Vue d'ensemble du procès des criminels de guerre nazis à Nuremberg en Allemagne, en 1946.
Vue d'ensemble du procès des criminels de guerre nazis à Nuremberg en Allemagne, en 1946.
Bettmann / Getty

La justice internationale

C’est à l’issue de la Deuxième Guerre mondiale qu’après plusieurs tentatives infructueuses, des crimes sont jugés par un Tribunal international, à Nuremberg. Créé par les accords de Londres du 8 août 1945, il définit les notions de crime contre la paix, crime de guerre et crime contre l’Humanité. À partir des années 1990, l’ONU instaure des tribunaux internationaux temporaires, d’abord pour l’ex-Yougoslavie en 1993, puis pour le Rwanda, la Sierra Leone et enfin le Liban en 2009. Ils sont une sorte de laboratoire pour la création d’une Cour pénale internationale, opérationnelle en 2002. Il faut attendre dix ans pour que celle-ci prononce un premier verdict. Jusqu’en 2016 et l’ouverture d’une enquête sur le conflit Géorgie-Russie de 2008, les procédures ne visent par ailleurs que des crimes commis sur le continent africain, au point que l’Union africaine engage en 2017 une « stratégie de retrait collectif ». Les refus de collaborer des États-Unis et de la Russie sont d’autres facteurs de fragilité. Elle est enfin critiquée pour sa lenteur, le faible nombre des jugements rendus ne visant pas toujours les plus hauts responsables. Malgré le progrès incontestable que représente l’existence d’une institution pérenne, la CPI demeure aujourd’hui l’esquisse de ce qui pourrait devenir un jour une véritable justice internationale.

النشر بتاريخ 21/01/2019 - التعديل بتاريخ 24/01/2019

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias