Les népalais crient des slogans après la proclamation de la République, à Katmandou, le 29 mai 2008.
Les népalais après la proclamation de la République, à Katmandou, le 29 mai 2008.
Prakash Mathema / AFP
مقالة

Célébration de la nouvelle République

Les parlementaires népalais ont officiellement aboli la monarchie qui régnait sur le pays depuis deux cent trente-neuf ans. Ils ont proclamé une République fédérale et laïque. Au lendemain de cette proclamation, la presse népalaise est unanime pour célébrer la proclamation de la nouvelle République. Cependant, elle souligne que, dans le pays le plus pauvre d'Asie du Sud, les défis qui attendent le nouveau régime promettent d'être colossaux.
بحسب RFI -

Avec notre correspondant à Katmandou, Pierre Prakash.

« Vive la République » affiche en français la une du Kathmandu Post le 29 mai 2008. « À compter d’aujourd’hui, nous les Népalais, nous ne sommes plus les sujets de la dynastie des Shah qui se moquaient du peuple pendant plus de 240 ans », poursuit l’éditorial du plus important journal anglophone du pays et de remercier les maoïstes qui, force est de le reconnaître, sont les principaux architectes de cette transition historique, inimaginable il y a encore deux ans.

« Pour autant, il faudra s’assurer que les anciens rebelles respectent bien leurs engagements envers le multipartisme et les valeurs démocratiques », souligne le journal.

« La naissance d’une République ne signifie pas que tous les problèmes du pays vont être réglés du jour au lendemain », acquiesce pour sa part The Himlayan Times qui appelle « tous les partis politiques à faire preuve de maturité afin de sauvegarder les intérêts vitaux du pays, nos leaders politiques vont devoir apprendre à travailler ensemble », explique le quotidien qui insiste sur le fait que « le processus de paix ne sera complet que lorsque la constitution aura été rédigée et le sort de l’armée de libération populaire, la branche armée de l’ex-guérilla maoïste, définitivement réglé ».

النشر بتاريخ 05/07/2017 - التعديل بتاريخ 11/07/2017

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias