#Francês da atualidade

Droit dans ses bottes

mots-actu_d.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Emmanuel Macron droit dans ses bottes ! C’est l’expression qui est revenue régulièrement depuis qu’il a présenté ses vœux à la nation le soir du 31 décembrenathalie

. Pourquoi ? Parce qu’il a fermement précisé que la réforme des retraites serait menée à son terme, malgré les oppositions si fortes qu’elle suscite. L’affirmation que la réforme serait maintenue est venue avant les quelques propos en contrepoint qui attestaient que les colères ou les inquiétudes avaient été entendues. Ce qui fait dire aux journalistes que le président de la République maintient globalement ses positions. Autrement dit il reste droit dans ses bottes. C’est-à-dire qu’il ne tourne pas casaque, qu’il ne tourne pas le dos à ce qu’il pensait, qu’il ne recule pas, ou pas beaucoup.

Droit dans ses bottes ! Voilà une expression bien à la mode et qui n’est pas si ancienne. Cela fait à peine vingt-cinq ans qu’elle à la mode, même si peut-être on l’employait avant. Et elle est liée à Alain Juppé, Premier ministre en 1995, à une époque de grande agitation sociale. Juppé était connu pour une certaine obstination politique. Et pourtant ce n’est pas à propos des réformes envisagées et des grèves de l’époque que la phrase avait été prononcée : il répondait à des accusations qui mettaient en cause son mode d’habitation, celui de son fils, et les loyers payés à l’époque ; et il avait rejeté tout cela en bloc, en se disant « droit dans ses bottes ». 

Une expression qu’on imagine volontiers militaire : les bottes sont les chaussures de l’officier ; on imagine d’ailleurs facilement le cavalier. Cravache, dressage et rectitude… voilà les images spontanément associées à la formule.

Et les bottes sont présentes dans bien des expressions.

D’abord bien sûr ça évoque la marche. Traîner ses bottes ici ou là, c’est fréquenter telles ou telles région, ou quartier, ou même tel milieu… Mais c’est souvent à la marche longue qu’on pense : en avoir plein les bottes, plus familier, c’est être fatigué, en avoir assez de marcher. Mais souvenons-nous de l’image de l’officier qu’on vient d’évoquer : les bottes représentent aussi le pouvoir, le chef. Ce qui permet de comprendre des formulations comme cirer les bottes de quelqu’un, lui lécher les bottes… pour ne pas dire pire. Il s’agit du fayot (et là encore, le mot est familier !), de celui qui flatte les puissants en espérant en tirer un avantage. Et on sent bien que la phrase est négative et méprisante.

Enfin, on se souvient du bruit de bottes ! Allusion plus historique ! On évoque alors la possibilité d’un coup d’état fasciste. Ces bottes sont celles des SS, des unités spéciales de l’armée allemande qui faisaient appliquer d’une main de fer l’idéologie nazie. Si l’on parle de bruits de bottes, c’est donc toujours pour mettre en garde contre un possible coup d’État dictatorial.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias