#Francês da atualidade

Journal en français facile 10/07/2019 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Aurélien Devernoix : Bonsoir à toutes et à tous, il est 22h à Paris, 16h à Washington, l’heure de votre Journal en français facile. 
Il avait reçu le soutien de son gouvernement, mais Kim Darroch a préféré jeter l’éponge : l’ambassadeur britannique aux États-Unis a démissionné, pris dans le scandale de la révélation de ses déclarations peu sympathiques à l’égard de Donald Trump. Donald Trump qui a promis de durcir rapidement les sanctions contre l’Iran alors même que le conseiller diplomatique d’Emmanuel Macron se trouve à Téhéran pour tenter d’apaiser les tensions et qu’une réunion d’urgence sur le nucléaire iranien se tenait au siège de l’Agence Internationale à l’Énergie Atomique. Et puis les footballeuses américaines ont célébré aujourd’hui leur titre de championnes du monde à New York. En revanche elles n’iront pas à la Maison-Blanche.

-----

AD : La pression a donc été trop forte pour Kim Darroch, l’ambassadeur britannique aux États-Unis a annoncé sa démission aujourd’hui. C’est l’épilogue, le dernier épisode, de l’affaire des fuites de ses messages fort peu diplomatiques à l’égard de Donald Trump. Le président américain, rendu furieux par la publication de ces câbles très critiques à son égard et à celui de son administration, avait déclaré qu’il refuserait désormais tout contact avec l’ambassadeur. Correspondance à Washington Anne Corpet.

Depuis la fuite de documents officiels provenant de cette ambassade, il y a eu beaucoup de spéculations sur mon poste et la durée de mon mandat. Je veux y mettre fin. La situation actuelle m’empêche de remplir mon rôle comme je le souhaiterais » constate simplement l’ambassadeur dans sa lettre de démission. Lundi soir, le président américain avait annoncé sur Twitter que son administration coupait les ponts avec le diplomate. Mardi, Donald Trump avait poursuivi son offensive, et qualifié Kim Darroch d’idiot pompeux et de cinglé. À l’origine de la colère présidentielle, la divulgation de documents officiels rédigés ou signés par le représentant britannique à Washington : il décrivait une administration américaine inepte et dysfonctionnelle et qualifiait le président américain d’instable d’incompétent. Kim Darroch était un ambassadeur respecté dans la capitale fédérale et ses soirées étaient fréquentées par des proches de Donald Trump. Mais la rupture de tout contact avec l’administration américaine rendait son travail difficile, voire impossible. Les câbles diplomatiques sont normalement réservés à un usage interne et la question de l’origine de ces fuites se pose toujours.

AD : Donald Trump qui a annoncé aujourd’hui vouloir considérablement durcir les sanctions à l’égard du régime iranien, coupable à ses yeux de mentir sur le caractère civil de son programme nucléaire. Une déclaration sur les réseaux sociaux du président américain qui intervient alors le conseiller diplomatique d’Emmanuel Macron, Emmanuel Bonne, est en ce moment à Téhéran pour tenter de sauver ce qui peut encore l’être de l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien. Mais les autorités iraniennes ont fait part de leur volonté de ne pas céder aux pressions américaines. Téhéran et Washington qui se sont également affrontés ce mercredi à Vienne où se tenait une réunion extraordinaire de l’agence Internationale à l’Énergie Atomique. Et les deux camps se sont durement critiqués... les explications de notre correspondante en Autriche, Isaure Hiace.

Cette réunion extraordinaire s’est tenu dans un contexte tendu, alors que l’Iran a annoncé cette semaine avoir recommencé à enrichir de l’uranium au-delà de 3,67 %, le degré maximal fixé par l’accord. L’Iran, durement touché par les sanctions américaines, continue de demander aux Européens des garanties solides pour atténuer les effets de ces sanctions sur son économie. Ce mercredi, les États-Unis ont accusé Téhéran de violer les termes de l’accord pour extorquer des fonds à la communauté internationale. Critiques vives également, à la fin de la réunion, du représentant iranien vis-à-vis de Washington : l’application de la politique de la pression maximale, qui est destinée à l’échec est la principale cause de la situation actuelle, a -t-il expliqué. La situation a donc peu évolué, or le temps presse, car l’Iran menace de prendre de nouvelles mesures dans « 60 jours » si ses demandes ne sont toujours pas satisfaites.

AD : L’annonce par Donald Trump de sa volonté d’alourdir les sanctions contre l’Iran qui sonne comme un camouflet pour la France, dont le conseiller diplomatique d’Emmanuel Macron se trouve donc à Téhéran. Et autre motif de tension entre Washington et Paris, cette déclaration du président américain rapporté par l’agence Bloomberg. Donald Trump compterait lancer une enquête sur la décision de la France de taxer les géants du Net américains, Google, Amazon, Facebook et autres Uber. Selon l’agence de presse, le président américain serait prêt à imposer des droits de douane prohibitifs sur les produits français comme mesure de rétorsion. 

La France doit par ailleurs faire face à un dossier embarrassant en Libye. Les autorités françaises ont admis être propriétaires de missiles découverts par les forces progouvernementales libyennes dans une ville reprise au Maréchal Haftar. La France conteste toutefois avoir fourni ces armes en violation de l’embargo sur les armes en vigueur en Libye. Selon le ministère des armées, il s’agirait de missiles destinés à la protection d’un détachement français envoyé en Libye à des fins de contre-terrorisme.

L’actualité française toujours, Benjamin Griveaux sera le candidat de la République en Marche pour les municipales à Paris. La commission d’investiture du parti présidentiel a tranché ce soir et investi l’ancien secrétaire d’État et porte-parole du gouvernement. Il est préféré aux députés Cédric Villani et Hugues Renson.

C’était il y a trois ans jour pour jour, Kem Ley est assassiné en plein jour, au cœur de la capitale du Cambodge Phnom Penh. Ce commentateur était connu pour ses analyses sur la politique cambodgienne, et notamment pour ses prises de position sans concession à l’égard du parti du Premier ministre Hun Sen, au pouvoir depuis 34 ans. Des commémorations étaient prévues ce mercredi, mais elles ont été entravées par les autorités. La correspondance de Juliette Buchez.

Plus d’une cinquantaine de membres des forces de l’ordre encerclaient la station essence ce matin. Celle où Kem Ley a été assassiné le 10 juillet 2016. Quelques dizaines de personnes se tiennent malgré tout à distance comme Sothea. Je veux lui rendre hommage, car c’est une icône au Cambodge. Quand je vois d’autres personnes sont venues et qu’on ne peut rien faire, je trouve que c’est très triste. Car, plus tôt ce matin, trois hommes ont été emmenés par la police alors qu’ils déposaient des fleurs. D’autres arrivent avec un t-shirt commémorant la vie de Kem Ley. On leur demande de les couvrir. Malgré le climat tendu, Heng est venu boire son café comme d’habitude. Je crois que je ne fais rien de mal. Je suis un citoyen, comme Kem Ley : c’est mon droit. Nous avons perdu une personne qui osait commenter librement la situation/la réalité. L’assassinat du commentateur politique reste un sujet sensible. Alors que des proches du défunt ont dénoncé un acte politique. Des observateurs issus d’organisations de défense des droits de l’Homme étaient également présents ce matin. Parmi eux, Am Sam Ath vice-directeur de la Licadho. Aujourd’hui, il s’agit seulement de commémorer les 3 ans du meurtre de Kem Ley. C’est le droit des citoyens. Je pense que les autorités s’inquiètent que ce soit davantage politisé. Hier, 24 organisations ont encore demandé l’ouverture d’une enquête transparente et indépendante sur les circonstances qui ont entouré la mort de Kem Ley. 

AD : Du sport à présent et le Sénégal est le premier qualifié pour les 1/2 finales de la coupe d’Afrique des Nations de football. Les Lions de la Téranga ont battu les Écureuils du Bénin 1/0. Le Nigéria affronte en ce moment l’Afrique du Sud pour le deuxième quart de finale de cette journée. Elles sont championnes du monde. Les joueuses de l’équipe nationale américaine de football ont été reçues en héroïnes à New York aujourd’hui. La sélection des États-Unis a défilé dans les rues de Manhattan. Les joueuses ont en revanche confirmé qu’elles ne rendraient à la Maison-Blanche en cas d’invitation de Donald Trump. La capitaine de l’équipe Megan Rapinoe s’est d’ailleurs directement adressée sur CNN au président américain.

« Je pense que votre message exclut les gens. Vous m’excluez moi, vous excluez les gens qui me ressemblent, vous excluez les gens de couleurs. Vous excluez des Américains qui peut-être vous soutiennent. Je pense qu’il faudrait réévaluer votre message : “Make America Great Again”. Je pense que vous vous référez à une époque qui n’était pas satisfaisante pour tout le monde. Elle l’était peut-être pour quelques personnes, mais aujourd’hui elle ne l’est pas pour suffisamment d’Américains sur la planète. Et je pense que nous avons tous une responsabilité, vous avez une grande responsabilité en tant que dirigeant de ce pays de prendre soin de chaque individu et vous devez faire mieux pour tout le monde. »

AD : Megan Rapinoe, la capitaine de la sélection américaine de football. Il est bientôt 22h10 à Paris, 21h10 à Londres, merci d’avoir suivi ce Journal en français facile. 

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias