Les troupes géorgiennes ont envoyé des roquettes en Ossétie du sud, le 8 août 2008.
Les troupes géorgiennes ont envoyé des roquettes en Ossétie du sud, le 8 août 2008.
REUTERS
مقالة

Offensive géorgienne, riposte russe

La communauté internationale se montrait inquiète, après que l'armée géorgienne eut lancé une attaque d'envergure contre Tskhinvali, capitale de la région séparatiste géorgienne pro-russe d'Ossétie du Sud. Dans l'après-midi du 08 août 2008 une colonne militaire russe, forte d'une cinquantaine de chars lourds et de camions transportant des troupes, est entrée dans Tskhinvali. Après les combats de la veille qui ont causé la mort d’une dizaine de personnes, le président géorgien Mikhaïl Saakachvili avait ordonné un cessez-le-feu et une reprise du dialogue. Mais le cessez-le-feu aura été de courte durée. Tbilissi a annoncé vouloir restaurer « l’ordre constitutionnel dans la zone de conflit ». Des centaines d'habitants de Tskhinvali ont été tués dans l'offensive géorgienne, a annoncé le président du territoire indépendantiste, Edouard Kokoïty, cité par l'agence russe Interfax.
بحسب RFI -

Selon l'agence russe Interfax, les forces géorgiennes sont entrées ce vendredi matin dans Tskhinvali, la capitale de l'Ossétie du Sud. Les combats seraient localisés dans la partie sud de la ville.

Toutefois, ces informations sont à prendre avec précaution. Selon le ministère de l'Intérieur géorgien, les troupes ne seraient pas encore entrées dans la capitale pour laisser aux civils le temps de partir.

Autour de Tskhinvali, la Géorgie aurait également pris le contrôle de huit villages selon des sources géorgiennes.

 

Pas d’accord au Conseil de sécurité

Les bombardements de la nuit dernière ont causé la mort d'au moins 15 civils et ont fait beaucoup de blessés. La mission de maintien de la paix russe en Ossétie du Sud a été visée et trois soldats russes ont été blessés.

Le Conseil de sécurité des Nations Unies s'est réuni en urgence cette nuit pendant plus de deux heures. Les membres permanents n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur un projet de déclaration proposée par la Russie et le Conseil de sécurité a décidé de ne pas prendre d'initiative.

La Russie aurait commencé à intervenir de son côté. Selon le ministère géorgien de l'Intérieur, trois avions russes ont largué des bombes sur les positions géorgiennes en Ossétie du sud. Moscou a démenti vendredi que ses forces aériennes aient attaqué la Géorgie.

 RFI)

L'Ossétie du sud s'est autoproclamée république indépendante en 1992.
(Carte : RFI)

Un conflit issu de l’éclatement de l’URSS

Les tensions s'accumulent depuis plusieurs mois entre la Géorgie et l'Ossétie du Sud. Le week-end dernier, des échanges de tirs entre l'armée géorgienne et les forces de sécurité ossète ont fait six morts.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, les violences ont repris. Le cessez-le-feu décidé jeudi entre les deux camps n'aura duré que quelques heures. Selon les autorités géorgiennes, les militaires ossètes n'en ont pas tenu compte. Ces derniers ont dès jeudi soir tiré sur des villages géorgiens. Ce sont ces tirs qui ont déclenché l'offensive géorgienne.

Mais le conflit entre l'Ossétie du sud et la Géorgie couve depuis plus de 15 ans. Depuis la chute de l'URSS, L'Ossétie du sud souhaite rejoindre la Fédération de Russie aux côtés des Ossètes du Nord.

Le pays a proclamé son indépendance en 1992 et depuis cette date la Géorgie souhaite le réintégrer dans le giron national.

Dans ce conflit, la Russie joue un double rôle. Moscou tente de calmer le jeu, mais dans le même temps, les Russes supportent mal le rapprochement de la Géorgie avec les régimes pro-occidentaux. Il est en effet question que la Géorgie intègre les forces de l'Otan prochainement.

النشر بتاريخ 08/11/2016 - التعديل بتاريخ 08/11/2016

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias