#تعلم الفرنسية من خلال الأخبار

Surgelé

mots-actu_s.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

27 députés surgelés ! Est-ce une blague ou une information ? Un peu les deux en fait. Une blague ? Pourtant cela correspond bien à une réalité : il ne s’agit pas d’une invention ou d’une fausse nouvelle, mais d’une image pittoresque, pas si mal trouvée, qu’on doit à Sandro Gozi, lui-même député européen.

On sait que le Royaume-Uni, qui fait encore partie de l’Union européenne, en principe jusqu’au 31 octobre, puisque les conditions de sa sortie ne finissent pas de poser problème, a élu des députés européens. Et ceux-ci quitteront leur fonction lorsque les Britanniques quitteront l’Europe, et seront remplacés par des députés, que l’on connait déjà, mais qui ne peuvent encore prendre leurs fonctions.

D’ici là, les voilà surgelés, en attente de décongélation. L’image fait-elle appel à la pratique des aliments surgelés ? Oui bien sûr, mais pas seulement ! On pense aussi à ce fantasme qui a donné lieu à des films et des livres : l’humain qui se fait congeler, fixe et immobilise sa vie, artificiellement pétrifié, pour qu’on le réveille, qu’on le réchauffe, qu’on le décongèle dans cent ans ou mille ans, et qu’il puisse reprendre vie dans un autre monde. Comme un désir de se transformer en Belle au bois dormant !

Alors la donne est bien différente pour les députés surgelés ! Mais on les imagine bien, députés sans l’être, congelant leur victoire électorale (puisqu’ils ont été régulièrement élus) jusqu’à ce qu’elle puisse prendre vie pour de bon. De façon un peu semblable, on pourrait dire qu’ils hibernent, c’est-à-dire qu’ils sont en sommeil pendant toute une période. Et au sens propre, ce verbe hiberner s’utilise pour des animaux, les ours par exemple, qui passent une partie de l’hiver dans un genre de sommeil, pendant lequel ils vivent sur leurs réserves.

Mais rappelons-nous nos députés surgelés : l’autre image qui est à l’œuvre dans cette plaisanterie, c’est évidemment celle des aliments soumis au froid. Le marché du surgelé s’est tant développé, surtout en Occident, qu’on a maintenant des marques et des magasins qui s’y consacrent. Mais les consommateurs eux-mêmes profitent de ces techniques : on peut acheter un produit frais, le refroidir et le conserver au congélateur pendant plusieurs mois.

On remarque donc qu’on est en face de deux constructions un peu différentes : congeler et surgeler.

On a souvent chez soi un congélateur, qui permet de garder les aliments au froid, ou même de les congeler. Alors que lorsqu’on fait ses courses, c’est du surgelé qu’on achète. Une différence de vocabulaire qui correspond à une différence de technique : la surgélation se fait de manière industrielle, en exposant très rapidement les aliments à des températures très basses. Quand on congèle, l’opération se fait plus progressivement, et à des températures moins froides. Mais une fois les aliments refroidis, quelle que soit la technique, on dit qu’on a affaire à du surgelé, pas du congelé. Et c’est le mot qu’on utilise très naturellement dans un usage figuré. Pour un député par exemple !

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias