صوتي

Percée dans l'électronique implantée

Le pacemaker est l'équipement électro-ceutique le plus connu par tous.
Le pacemaker est l'équipement électro-ceutique le plus connu par tous.
Don Farrall/Getty
Il est question d'« électro-ceutique ». Il s'agit d'un domaine qui recouvre tous les systèmes électroniques médicaux qui sont implantés dans le corps humain. Une équipe de chercheurs de l'université américaine de Stanford a publié une étude dans laquelle ils présentent une technologie qui pourrait faire faire un grand bond en avant à ce domaine.

02'04" - Première diffusion le 24/05/2014

Quand on dit « électro-ceutique », le moyen le plus simple de se représenter de quoi il s'agit, c'est de penser au pacemaker, le stimulateur cardiaque. Plus généralement, il s'agit des dispositifs implantés dans le corps humain pour des raisons médicales. La plus grosse difficulté avec cette technologie, c'est qu'on travaille avec des appareils électriques, et il faut donc les alimenter. À l'heure actuelle, plusieurs options sont possibles. Si on garde l'exemple du pacemaker, c'est assez simple, ils ont en général une batterie qui est implantée avec. Ce sont des batteries à grande durée de vie, mais tout de même, il faut les changer de temps en temps et donc repasser sur la table d'opération.

Il y a d'autres systèmes qui utilisent plutôt ce qu'on appelle la charge sans contact. Comme son nom l'indique, le chargeur et la batterie n'ont pas besoin de se toucher pour que ça fonctionne. Mais le souci, c'est que la distance entre les deux doit être assez réduite, ce qui veut dire que quand on l'applique en médecine, l'appareil implanté doit être relativement proche de la peau, pour pouvoir être à une distance efficace sur chargeur. Ils ont tout de même un très grand avantage, ils n'ont pas besoin d'avoir une batterie avec une grande capacité puisqu'on peut les recharger souvent.

C'est là qu'intervient ce système développé par une équipe de chercheurs de l'université américaine de Stanford. Ils ont réussi à augmenter significativement la distance que l'on peut mettre entre l'appareil et son chargeur. Concrètement, en médecine, cela veut dire que l'on peut implanter de toutes petites machines, pas plus grandes qu'un grain de riz, directement dans l'organe que l'on veut traiter et plus seulement juste sous la peau.

Vous l'imaginez, ça peut être très utile. Ces dispositifs peuvent par exemple envoyer des microcharges électriques pour atténuer la douleur très rapidement, alors qu'avec un traitement médicamenteux classique, il faudrait plusieurs heures, voire plusieurs jours pour avoir cet effet, sans parler des douleurs chroniques, encore plus compliquées à traiter. On pense aussi à des puces fonctionnant sur le même système qui peuvent être greffées dans le cerveau. Elles pourraient offrir une piste pour le traitement, par exemple, de la maladie de Parkinson.

Aujourd'hui, ce système n'est pas encore disponible, il ne vous sera pas proposé à l'hôpital puisque ces chercheurs viennent tout juste de publier les résultats de leurs expériences sur des animaux. Des tests couronnés de succès avant l'étape des expérimentations sur l'homme.

النشر بتاريخ 08/02/2016 - التعديل بتاريخ 11/04/2018 - بواسطة Simon Rozé

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias