Pendant près de trois décennies, le pesticide a pollué les sols de Guadeloupe (image) et de Martinique.
Pendant près de trois décennies, le pesticide a pollué les sols de Guadeloupe (image) et de Martinique.
Agnès Rougier / RFI
مقالة

Le pesticide chlordécone aux Antilles: «L’État est le premier responsable»

Le chlordécone, un pesticide très polluant utilisé aux Antilles de 1972 à 1999 dans les plantations de bananes, a fait l'objet d'une commission d'enquête parlementaire qui a rendu public son rapport le mardi 26 novembre 2019. Les réponses aux questions posées sont d’ores et déjà connues, et elles sont sans ambiguïté.
بحسب RFI -

« Indéniablement, l'État est le premier responsable ». C'est la conclusion de cette commission d'enquête parlementaire qui s'est penchée sur les responsabilités et a clairement relevé des négligences de l'État.

► À écouter aussi : Le chlordécone, le pesticide qui empoisonne les Antilles

En 1972, le ministère de l'Agriculture avait accordé une autorisation de vente d'un produit à base de chlordécone alors que des rapports scientifiques montraient déjà la toxicité ce produit. Autre signal qui aurait dû alerter les autorités, l'accident survenu aux États-Unis dans une usine de fabrication de ce pesticide, et qui a eu des conséquences sanitaires sur les ouvriers exposés au chlordécone.

Réparations pour les victimes

Mais la commission précise que l'État n'est pas le seul responsable. Des industriels, des groupements de planteurs et même certains élus ont défendu l'usage du chlordécone qui a donc été utilisé aux Antilles pendant plus de vingt ans. Aujourd'hui encore, il est suspecté d'être à l’origine de cancer de la prostate, très nombreux aux Antilles.

Pour ce qui est de la réparation, la commission propose d'abord une protection des populations face aux risques sanitaires, un soutien financier aux victimes économiques, mais aussi une aide à la recherche en matière de santé et de technique de dépollution.

النشر بتاريخ 27/11/2019 - التعديل بتاريخ 27/11/2019

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias