#Francês da atualidade

Journal en français facile 20/04/2020 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Jérome Bastion : Bienvenue sur Radio France internationale, il est 22h à Paris, 20h en temps universel, et c'est l'heure de votre Journal en français facile ! À la Une ce lundi 20 avril :
- Benyamin Netanyahu sauve son poste et peut-être aussi sa chemise, lui qui est poursuivi dans plusieurs affaires de corruption; il a conclu un accord pour un gouvernement d'urgence avec son rival Benny Gantz.
- le Portugal prépare un déconfinement très progressif qui pourrait notamment comprendre des mesures de restriction d'accès aux plages. En attendant, un hôtel hébergeant des immigrés a été entièrement évacué.
- il y a quelques mois encore, la compagnie aérienne à bas coûts Norwegian faisait trembler ses concurrents, eh bien désormais elle licencie près de 5 000 membres de son personnel navigant après la faillite de plusieurs filiales. 
 
-----
 
JB : Après seize mois de crise politique, Israël est sur le point de se doter d’un nouveau gouvernement. Le Likud de Benyamin Netanyahu a signé un accord de coalition avec le parti Bleu-Blanc de Benny Gantz. Alors que les négociations piétinaient depuis de nombreuses semaines, les deux dirigeants ont finalement annoncé être parvenus à un compromis ce soir, Guilhem Delteil.

Benyamin Netanyahu et Benny Gantz ainsi que leurs équipes de négociateurs se sont rencontrés à plusieurs reprises ces dernières semaines. Les deux dirigeants se sont vus ce matin encore mais les deux camps semblaient avoir du mal à s’entendre sur un point : la procédure de nomination des juges, point crucial alors que le procès de Benyamin Netanyahu pour corruption doit s’ouvrir le mois prochain. Finalement, l’accord signé ce soir prévoit que les deux partis auront des représentants au sein de la commission chargée de nommer les magistrats. Mais Benyamin Netanyahu obtient un droit de veto sur la désignation des deux principaux procureurs du pays. Benyamin Netanyahu et Benny Gantz devraient diriger le gouvernement en alternance, tous deux obtenant le titre de premier ministre alternant durant la totalité de la législature. Benyamin Netanyahu pourra rester au gouvernement une fois qu’il laissera le poste de premier ministre à Benny Gantz malgré ses mises en examen. Il pourra aussi entamer l’annexion de plusieurs pans de la Cisjordanie à partir du mois de juillet, en application du plan de Donald Trump. Cet accord, qui reprend bon nombre de ses positions de campagne, suscite toutefois la colère d’une partie de ses partenaires traditionnels : la formation nationaliste religieuse estime qu’elle ne pourra faire partie de ce gouvernement.

JB : Le Likud de Benyamin Netanyahu doit désormais faire valider cet accord par les formations de droite qui faisaient partie de son gouvernement jusqu’à présent. L'autorité palestinienne a condamné lundi la formation d'un gouvernement d'union entre le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et Benny Gantz, le jugeant favorable « à l'annexion » de pans de la Cisjordanie occupée et menaçant ainsi la « solution à deux États ».
 
Mais revenons maintenant à l'actualité du coronavirus, dont les répercussions sur l'économie continuent de bouleverser l'ordre mondial. Les cours du pétrole ont littéralement dévissé lundi, le prix du baril de brut américain (West Texas Intermediate, WTI) passant pour la première fois de l'histoire en valeurs négatives, ce qui signifie que les courtiers offrent de payer pour se débarrasser de leurs stocks d'or noir. Le cours du WTI pour livraison en mai a fini en baisse 306 % à -37,63 dollars, c'est à dire que les vendeurs proposent désormais de payer les acquéreurs pour ce contrat. Le Brent Mer du Nord a fini en baisse de 5,22 % à 29,93 dollars. Il valait 145 dollars en 2008.
 
Le secteur aérien traverse la pire crise de son histoire à cause de la pandémie du Covid-19. Depuis plusieurs semaines, les avions sont cloués au sol, et cela met de nombreuses compagnies dans une situation très délicate. C'est le cas de la compagnie à bas coûts Norwegian, forcée de déposer le bilan, Anieshka Kumor.

La faillite de la compagnie norvégienne et de ses quatre filiales est douloureuse. Plus de 1 500 pilotes et près de 3 200 membres d'équipage sont désormais au chômage, en Suède, au Danemark, en Finlande, en Espagne, au Royaume-Uni et aux États-Unis. Les quelques 2000 employés de Norwegian basés en Norvège, en France et en Italie ne sont pas, pour leur part, concernés par ces licenciements. Norwegian n'est qu'un exemple parmi tant d'autres dans un secteur qui paie le prix fort du blocus mondial. La plus grande incertitude règne quant au sort de Virgin Atlantic. Son fondateur et principal actionnaire, le milliardaire britannique Richard Branson, a demandé l'aide du gouvernement britannique. Un prêt de plusieurs millions de livres, que la compagnie s'engage à rembourser à l'avenir, comme EasyJet qui a obtenu une aide début avril. Toutefois, d'après le quotidien économique, The Financial Times, le Trésor britannique aurait repoussé la demande de Virgin Atlantic estimant que les aides déjà proposées aux entreprises devraient suffire. En tout cas, ces aides n'ont pas sauvé l'autre compagnie détenue par Richard Branson, Virgin Australie qui vient d'être placée en redressement judiciaire.

JB : Le Portugal, qui a déclaré l'état d'urgence sanitaire le 18 mars jusqu'au 2 mai réfléchit à alléger le confinement visant à freiner la propagation du coronavirus, mais pourrait rendre obligatoire le port des masques faciaux de protection dans les transports publics et imposer des restrictions sur les plages au cours de l'été. C'est le premier ministre Antonio Costa qui l'annonce dans une interview, alors que le pays a fait état de 19 685 cas confirmés de coronavirus et 687 décès. Et dimanche la mairie de Lisbonne a procédé à l’évacuation d’un hôtel hébergeant des immigrés en raison de soupçons de cas de coronavirus. 138 des 185 immigrés dans cette auberge se sont révélés positifs au Covid-19. Pris en charge par les services de santé, ils devront se soumettre à la quarantaine. Marie-Line Darcy. 

Au départ seuls deux cas suspects avaient été signalés parmi les immigrés et demandeurs d’asile qui vivaient dans l’auberge évacuée. La mairie a procédé à l’évacuation du bâtiment, transporté les 185 personnes à la mosquée du centre-ville où le dépistage a eu lieu. Ceux qui ne sont pas contaminés ont été transférés dans une auberge de jeunesse, d’où ils pourront regagner l’hôtel entre temps désinfecté. Le groupe de 138 cas positifs a été transféré dans une école militaire au sud du Tage. Elle n’est pas en service actuellement et les locaux ont été adaptés pour la mise en quarantaine. Avec ses 40 chambres seulement l’hôtel était surpeuplé. Il a été réquisitionné comme d’autres pour loger 800 des 950 personnes suivies par le conseil portugais des réfugiés.  Disposant de peu de ressources, le conseil a ainsi évité que ces hommes jeunes venus d’Afrique et d’Asie se retrouvent à la rue. Une enquête est en cours. Le Portugal a accordé une régularisation temporaire aux immigrés et demandeurs d’asile pendant l’épidémie de coronavirus. L’état d’urgence est prolongé jusqu’au 2 mai.

JB : Le groupe de médias qui détient le plus ancien journal du Portugal a annoncé lundi qu'il avait décidé de placer ses salariés au chômage partiel en raison des difficultés financières provoquées par la pandémie.

Le pape François a annoncé le report d'une année des prochaines Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) qui seront désormais organisées à Lisbonne en août 2023, « en raison de l'actuelle situation sanitaire », a annoncé lundi le Vatican.
 
Des croisiéristes portugais dont le navire avait été interdit d'accoster à Marseille ont pu débarquer à Barcelone ce lundi avec des ressortissants espagnols, français et d'autres venus de divers pays d'Europe, après un tour du monde commencé le 5 janvier et qui s'est terminé en pleine pandémie. Il n'y avait parmi les 1 814 passagers à bord aucun cas avéré ou suspecté de Covid-19. Un autre paquebot a lui accosté à Marseille après avoir longtemps cherché un port de débarquement avec à son bord plus de 1700 passagers, également tous indemnes.
 
L’Olympique de Marseille fait un geste à destination des femmes victimes de violences conjugale en mettant à disposition une partie de son centre d’entraînement de la commanderie. Des chambres individuelles qui sont inutilisées depuis le début du confinement. Période délicate pour la prise en charge des victimes. Une solution provisoire qui s’additionne à toutes celles déjà existantes dans la ville et qui continuent de fonctionner; mais une solution qui reste la bienvenue. Stéphane Burgatt.

La sensation d’avoir trouvé un refuge dans cet immense site sécurisé, les femmes accueillies parfois avec leur enfant témoignent de leur soulagement à la directrice de l’asso SOS femmes 13, Valerie Secco, responsable de leur accueil sur place : « c’est du soulagement car souvent la séparation se fait au moment d’une crise violente ; c’est lâcher toute la pression supportée pendant des mois, voire des années. Où elle sent aussi qu’il y a une équipe autour d’elle qui peut l’accompagner, dire eh bien voilà, on est dans un endroit où on est en sécurité, au calme ». Un accompagnement psychosocial est proposé à la vingtaine de femmes déjà accueillies dans ces chambres habituellement dévolues aux joueurs. Cette solution d’hébergement supplémentaire est une excellente nouvelle, dans une période aussi délicate que le confinement. Valérie Secco : « C’est sûr que de toute façon ça cristallise beaucoup de choses, hein, le confinement ; et évidemment quand il y a de la violence au sein de la famille, certainement ça va exacerber la violence. La période de confinement, c’est une surenchère, quoi, dans la question des violences, c’est un paramètre qui vient s’ajouter dans une situation qui est déjà difficile à gérer. » L’OM propose ainsi 44 places, la moitié est déjà occupée. Ce dispositif exceptionnel devrait durer jusqu’au 11 mai.

JB : Fin de ce journal, merci à vous de l’avoir suivi. Et prenez bien soin de vous et de vos proches 

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias