Le président Jacques Chirac lors de l'émission de télévision autour du référendum sur la Constitution européenne, le 14 avril 2005 à Paris.
Le président Jacques Chirac lors de l'émission de télévision autour du référendum sur la Constitution européenne, le 14 avril 2005 à Paris.
Pool Interagences/ Gamma-Rapho
مقالة

Chirac: 10 ans à l’Élysée, et après…

Dix ans après son arrivée à l’Élysée, les temps sont durs pour Jacques Chirac. La politique de son gouvernement n’en finit pas d’être critiquée, les Français demeurent particulièrement réticents face à la Constitution européenne qu’il leur propose de ratifier le 29 mai 2005 et les sondages montrent que les deux tiers de ses compatriotes sont « déçus » de sa décennie à la présidence. Pour ses noces d’étain avec la France, Jacques Chirac ne bénéficie pas d’un état de grâce pour cause d’anniversaire. Cela ne l’empêche pas d’affirmer qu’il veut se préoccuper avant tout de « l’avenir ».
بحسب Valérie Gas -

Alors que le 7 mai 2005 marque le dixième anniversaire de son élection à la présidence de la République, la question qui hante les esprits est de savoir si Jacques Chirac tentera, en 2007, de rester 5 ans supplémentaires à l’Élysée. Pour le moment, le président de la République préfère éviter de se prononcer sur le sujet et affirme son désir de se consacrer simplement à « l’action », c’est-à-dire à « ce qui doit se passer dans le proche et le moyen avenir », comme il l’a expliqué récemment dans une interview sur la chaîne de télévision France 2. Et en vertu du calendrier politique, il lui faut donc penser avant tout à l’échéance du référendum du 29 mai sur la Constitution européenne.

C’est pour cette raison qu’au lieu de célébrer l’anniversaire de ses dix ans de présidence, Jacques Chirac a décidé de se consacrer à la campagne pour le « oui » au référendum. Car le dossier européen fait partie de ses engagements majeurs depuis 1995. Un « non » des Français à la Constitution jetterait une ombre sur le bilan du président et réduirait du même coup inévitablement sa marge de manœuvre lors des grandes échéances à venir, élections présidentielles de 2007 en tête. Jacques Chirac va aussi mesurer à l’occasion de ce scrutin sa crédibilité de champion de la politique extérieure et de défenseur d’une exception française dans les relations internationales, qui ont constitué jusqu’ici ses points forts.

La voix de la France

À en croire les évolutions de la cote de popularité présidentielle lors des dix années écoulées, l’action de Jacques Chirac n’a en effet jamais été aussi appréciée que lorsqu’elle a concerné les questions internationales. Le président a obtenu à trois moments précis un fort soutien de l’opinion : après les attentats du 11 septembre 2001, lorsqu’il a été l’un des premiers chefs d’État à apporter son soutien aux États-Unis frappés par le terrorisme, après la victoire des Bleus à la Coupe du monde de football 98 qui a provoqué une euphorie dont il a bénéficié, mais surtout, en 2003, lorsqu’il a pris la tête du camp des anti-guerre et s’est opposé aux États-Unis à propos de l’intervention en Irak.

C’est sur ce créneau de l’indépendance française face au grand allié américain que Jacques Chirac a obtenu le plus d’échos. En faisant entendre une voix différente sur la scène mondiale, il a séduit les Français mais aussi ses interlocuteurs internationaux. Dans les pays arabes notamment, où ses positions sur le conflit israélo-palestinien ou la guerre en Irak en ont fait un président très apprécié des dirigeants et de la rue. C’est en n’hésitant pas à s’opposer à George W. Bush que Jacques Chirac a gagné ses galons de héraut de la cause des plus faibles. Une image qu’il a peaufiné en prenant des positions engagées sur les thèmes du développement durable et de l’environnement.

Des promesses non tenues

En matière de politique intérieure, Jacques Chirac n’a pas obtenu les mêmes satisfactions. Lui qui s’était présenté comme l’homme qui allait réduire la « fracture sociale » en France, ne peut s’enorgueillir dix ans après d’y être parvenu. La politique menée par ses différents gouvernements n’a pas permis de réduire le chômage et les inégalités. Et les Français sont descendus plusieurs fois massivement dans la rue pour manifester leur mécontentement face à des promesses de lendemains radieux systématiquement oubliées lorsqu’il a fallu réformer la sécurité sociale ou le système des retraites et réduire les dépenses pour remplir les objectifs européens.

Déçus et mécontents de la politique économique et sociale de l’ère Chirac, les Français ont aussi été rendus méfiants par la mise au jour de plusieurs affaires dans lesquelles le chef de l’État pourrait être impliqué, comme celle des emplois fictifs de la ville de Paris. L’immunité accordée à Jacques Chirac tant qu’il est président lui a permis de ne pas être inquiété pour le moment par la justice, mais sa mise en cause dans des malversations a provoqué une large désapprobation dans l’opinion.

En 10 ans de présidence, Jacques Chirac a fait des bourdes politiques qui lui ont coûté cher - lorsqu’il a dissous l’Assemblée nationale en 1997 et a perdu les législatives qui ont suivi. Il a aussi su à d’autres moments saisir les opportunités qui s’offraient  - en ralliant 80 % des Français à sa candidature au deuxième tour de la présidentielles de 2002 contre le candidat du Front national, Jean-Marie Le Pen. Il a aussi fait preuve de courage politique - lorsqu’il a reconnu le rôle de l’État français dans la déportation des juifs durant la Seconde Guerre mondiale - et mené des combats difficiles - en faisant adopter une loi controversée sur la laïcité. À deux ans de la fin de son deuxième mandat, il lui reste maintenant deux étapes à franchir s’il veut remonter sa cote de popularité et se trouver en position, en 2007, de choisir de continuer ou de se retirer :  obtenir le « oui » des Français lors du référendum sur la Constitution européenne et réaliser le changement de politique économique et sociale que ses compatriotes attendent.

النشر بتاريخ 12/01/2017 - التعديل بتاريخ 12/01/2017

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias