Le chalutier russe l'Oleg Naïdenov est amarré à Dakar le 5 janvier 2014, après avoir été observé en train de pêcher illégalement dans les eaux sénégalaises.
Le chalutier russe l'Oleg Naïdenov est amarré à Dakar le 5 janvier 2014, après avoir été observé en train de pêcher illégalement dans les eaux sénégalaises.
Seyllou / AFP
مقالة

Le Sénégal se lance dans la lutte contre la pêche illicite

Dimanche 5 janvier 2014, les autorités ont arraisonné un chalutier russe, l'Oleg Naydenov, qui comptait à son bord 62 Russes et 20 Bissau-Guinéens. Ce bateau, qui dispose de moyens importants, pêchait illégalement dans les eaux territoriales sénégalaises. Malgré la volonté politique, l'actuel Code de la pêche est peu dissuasif : le texte, qui devrait bientôt être modifié, ne prévoit pas de peine de prison, mais une amende.
بحسب RFI -

« Ce navire qui fait 120 mètres de long, qui a une puissance de destruction et de capture extrêmement puissante, a pêché frauduleusement, sans aucune autorisation, dans les côtes sénégalaises », indique Haidar el-Ali, le ministre de la Pêche et des Affaires maritimes.

« L'Oleg Naydenov a caché son identité. Un navire pareil qui en un coup de chalut peut capturer 50 tonnes à 1000 francs CFA le kilos, cela fait 50 millions de francs. Ce genre de navire, quand il est arraisonné avec le Code de la pêche, a une amende maximum de 200 millions de francs. Vous voyez qu'en réalité, la loi ne nous permet pas d'être répressif », déplore le ministre.

 

►À (ré)écouter Pêche illicite au Sénégal : un manque à gagner estimé à 150 milliards de francs CFA

 

« C'est pour cela, conclut-il, que nous allons introduire un décret pour que des navires étrangers qui viennent piller nos ressources soient saisis et soient la propriété de l'État sénégalais. Je rappelle aussi qu'il y a une cinquantaine de navires identiques qui sont au large de nos côtes qui rentrent frauduleusement de temps en temps, et que nous ne permettrons pas cela. »

النشر بتاريخ 26/10/2018 - التعديل بتاريخ 19/11/2020

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias