Dans cette photographie prise le 19 mai 2009, les soldats sri lankais portent les restes du chef rebelle des Tigres tamouls, Velupillaï Prabhakaran, dans le district de Mullaittivu.
Dans cette photographie prise le 19 mai 2009, les soldats sri lankais portent les restes du chef rebelle des Tigres tamouls, Velupillaï Prabhakaran, dans le district de Mullaittivu.
STR/Associated Newspapers of Ceylon/AFP
مقالة

Les rebelles tamouls admettent leur défaite

Les rebelles tamouls ont annoncé, le 17 mai 2009, avoir cessé le combat contre l'armée gouvernementale dans leur minuscule enclave du nord-est de l'île, admettant ainsi leur défaite militaire au terme de trente-sept ans de conflit séparatiste. Selon l'armée, le chef des Tigres tamouls, Velupillaï Prabhakaran, a été tué.
بحسب RFI -

Selon l'armée, la fin de la guerre est très proche. Mètre par mètre, les soldats sri-lankais s'emparent du minuscule carré de jungle encore occupé par les rebelles et passent au peigne fin les dernières positions fortifiées des Tigres tamouls.

Même si les séparatistes admettent leur défaite et annoncent avoir cessé le combat, l'armée compte « achever » les derniers Tigres qui continuent de résister.

« Il n'y a pas de cessez-le-feu », a annoncé le porte-parole des forces armées, « nous allons poursuivre jusqu'au bout nos opérations de nettoyage ».

Selon cette source officielle, il n'y a plus de civils dans la zone de guerre : 50 000 personnes,  piégées dans le feu croisé de l'armée et de la rébellion, sont sorties de la jungle pour rejoindre des camps de refugiés.

Le sort de Velupillaï Prabhankaran, fondateur des Tigres tamouls semble scellé. L’armée a annoncé sa mort, survenue au moment où il tentait de s’enfuir à bord d’une ambulance en compagnie de deux autres combattants. Un responsable de la présidence sri-lankaise a par ailleurs indiqué à l'AFP qu'il avait vraisemblablement été tué le lundi (11 mai 2009) .

النشر بتاريخ 14/06/2017 - التعديل بتاريخ 14/06/2017

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias