Le Premier ministre indien Narendra Modi lors du le 6e sommet des BRICS à Brasilia, le 16 juillet 2014.
Le Premier ministre indien Narendra Modi lors du le 6e sommet des BRICS à Brasilia, le 16 juillet 2014.
Ueslei Marcelino/REUTERS
مقالة

L’Inde bloque les négociations de l’OMC

L'Inde a bloqué, jeudi 31 juillet 2014, un important accord de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) en refusant de parapher le texte conclu à Bali en décembre 2013. Le Premier ministre indien Narendra Modi n'a pas voulu céder sur son exigence concernant les stocks alimentaires. Il considère le texte trop vague, ne donnant des garanties à l'Inde que jusqu'en 2017. L'enjeu pour les Indiens étant de sécuriser de façon permanente leur programme de subventions des denrées alimentaires de base pour les populations pauvres.
بحسب RFI -

Avec notre correspondant à New Delhi, Sébastien Farcis

L'Inde était préoccupée par une chose : poursuivre ses subventions de céréales en faveur des familles les plus pauvres. Le Parlement a adopté l'année dernière une loi qui garantit du riz, du blé et d'autres céréales à des prix très bas, pour 800 millions de personnes, soit les deux tiers de la population dans un pays où un enfant sur deux de moins de cinq ans est mal nourri.

Le souci est que, selon les règles de l'OMC, de telles subventions ne peuvent pas dépasser 10% de la valeur de la production totale d'un pays, et que l'Inde est sur le point d'enfreindre cette clause. Cependant, pour Anwarul Hoda, professeur et ancien directeur adjoint de l'OMC, la décision de l'Inde est disproportionnée. « Ces subventions n'étaient pas réellement menacées par cet accord. Elles représentaient une infraction pour laquelle il est possible de demander une exception à l'OMC. Si ce recours n'avait pas été accepté, alors ce refus de signer aurait été justifié », déclare-il.

Certains estiment que ce refus est le fruit du manque d'expérience de ce nouveau gouvernement dans des dossiers de commerce international. Le Premier ministre Narendra Modi aurait été influencé par ses administrateurs, qui ont préféré éviter toute impopularité à travers un accord qui pouvait remettre en cause ces subventions alimentaires.

النشر بتاريخ 22/02/2017 - التعديل بتاريخ 22/02/2017

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias