#Francês da atualidade

Journal en français facile 12/05/2020 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Jérôme Bastion : Bienvenue sur Radio France internationale, il est 22h à Paris, 20h en temps universel, et c'est l'heure de votre Journal en français facile ! Nous y ferons bien sûr le point sur la pandémie de Covid-19 qui a fait près de 286 000 morts dans le monde, mais avec des situations très différentes selon les pays :
- et nous commencerons par le principal épicentre de la pandémie, les États-Unis, où la Présidence est touchée par plusieurs cas parmi les proches collaborateurs de Donald Trump et où le masque est désormais obligatoire; au même moment, « M. coronavirus » le Dr Fauci met en garde contre un déconfinement trop rapide. 
- au Proche-Orient, cette conséquence inattendue de la crise sanitaire, qui paralyse la très fragile économie palestinienne : l'État israélien a octroyé un prêt de plus de 200 millions d'euros à l'Autorité palestinienne qui l'avait demandé.
- la Grande-Bretagne, elle aussi fortement impactée par la maladie, vient de repousser les mesures de déconfinement et annonce la reconduction de soutien économique aux entreprises, contraintes de suspendre leur activité.
 
------
 
JB : Aux États-Unis, la Maison-Blanche n’est pas épargnée : 2 membres du personnel ont été testés positifs. En conséquence le port du masque est maintenant obligatoire pour une partie des collaborateurs de Donald Trump. Quant au docteur Anthony Fauci, à la tête de la cellule de crise de l'épidémie à la Présidence, il met en garde contre la réouverture trop rapide de l’économie qui pourrait avoir des conséquences très graves, dit-il. Le directeur de l’institut national des allergies et des maladies infectieuses incarne la lutte contre le coronavirus aux États-Unis. Il était auditionné ce mardi matin devant le sénat. Les précisions d'Anne Corpet à Washington. 

« Les conséquences pourraient être très graves si un État, une ville, une région, décident de rouvrir leur économie sans suivre  nos recommandations » assène Anthony Fauci avant d’ajouter « Ce sera un retour en arrière, non seulement sur la plan sanitaire, mais aussi pour l’économie ». Le conseiller scientifique de la Maison-Blanche ne le précise pas mais l’avertissement est clair : de nombreux États ont levé les mesures de confinement sans attendre les quatorze jours de recul de l’épidémie préconisés par les autorités fédérales. Direct, n’hésitant pas à répéter qu’il reste beaucoup d’inconnues sur la maladie, le docteur s’exprime depuis chez lui par visio-conférence devant les sénateurs. Et sa prudence tranche avec l’optimisme et les certitudes affichées par le président américain. « Nous allons dans la bonne direction mais cela ne veut pas dire que nous maitrisons l’épidémie » souligne-t-il. Interrogé par le sénateur gauche Bernie Sanders sur les 82 000 décès enregistrés sur le sol américain le docteur Fauci déclare : « le nombre de décès dus au coronavirus est probablement, presque certainement plus élevé » Et il prévient : « l’idée que l’on puisse avoir un vaccin à l’automne me semble hors de portée. »

JB : La crise économique causée par le coronavirus pèse sur les finances publiques dans de nombreux pays et l’Autorité palestinienne ne fait pas exception : elle a vu ses recettes fiscales diminuer et négocié une aide auprès d’Israël qui a accepté de lui accorder un prêt qui pourra atteindre jusqu’à 210 millions d’euros. À Jérusalem, Guilhem Delteil.

Pour le ministre de l’Économie palestinien, l’aide était devenue une question de survie. Conformément aux accords entre les deux partis, Israël prélève les taxes d’importations et d’exportation pour le compte de l’Autorité palestinienne. Habituellement, ces recettes fiscales sont de l’ordre de 750 millions de shekels, soit environ 200 millions d’euros, par mois. Mais en avril, elles avaient déjà baissé de près de 30%. Et elles risquent de passer sous la barre des 500 millions de shekels une fois le mois de Ramadan terminé. Le gouvernement palestinien considère la somme de 500 millions de shekels comme un seuil critique. Si les taxes douanières tombent en dessous, il craint de ne plus avoir les moyens de soutenir l’économie palestinienne dans cette période de crise. Depuis un mois et demi, il négociait donc une aide avec le gouvernement israélien. Finalement, les deux partis – pourtant engagées dans un bras de fer financier sur le paiement d’allocations aux familles de détenus palestiniens - sont parvenus à un accord. Pendant quatre mois, entre juin et septembre, Israël complètera si besoin les taxes douanières palestiniennes. Lorsqu’elles seront inférieures à 500 millions de shekels, Israël apportera un complément mensuel, dans la limite de 800 millions de shekels, 210 millions d’euros, sur l’ensemble de la période.

JB : Au Royaume-Uni, les aides pour les entreprises vont être reconduites pour quatre mois. Dimanche, le premier ministre Boris avait officiellement prolongé la période de confinement des Britanniques jusqu’à début juin. Ce mardi, son ministre de l’Économie Rishi Sunak rassure patrons et salariés en annonçant donc la poursuite jusqu’à la fin octobre d’aides devenues vitales pour des millions de personnes. David Baché.

Au Royaume-Uni, les aides pour les entreprises vont être reconduites pour quatre mois. Dimanche, le premier ministre Boris avait officiellement prolongé la période de confinement des Britanniques jusqu’à début juin. Aujourd’hui (mardi), son ministre de l’Économie Rishi Sunak rassure patrons et salariés en annonçant donc la poursuite jusqu’à la fin octobre d’aides devenues vitales pour des millions de personnes. David Baché. 7 millions et de demi de salariés britanniques, travaillant pour 935 000 entreprises ont eu recours au chômage partiel depuis le début du confinement, il y a un mois et demi. Ce dispositif garantit aux salariés 80% de leur rémunération habituelle, avec un plafond de 2 500 livres mensuelles, environ 2 800 euros. Selon le chancelier de l’Echiquier, Rishi Sunak, le montant des demandes aurait déjà dépassé les 11 milliards d’euros auxquels il faut encore ajouter des prêts et des garanties de prêts, destinés à maintenir la trésorerie des entreprises et donc à les empêcher de couler. D'après le cabinet d'études Institute for Fiscal Studies, toutes ces aides auront coûté, d’ici la fin du mois de juillet, près de 68 milliards d’euros aux caisses britanniques. Une somme qui ne prend pas en compte la prolongation du chômage partiel jusqu’à la fin du mois d’octobre. Ces aides devraient être graduellement diminuées, des précisions sur cette diminution sont attendues d’ici la fin du mois.

JB : Le maire de Londres, Sadiq Khan, s'est prononcé mardi contre une reprise prématurée dans sa ville des matches du championnat d'Angleterre de football, suspendu en raison de la pandémie de coronavirus, selon un porte-parole. 

Avant d'en venir à l'actualité purement politique en France, ce chiffre, qui est un très mauvais signe sur le front de la propagation du SARS-cov-2, moins de 48h après le début du déconfinement : l'hexagone a enregistré 348 nouveaux décès en 24h, soit plus de 70 de plus que la veille, qui marquait déjà une forte hausse par rapport aux bilans de la semaine dernière. Les patients en urgence ont vu leur nombre diminuer, disent les autorités. Bilan total depuis le 1er mars : 26 991 décès. C'était une demande de plusieurs partis politiques : les conseils municipaux élus lors du premier tour le 15 mars dernier, juste avant l'entrée en vigueur du confinement, vont pouvoir prendre leurs fonctions. Une décision qui concerne près de 80% des communes françaises, soit quelque 30 000 municipalités. Le premier ministre, Edouard Philippe, l'a annoncé cet après-midi à l'Assemblée nationale.

Conformément à l’avis des scientifiques, nous avons pris la décision de procéder à l’installation des conseils municipaux  élus complètement au premier tour. La première réunion du Conseil municipal qui permettra notamment d’élire le maire et ses adjoints se tiendra entre le samedi 23 mai et le jeudi 28 mai. Autrement dit, Mesdames et Messieurs les députés, au plus tard le jeudi 28 mai 30 000 des 35 000 communes françaises auront un conseil municipal installé et un maire et des adjoints élus dans des conditions normales, et je pense que nous pouvons tous nous en féliciter.

JB : Aucune décision n'a en revanche été prise concernant les communes où un second tour reste nécessaire... la date de ce second tour est pour l'instant prévue le 21 juin, mais beaucoup évoquent un report à la rentrée.

Toyota anticipe un effondrement de 80% de son bénéfice opérationnel au cours de son exercice 2020-2021 qui s'achèvera le 31 mars prochain en raison de la pandémie de coronavirus. Le numero deux mondial de l'automobile a pourtant bien résiste au début de la crise avec un bénéfice net en hausse de 10% lors de son exercice annuel clos le 31 mars dernier. Toyota est un des rares constructeurs à livrer des prévisions pour les douze prochains mois malgré les incertitudes liées a la pandémie. Frederic Charles.

Akio Toyoda ne cache pas que le choc de cette pandémie est beaucoup plus violent que celui de la crise financière de 2008. Mais le patron du numéro 2 mondial de l'automobile ajoute que Toyota sera « le leader du rebond économique du Japon », une fois passée la crise sanitaire. Toyota s'attend a un recul de 20% de son chiffre d'affaires au cours de l'exercice 2020/2021. Mais le constructeur restera profitable. Et continuera d'investir massivement en recherche et développement ces deux prochaines années. Dans la robotique, l'intelligence artificielle, les voitures autonomes, les « smart cities », les villes numériques. Toyota estime que les ventes de voitures dans le monde en ce moment ne dépassent pas 60% de leurs niveaux de l'an dernier. Le marché mondial devrait retrouver au début de 2021 ses niveaux de 2019. Akio Toyoda note déjà un début de reprise en Chine. Mais l'impact de la pandémie de coronavirus, prévient-il, reste « vaste, significatif et grave » dans le monde.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias