#Francês da atualidade

Journal en français facile 10/02/2021 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Vous écoutez RFI il est 21h à Paris, 20h en temps universel.

Romain Auzouy : Bonsoir à tous, bienvenue dans votre Journal en français facile présenté ce soir en compagnie de Zéphyrin Kouadio, bonsoir Zéphyrin.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir Romain, bonsoir à toutes et à tous.

RA : À la une ce soir : la deuxième journée du procès de Donald Trump. L'ancien Président américain jugé en destitution. L'un des procureurs démocrate l'a accusé aujourd'hui « de crime contre la Constitution » après l'assaut meurtrier contre le Capitole le 6 janvier.

ZK : Nouvelles tensions entre l'Arabie saoudite et les rebelles Houthis. Ces derniers ont revendiqué l'attaque ce mercredi contre un aéroport dans le sud du pays. Un avion de ligne a pris feu, sans faire de victimes.

RA : Et puis en France le hashtag sciences porcs. Après balance ton porc. Des étudiants des prestigieux établissement Sciences Po qui dénoncent des faits de violences sexuelles.

------

ZK : Le procès de Donald Trump commence très fort.

RA : Deuxième journée aujourd'hui de ce deuxième procès en destitution pour l'ancien président américain. Et déjà les procureurs démocrates qui l'accusent d'avoir déclenché l'assaut meurtrier du Capitole le 6 janvier dernier, ce sont sur ces faits que Donald Trump est jugé. « Donald Trump a abandonné son rôle de commandant-en-chef pour devenir l'incitateur-en-chef d'une dangereuse insurrection » a ainsi déclaré le chef des procureur, l'élu Jamie Raskin. Il évoque « un crime contre la Constitution ». La première journée du procès, hier, a été marquée par la plaidoirie d'un des avocats de Donald Trump. Pour une fois Républicains et Démocrates sont d'accord sur un point : elle était de très mauvaise qualité. Explications Marie Normand.

C'est un consensus rare dans ce procès en destitution : Bruce Castor n'est pas au niveau. C'est cet ancien procureur d'un comté de Pennsylvanie qui a ouvert la plaidoirie de la défense. À l'issue de sa prestation de 48 minutes, démocrates et républicains ont critiqué la faiblesse de ses arguments, un discours confus et des tournures alambiquées. « Il parlait pour ne rien dire », résume John Cornyn, avocat et sénateur républicain du Texas. Un autre sénateur de Louisiane Bill Cassidy dit même avoir voté avec les démocrates pour la poursuite des audiences, face à l'incapacité de la défense de démontrer qu'un procès serait inconstitutionnel. Selon plusieurs médias américains, Donald Trump lui-même ne serait pas satisfait de la performance de son avocat. Sacrilège : Bruce Castor l'a qualifié d' « ancien président ». Il concède donc que Donald Trump a perdu les élections de 2020 ce que ce dernier n'a jamais reconnu. L'avocat, lui, ne s'est pas démonté. Bruce Castor soutient que la journée a été « bonne » et qu'il ne « changera rien » d'ailleurs lors des prochaines audiences.

RA : Et pour rappel, Donald Trump sera condamné s'il recueille le vote des deux tiers des sénateurs contre lui, ce qui est très peu probable car il faudrait alors qu'en plus des voix démocrates, 17 élus républicains votent contre lui.

ZK : Les États-Unis qui appellent ce soir les rebelles Houthis du Yémen à « cesser immédiatement les agressions ».

RA : Cette réaction intervient après une attaque menée contre un aéroport, à Abha, dans le sud de l'Arabie saoudite. Un avion de ligne a pris, l'incident n'a pas fait de victime mais il témoigne des tensions à nouveau très fortes entre les Houthis et l'Arabie saoudite. Précisions Guilhem Delteil.

Ce mercredi matin, la coalition militaire anti-Houthis a annoncé avoir intercepté des drones armés dans le sud de l'Arabie saoudite. Ces drones visaient l'aéroport international d'Abha, selon le mouvement rebelle yéménite, pour qui ils ont ciblé les aires de stationnement d'avions militaires. L'aéroport d'Abha est utilisé, affirment les Houthis, pour lancer des opérations aériennes contre leurs troupes. Mais d'après les autorités saoudiennes, l'assaut de ce mercredi a touché un avion civil qui a pris feu. La coalition emmenée par l'Arabie saoudite dénonce une « attaque terroriste lâche » et évoque « un crime de guerre ». Depuis le début de la semaine, plusieurs attaques de drone ont pris pour cible l'aéroport d'Abha et pour la coalition militaire, celles-ci « mettent en danger des passagers civils ». Ce mardi, les Houthis s'étaient dit prêts à cesser ces assauts, contre l'aéroport d'Abha comme dans la province de Marib, un bastion loyaliste dans le nord du Yemen. Mais ils demandaient à l'Arabie saoudite de mettre d'abord un terme à ses attaques les visant. Le message du mouvement rebelle se disait adressé à Ryad mais aussi à Washington alors que la nouvelle administration américaine veut privilégier une solution diplomatique à ce conflit. « La guerre au Yemen doit cesser » a déclaré Joe Biden.

ZK : Également concernant l'Arabie saoudite, la libération d'une militante des droits humains.

RA : Nous avons souvent évoqué son cas sur RFI, il s'agit de Loujain al-Hathloul, militante saoudienne qui était en prison depuis trois ans. « Loujain a été libérée » a écrit sur Twitter sa sœur, et cela intervient alors que Riyad fait face à des critiques grandissantes concernant le respect des droits de l'homme. Elle avait été condamnée officiellement pour « diverses activités interdites par la loi antiterroriste ».

ZK : En France les langues se délient au sein des Instituts d'Études Politiques.

RA : Les langues se délient, cela veut dire que les gens parlent, ils se livrent à propos de faits condamnables. Là il s'agit de faits de violence sexuelles. La fin de l’impunité des agresseurs est réclamée. Alice Rouja.

Après #MeTooInceste et #MeTooGay, un nouveau mot dièse a envahi les réseaux sociaux : SciencesPorcs. Une contraction basée sur le nom de l’Institution mise en question : Sciences Politiques, une des plus grandes écoles françaises qui forme notamment les dirigeants politiques. Depuis dimanche soir plusieurs centaines d’étudiants anonymes témoignent de faits de violences sexuelles. Un exemple représentatif lu sur Instagram raconte le viol d'une étudiante de SciencesPo Aix, et puis la pression de l'administration afin de la dissuader de porter plainte « pour éviter de ruiner l'avenir du jeune agresseur ». Des faits qui se produisent lors de soirées étudiantes, week-end d’intégration ou encore pendant des événements associatifs. Ce que toutes ces voix révèlent, c’est une tendance générale de l’administration à minimiser la parole des victimes voire même, dans certains cas, à protéger les agresseurs. Une impunité qui ne passe plus pour cette génération étudiante.

RA : Sur le plan judiciaire, une enquête préliminaire a été ouverte pour viol à Toulouse, deux enquêtes pour agressions sexuelles à Grenoble et un signalement à la justice à Strasbourg.
Et puis aujourd'hui on a appris le placement en garde à vue du président du Centre national du cinéma français, Dominique Boutonnat, il est visé par une plainte pour agression sexuelle et tentative de viol de son filleul.

ZK : La pandémie de coronavirus. L'OMS vole au secours du vaccin AstraZeneca. 

RA : Ce vaccin objet de critiques. Une étude estime que son efficacité est « limitée ». Mais aujourd’hui l'Organisation mondiale de la Santé a en effet tenu à défendre ce vaccin, affirmant qu'il pouvait être administré aux plus de 65 ans. La polémique n'est pas pour autant terminée, l'Afrique du Sud a annoncé aujourd'hui écarter ce vaccin AstraZeneca, au profit du vaccin de Johnson & Johnson. C'est en Afrique du Sud qu'a été publiée l'étude qui met en cause AstraZeneca. 
Et puis également concernant la vaccination, pas question pour le moment de vacciner les voyageurs internationaux, ils ne sont pas prioritaires. C'est ce qu'estiment les experts de l'Organisation mondiale de la Santé.

ZK : Et puis une conséquence inattendue du confinement lié au coronavirus.

RA : Les opérations de chirurgie esthétique sont en forte augmentation en Suisse. Quel rapport me demanderez-vous ? Le télétravail a révélé ou renforcé des complexes physiques chez les utilisateurs de logiciels de visioconférence. C'est un reportage à Genève de Jérémie Lanche.

Marie travaille dans la finance à Genève. Le passage au télétravail a été un élément déterminant dans sa décision de se tourner vers la chirurgie esthétique. […] Marie a déjà réalisé des soins avant le confinement. Mais la période s'est avérée particulièrement propice pour avancer certaines opérations. […] Parmi les opérations les plus demandés, il y a les injections de botox, les liftings et les rhinoplasties. Hervé Raspaldo est chirurgien spécialiste du visage. […] Cette engouement pour la chirurgie esthétique à un nom. Le Zoom boom, du nom du logiciel de visioconférence. Jérémie Lanche, Genève, RFI

ZK : Et puis en football l'aventure de Raymond Domenech avec le club de Nantes est déjà terminée.

RA : L'ancien sélectionneur de l'équipe de France a été limogé après seulement sept matchs. Mais zéro victoire. Il était arrivé fin décembre à Nantes et désormais le club se trouve en position de barragiste, c'est-à-dire parmi les trois derniers de Ligue 1

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias