L'ancien roi Gyanendra parle aux médias avant son départ à Katmandou, le 11 juin 2008.
L'ancien roi Gyanendra parle aux médias avant son départ à Katmandou, le 11 juin 2008.
Brian Sokol/Bloomberg via Getty
مقالة

Le roi Gyanendra, sans sceptre et sans couronne

Deux semaines après l'abolition de la monarchie, l'ancien roi du Népal a quitté son palais du centre de la capitale. Avant de partir, l'ex-monarque a rendu sa couronne et son sceptre royal. Dans une allocution solennelle, lue à la télévision, Gyanendra a dit respecter la proclamation de la République.
بحسب RFI -

C'est le principal symbole de la victoire des maoïstes sur la monarchie. L'épilogue annoncé d'un processus politique qui a duré deux ans. Gyanendra hors les murs de son palais, c'est surtout la fin d'un roi médiéval, vénéré comme l'incarnation de Vishnou le dieu protecteur.

Là où il s'en va, le dernier héritier de la dynastie des Shah ne protégera plus que ses intérêts personnels et des actifs évalués à plusieurs centaines de millions de dollars.

Et comme le nouveau gouvernement républicain est plutôt généreux, Gyanendra a reçu en cadeau de départ un ancien palais royal et une garde rapprochée de 75 soldats et policiers.

Seulement, Sa Majesté, son épouse et leur suite devront renoncer à 600 employés, « des secrétaires, des femmes de ménage, des jardiniers », tous promus agents de la nouvelle République du Népal.

Avant de quitter le palais, Gyanendra a voulu parler une dernière fois aux Népalais. Dans une brève allocution télévisée, l'ancien souverain n'a exprimé aucun remords. Il a rejeté toutes les accusations de corruption et fait part de sa tristesse quant aux accusations inhumaines, dont il aurait été victime.

Beau joueur, Gyanendra a tout de même précisé qu'il respectait la proclamation de la République. Sans sa couronne ni son sceptre, l'ex-dieu roi est aujourd'hui un simple citoyen.

النشر بتاريخ 05/07/2017 - التعديل بتاريخ 11/07/2017

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias