#تعلم الفرنسية من خلال الأخبار

Reste

mots-actu_r.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Restes suprêmes ! C'est le titre, un peu provocant et un peu étrange, que le plasticien Dorcy Rugamba a donné à l’exposition qu’il présente en ce moment à la Biennale d’art africain à Dakar. Biennale, c’est le nom qu’on va donner à une manifestation qui se reproduit régulièrement tous les deux ans, biennale. Mais pourquoi « restes » ?  Il faudrait le demander à l’artiste, mais enfin on peut réfléchir, imaginer… D'ailleurs, RFI nous apprend que c’est une tentative de réflexion sur la place des objets africains, et en particulier des objets précieux, dans les collections européennes. Alors, les restes de quoi ? De la trace de certaines civilisations ? Peut-être. Des contradictions de l’histoire coloniale ? Peut-être aussi.

En tout cas, le mot reste nous interroge. Évidemment, il dérive du verbe rester, avec souvent des sens particuliers, parce que le reste, c’est ce qui est encore là. Sous-entendu, quand autre chose a disparu. Autre chose de plus important. Par exemple des restes d’une gloire passée. Et l’expression a quelque chose d’un peu nostalgique: ces restes sont la plupart du temps des témoignages dérisoires, inutiles, qui témoignent ironiquement une grandeur qui n’est plus là.

Parce que le mot a souvent un sens proche de celui de débris! C'est un fragment, mais qui a survécu à une catastrophe, un naufrage, une destruction, et qui, presque miraculeusement, est indemne, est encore là, quand l’essentiel est perdu. Et ce mot de reste, il peut s’employer de manière abstraite: on parle des restes d’une gloire passée, des restes d’une intelligence chez quelqu’un qu’une maladie cérébrale diminue.

Un emploi assez macabre en fait aussi le synonyme de cadavre: les restes de quelqu’un, c’est son corps sans vie. Et puis, d’un point de vue simplement alimentaire, il s’agit de ce qu’on n'a pas mangé à la fin d’un repas: ce qui reste dans les assiettes ou ce qui reste dans les plats.

Mais attention, parfois, le mot a des emplois spécifiques, particuliers. À propos du temps par exemple et même à propos de la vie. « Vivre entre ses parents le reste de son âge » dit Du Bellay. Il s’agit du temps qui nous reste à vivre, qu’un n’a pas encore vécu, mais qui par définition n’est pas mesurable parce qu'on ne sait pas à quel moment on va mourir.

Et le mot renvoie souvent d’ailleurs à tout ce qu’on n’a pas pris en compte précisément. Par exemple, j’ai mille francs: je vais en donner cent à ma sœur, cent à mon meilleur ami, cinquante à mes voisins. Et le reste, on dit aussi fréquemment tout le reste, ira aux bonnes œuvres.

Avertissement !  
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo Ministère de la culture 2022

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias