#Francês da atualidade

À l'italienne

mots-actu_i.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Liaison à l’italienne ! C’est ainsi que parfois dans la presse on a qualifié la rencontre des présidents français et italiens. Échange cordial sur fond de relations très fraîches puisque le gouvernement italien, très à droite, n’est pas au mieux avec le pouvoir français. Mais lorsqu’il s’agit des présidents, c’est différent, et ils se sont rencontrés pour commémorer la figure prestigieuse de Léonard de Vinci, mort en France, à Amboise, dans la vallée de la Loire il y a cinq cents ans, puisqu’à l’invitation du roi François Premier, il y résidait au Clos Lucé depuis trois ans. Pourquoi liaison à l’italienne ?

En fait, il s’agit d’un clin d’œil à un vieux et charmant film des années 60, un film italien qui s’appelait « Divorce à l’italienne » avec Marcello Mastroianni, réalisé par Pietro Germi en 1962, suivi de « Mariage à l’italienne », deux ans plus tard. À cette époque, divorcer en Italie n’était guère facile, du fait du poids de l’Église catholique qui l’interdit. Et le titre du film a eu tant de succès – presque plus que le film lui-même – que l’expression est quasiment passée en proverbe ; en tout cas, elle s’est figée. Et bien souvent, on utilise encore cette tournure pour désigner une séparation en Italie, quelle que soit cette séparation. Par exemple lorsque le chanteur Luciano Pavarotti s’est séparé de son agent Herbert Breslin, la presse a titré, Divorce à l’italienne.

Mais que veut dire « à l’italienne » ? Tout simplement à la manière italienne, à la façon italienne, à la mode italienne, ce qui explique le féminin : à l’italienne, et non à l’italien.

Et cette tournure, on la trouve avec de très nombreuses nationalités.

Et souvent avec des expressions figées. À la grecque s’emploie par exemple en cuisine, à propos des champignons à la grecque. Il est fréquent de trouver de genre d’expressions à propos des préparations culinaires : Homard à l’américaine (ou à l’armoricaine…), cornichons à la russe.

Mais on peut avoir aussi bien des boutons cousus à la polonaise (« A la polonaise, Jacques ! » dit sa mère au héros de l’enfant de Jules Vallès)

Ou à l’anglaise, et là c’est plutôt pour filer. On notera que les anglophones utilisent une image inverse (To take the French leave). Et on ne sait pas exactement d’où peut venir l’expression, peut-être d’une association expressive : à l’anglaise, comme une anguille.

L’expression étant fortement structurée, elle a pu être importée dans d’autres régions grammaticales : à la hussarde, c’est à dire, à la manière des hussards… sans ménagement, assez brutalement… Et même aujourd’hui on peut de façon libre, accolé cet outil « à la… » avec par exemple un nom propre : Ca, c’est une formule à la Amar, c’est un coup à la Yvan…

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias