnaires ne sont pas payés. Écoutez Suheil Shaneen, un des représentants talibans.

« Nous l’avons dit aux représentants européens et aussi à ceux des États-Unis : affaiblir l’Afghanistan et son gouvernement actuel, ce n’est dans l’intérêt de personne car si l’anarchie règne en Afghanistan, si le gouvernement est affaibli c’est à vous que cela posera des problèmes de sécurité. Si nous ne contrôlons pas la totalité du pays, peut-être que d’autres groupes viendront et qu’ils seront contre vous, ils représenteront une menace pour vous. Deuxièmement, cela poussera de nombreuses vagues de réfugiés en direction des pays européens et cela non plus ce n’est pas dans votre intérêt. Mais si nous sommes forts et que nous sommes en mesure de fournir des emplois à la population alors vous ne verrez pas arriver de migrants économiques et par ailleurs aucune autre organisation ne parviendra à recruter parmi la population… ».

CP : Suheil Shaneen, porte-parole des talibans. Il a été récemment désigné ambassadeur afghan auprès de l'ONU mais sans reconnaissance internationale pour le moment. Il était au micro de notre envoyé spécial au Qatar, Nicolas Falez. Le Qatar où les talibans ont rencontré une délégation des États-Unis et de l'Union européenne.

SB : Direction l'Europe. Au Kosovo, une opération anti-contrebande a dégénéré.

CP : Plusieurs policiers kosovars et des civils serbes ont été blessés aujourd’hui dans le nord du pays. Il s'agit d'un nouvel épisode de tensions entre la Serbie et son ancienne province. Il intervient deux semaines après d'autres tensions, provoquées par une décision du Kosovo. Le pays a décidé d'interdire les plaques d'immatriculations serbes sur son territoire. Résultat, des Serbes ont bloqués les routes qui relient les deux pays. Le récit des violences d'aujourd'hui, avec Romain Lemaresquier.

La situation est très tendue après les raids menées ce mercredi par la police kosovare contre des biens serbes de contrebande. Des opérations menées en même temps dans plusieurs localités, dont Pristina et Mitrovica. Les interventions de la police kosovare ont provoqué la colère de centaines de Serbes qui ont décidé de bloquer des routes à Mitrovica et Zvecan, une ville située dans sa banlieue. Des heurts ont éclaté et la police kosovare n’a pas hésité à faire usage de gaz lacrymogène. Les manifestants ont répliqué en lançant des pierres contre les forces de l’ordre et en incendiant des véhicules selon l’Agence France presse présente sur place. Les policiers kosovars ont été pris à partie et accusent les manifestants d’avoir, je cite, « utilisé des armes à feu et des grenades à main pur attaquer et empêcher les douaniers de faire leur travail ». Une tension qui a obligé les forces de l’ordre a quitté les lieux après avoir procédé à l’arrestation de huit personnes. L’opération anti-contrebande aurait permis de saisir des biens d’une valeur de plusieurs centaines de milliers d’euros entrés illégalement sur le territoire kosovar. Un épisode qui risque de raviver les tensions entre la Serbie et le Kosovo, même si pour l’instant Belgrade n’a pas réagi.

SB : Plusieurs personnes tuées et blessées en Norvège.

CP : À l'origine de cette attaque : un homme armé d'un arc et de flèches. Ça s'est passé à Königsberg, dans le sud-est du pays. Le suspect a été arrêté par la police, les raisons de cette attaque ne sont pas encore connues. Le nombre précis de victimes n'a pas non plus été dévoilé.

SB : Un forum international pour la mémoire de l'holocauste et le combat contre l'antisémitisme s'est tenu aujourd'hui en Suède.

CP : L'holocauste, c'est le génocide, l'extermination des Juifs par les nazis, lors de la seconde moitié du 20e siècle. Le forum s'est tenu dans la ville suédoise de Malmö, en présence des représentants d'une quarantaine de pays mais aussi de géants de l'internet. La Suède n'a pas participé à la Seconde Guerre mondiale mais le pays se veut aujourd’hui à la pointe de ce combat. Les explications de notre correspondant Frédéric Faux.

C’est un ancien dirigeant suédois qui avait organisé une première conférence à Stockholm en 2000 sur le souvenir de l’holocauste. Vingt et un an après, l’idée est donc de trouver de nouveaux moyens pour entretenir cette mémoire, et pour lutter contre l’antisémitisme contemporain. C’est ce qu’a rappelé le président du Conseil Européen, le Belge Charles Michel : « Ce devoir de ne jamais oublier nous incombe, à nous les Européens. Mais se souvenir, ce n’est pas assez. Alors que les derniers survivants de la Shoah nous quittent, l’antisémitisme resurgit. Nous devons agir, nous devons réagir, maintenant. » Le Premier ministre suédois Stefan Löfven, qui va quitter ses fonctions le mois prochain, a fait de la lutte contre l'antisémitisme un de ses derniers grands combats, promettant de mieux protéger les quelque 15 000 à 20 000 juifs de Suède. Et de ce point de vue, le choix de Malmö pour accueillir cette conférence est significatif. Cette ville cosmopolite, porte d’entrée des migrants en Suède, est souvent présentée comme la plus antisémite du pays. Les juifs qui affichent ostensiblement leur religion sont menacés. En 2020, lors d’une manifestation, des appels au meurtre de juifs ont été proférés. Résultat : la communauté juive de Malmö est en train de fondre. Ils ne seraient plus que quelques centaines. Frédéric Faux, Stockholm, RFI.

SB : Le Premier ministre polonais doit s'exprimer mardi prochain devant les eurodéputés.

CP : Mateusz Morawiecki a l’intention d'évoquer la décision controversée de la Cour constitutionnelle polonaise de faire primer le droit polonais sur le droit de l'Union européenne. Le dirigeant conservateur nationaliste a fait cette demande au président du Parlement européen David Sassoli. Il s'agit selon lui de « présenter la position de la Pologne » lors d'un débat prévu. De son côté, l'Union européenne menace de suspendre le versement de fonds européens destinés à la relance économique de la Pologne.

SB : Le Québec reporte d'un mois la vaccination obligatoire des travailleurs de la santé.

CP : Le gouvernement souhaite donner une dernière chance aux non-vaccinées contre le Covid-19. Ils ont désormais jusqu'au 15 novembre pour s'immuniser. Le secteur de la santé québécois fait actuellement face à une pénurie, un manque de personnel. Si les autorités n'avaient pas permis ce report, les conséquences auraient été catastrophiques pour la prises en charge des patients : 600 lits et 35 salles d'opérations auraient dû être fermées.

SB : En France, le Sénat dit NON à la vaccination obligatoire contre le Covid-19. 

CP : C'était une proposition du groupe socialiste, proposition rejetée donc par les sénateurs. L'opposition de droite est majoritaire au Sénat français.

SB : L'acteur préféré des français se marie avec Netflix.

CP : La superstar Omar Sy a scellé un contrat de plusieurs années avec la plateforme, pour produire et jouer dans des films après le succès mondial de la série lupin. C'est un première. Isabelle Chenu.

Omar Sy est la plus grande star française du moment, révélé à l'international en 2011 avec le succès du film « Intouchables », un acteur désormais connu dans le monde entier grâce au triomphe de la série « Lupin » diffusée sur Netflix, 3e plus grand succès de la plateforme américaine qui compte 209 millions d'abonnés. Netflix a donc logiquement misé sur l'acteur de 43 ans, qui vit à los Angeles avec sa femme et ses cinq enfants depuis 2012. Né en région parisienne d'un père sénégalais et d'une mère mauritanienne, Omar Sy incarne une réussite française sans équivalent pour un fils d'immigrés africains. Mi-septembre, il avait été le seul Français à figurer dans la liste des 100 personnalités les plus influentes de la planète, classement dressé par magazine américain Time. L'accord pluriannuel signé avec Netflix prévoit qu'Omar Sy participe à plusieurs projets de films pour la plateforme, autant à titre d’acteur que de producteur, par l’entremise de sa société de production Korokoro. Le montant de ce mégacontrat n’a pas été dévoilé. Omar Sy sera à nouveau sur Netflix dans quelques mois aux côtés de Laurent Lafitte dans un film intitulé « Tour de force » signé Louis Leterrier, le réalisateur de Lupin.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias