#تعلم الفرنسية من خلال الأخبار

Pognon

mots-actu_p.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

« Les aides sociales coûtent un pognon de dingue ! » Une phrase du président de la République qui suscite la polémique. Et qui d’ailleurs met en avant une expression familière : « de dingue » pour dire « beaucoup ». Et un mot familier, pognon ! Le mot appartient à l’argot, sans être vraiment vulgaire. Et bien sûr le vocabulaire de l’argent est extrêmement bien représenté dans le lexique argotique. L’argent, bien souvent, on ne sait comment en parler ! Et le sujet est un peu tabou. Comme le sexe, l’élimination physique, la mort, le crime, il fait partie de ces matières dont on ne sait trop comment parler… ce qui nourrit évidemment l’argot.

Pognon n’est pas un argot tout récent. Il ferait même un peu désuet, mais il s’emploie et se comprend encore. Et comme pour plusieurs mots dont le sens est à peu près le même, on n’est pas trop sûr de son origine. Une histoire pourtant est associée à cette naissance supposée. Le chef-comptable des usines Schneider du Creusot s’appelait Henri Pognon. Il régnait donc sur les salaires, et on peut comprendre que son nom ait été associé à la paye de la fin du mois.

D’autres mots, relayant une association d’idées qu’on trouve dans des langues très nombreuses, lie l’argent aux premières nécessités, à la survie, donc à la nourriture. C’est peut-être le cas du mot fric, qui pourrait dériver de fricot : ce qui mijote dans la casserole : on se souvient d’une autre phrase familière : c’est lui ou elle qui fait bouillir la marmite, c’est-à-dire c’est lui ou elle qui gagne l’argent du ménage. Et quand on parle de blé pour désigner l’argent, on est bien sûr dans la même imagerie. Céréale riche par excellence, elle a de surcroît la chance d’être dorée, donc d’évoquer l’or…

Et cet argot est souvent très vieux. L’étonnant est que parfois un mot très ancien réapparaît dans l’argot des jeunes gens, après un long purgatoire, pendant lequel il n’était pratiquement plus employé. C’est le cas pour thune, par exemple, mot assez à la mode depuis une ou deux générations, et pratiquement disparu auparavant. La thune ? Au 19e siècle, au 20e, une appellation familière d’une pièce de cinq francs. Et bien avant, un mot qui appartient à l’argot le plus vieux, celui du royaume d’argot. Au moyen-âge, le roi de Thune, qui évoque le roi de Tunis, régnait sur cette pègre qui se déguisait pour mendier. Et la thune était le nom argotique de l’aumône qu’on demandait en mimant l’infirmité. Tout un théâtre qui a fait rêver et qu’on a retrouvé quatre siècles plus tard dans le roman de Hugo, Notre-Dame de Paris. Et pour finir avec un autre mot qui nous vient du moyen-âge, on citera la maille. Là encore le terme est en faveur auprès des locuteurs d’aujourd’hui. Alors que jadis, il désignait la plus petite unité monétaire, celle dont on ne pouvait imaginer utiliser la moitié : ç’aurait été trop peu !

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo CANOPE

Coproduction du réseau CANOPÉ.
www.reseau-canope.fr  

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias