#Francês da atualidade

Extinction

mots-actu_e.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Extinction Rébellion. Une appellation qu’on peut prononcer à la française, de même que ses initiales, XR. Initiale vraiment ? Non pas exactement : on attendrait plutôt ER. Mais cette désignation abrégée nous vient de l’anglais, langue dans laquelle la première syllabe ex se prononce à peu près comme la lettre « x ». Et le mouvement que désigne cette formule est né, il y a un an, en Angleterre et ses premières manifestations importantes se sont déroulées à Londres. Il s’agit d’un mouvement d’activistes écologistes qui voudrait sensibiliser les populations et les gouvernements à l’urgence d’une politique de climat qui soit plus radicale et qui prend des mesures rapides et efficaces pour lutter contre le changement climatique et ses conséquences. Et ces conséquences pourraient, pensent les militants de XR, amener l’extinction de nombreuses espèces vivantes qui ne pourront survivre si l’environnement continue de se modifier comme il le fait actuellement. Et ce mot d’extinction a déjà été employé par les paléontologues, les chercheurs qui s’intéressent à l’évolution des espèces animales, et qui ont déjà recensé, dans un passé plus ou moins lointain, plusieurs grandes extinctions. Extinction, c’est-à-dire disparition. Mais c’est le mot qu’on emploie quand on parle de ces genres d’animaux qui ne se reproduisent plus. Il s’agit donc pour les militants XR de se rebeller pour éviter cette extinction, même si cette rébellion prend des formes non-violentes de désobéissance civique.

Extinction : un nom qui dérive du verbe éteindre et qui peut avoir des sens très différents. Concrets d’abord : on parle de l’extinction des feux, dans une langue assez administrative, formelle : il s’agit du moment où on éteint la lumière dans un lieu collectif, un dortoir par exemple : c’est l’heure de dormir maintenant, tout le monde dans le noir ! Mais on se souvient que le mot a aussi été en usage dans des textes plus théoriques : Louis-Napoléon Bonaparte, le futur Napoléon III prévoyait l’extinction du paupérisme : c’est le titre d’un ouvrage qui imaginait une politique pour mettre fin à la pauvreté. Mais le verbe s’éteindre lui-même signifie souvent mourir. On l’utilise comme un euphémisme, et il y en a beaucoup pour éviter ce verbe qui fait peur, et qu’on répugne à nommer. Mais il y a quand même un effet de sens lorsqu’on emploie ce mot : il s’agit d’une mort douce, presque tranquille et progressive : on ne l’emploierait jamais en cas de mort violente, accidentelle. Mais si l’on dit que quelqu’un s’est éteint, on sous –entend qu’il a quitté tout doucement cette vie, comme la flamme d’une chandelle qui finit par disparaître. Alors même que dans le cas de cette fameuse extinction rébellion, l’extinction est proportionnellement brutale !

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias