mots-actu_b.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

La mort de Tomi Ungerer nous prive d’un artiste extrêmement sympathique et original. Scénariste, mais surtout dessinateur et peintre, il s’est surtout illustré dans la littérature pour enfants, qu’il a renouvelée, et partiellement inventée, avec une fausse naïveté et aucune mièvrerie. Et l’un des ouvrages qui lui ont valu son succès, c’est la célèbre histoire des Trois brigands ! Que sont donc des brigands ? Le mot est ancien, mais encore courant : les brigands sont des bandits. Et ce sens se comprend par rapport à l’origine du mot : les brigands appartiennent à une brigue. Ce dernier mot existe encore, pas dans le sens qu’il avait jadis : la première brigue était une troupe. Et au départ une troupe de soldats, pas nécessairement malhonnêtes. Mais pas toujours d’une délicatesse ou d’une probité totale. On sait que les soldats en maraude, entre deux campagnes ou entre deux batailles, peuvent avoir tendance à profiter de leur force et de leurs armes pour vivre sur le dos des populations qu’ils croisent : ils se conduisent en pays conquis comme on dit couramment, de façon cavalière et parfois brutale, en exigeant le gîte et le couvert (et on sait qu’au départ ces deux mots désignent à peu près la même chose : l’abri pour la nuit – c’est bien ça le couvert : ce qui vous couvre. Il ne s’agit pas des couverts qui servent à manger !). Mais si l’on revient à notre brigue, on comprend que les brigands ne sont pas toujours faciles à fréquenter. Le glissement a donc été facile pour que le brigand soit synonyme du bandit. L’origine est-elle la même ? On aurait pu le croire : le brigand appartient à une brigue, comme le bandit appartient à une bande. Ce n’est pas exactement ça : bandit dérive d’un vieux mot qui signifie proscrire, bannir, c’est-à-dire punir par éloignement. Techniquement bandit ne vient donc pas de bande. Mais on l’entend bien, les deux mots se ressemblent. Parallèlement, s’est donc développée une sorte d’étymologie populaire, inventée, fausse évidemment, mais si plausible ! Le bandit appartiendrait à une bande, comme le brigand à une bande, comme le gangster à un gang. Et là, l’origine est évidente. Pour ce mot usuel malgré son accent américain, on a un lien très proche entre le gang – la bande – et celui qui en fait partie, le gangster !

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

 

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias