#تعلم الفرنسية من خلال الأخبار

Stop

mots-actu_s.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Stopcovid : une application qu’il est difficile de mettre en place ! Une application, on le sait, destinée à installer un « traçage » numérique des utilisateurs, afin de les alerter s’ils ont côtoyé un malade du coronavirus, afin donc de diminuer les contacts entre personnes susceptibles de se contaminer, de propager l’épidémie. Cette appellation dit bien e qu’elle veut dire : il s’agit de stopper la progression du covid, de la maladie et du virus qui la porte.

Stop ! Le mot est clair ; il claque comme un ordre et en même temps il peut évoquer ce freinage rapide, le crissement caractéristique de toute une machinerie qui s’immobilise.

Et c’est bien là son origine. Ce mot on le trouve en français depuis le 19ème siècle et il nous vient d’Angleterre et arrive en français à peu près en même temps que la révolution industrielle. Il nait en tout cas avec le développement de la machine à vapeur ! 

En anglais, il existait déjà depuis longtemps, et notamment dans le vocabulaire maritime : c’était un mot des manœuvres de marins. Un mot donc qu’on peut crier d’un bout à l’autre du bateau, pour se faire comprendre, donner un ordre. Son aspect bref et exclamatif s’y prête. Et c’est la pratique de la marine à vapeur, dans laquelle l’Angleterre a un peu d’avance, qui lui fera passer le Channel et s’installer en France. Pendant longtemps d’ailleurs, il restera associé au fonctionnement des machines.

Il n’est donc pas si étonnant de le retrouver dans le code de la route : le stop est un signal. Et on utilise le mot pour cette injonction faite aux automobilistes de s’arrêter, en particulier à un croisement. Le stop, c’est à la fois le panneau, le signal et l’ordre représenté. On parle donc de brûler ou de griller un stop quand on ne le respecte pas.

Et on reste dans le vocabulaire des transports pour s’apercevoir que le stop désigne aussi d’escale, le moment où l’on s’arrête. Surtout en anglais il faut le dire, même s’il arrive, mais rarement, de dire qu’on fait un stop à tel à tel endroit. En revanche, si l’on n’en fait pas, on peut parler d’un parcours non-stop : un vol non-stop pour un avion par exemple. Et l’expression est devenue assez à la mode pour qu’elle signifie simplement « sans interruption », et qu’on l’utilise comme un adverbe dans une langue un peu familière : Quelle bonne soirée : on a rigolé non-stop !

Et le mot est encore très utilisé, probablement sous l’influence de l’anglais, en composition. Par exemple pour s’opposer à quelque chose : Stop pub lit-on sur de petites affichettes qu’on peut coller sur les boites aux lettres pour éviter – pour interdire – le courrier publicitaire. Ou ce stopcovid dont on nous parle en ce moment. Et voilà donc pour le sens qu’il a quand il est mis en première position. En revanche quand il est placé après un mot, il peut avoir une signification très différente, presque opposée : on fait de l’autostop non pas pour interdire la voie à la voiture qui arrive, mais pour qu’elle vous prenne à son bord !

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias