#تعلم الفرنسية من خلال الأخبار

Ouvrir le bal

mots-actu_o.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

On apprenait récemment, sur RFI, et à propos de la Guinée que les partis politiques avaient ouvert le bal, dans le cadre des concertations nationales. C’est-à-dire que cède sont les partis politiques qui ont les premiers répondu à l’invitation de la junte. Ils ont été les premiers à se manifester, et marqué le coup d’envoi de ces concertations précise-t-on sur RFI. On voit donc que cette ouverture du bal correspond au coup d’envoi. Et en effet c’est bien le sens de cette expression toute faite, un peu figée, mais souvent utilisée dans les médias. Assez typique d’un langage qui n’est pas tout à fait spontané, relativement surveillé, avec des images, les locutions qui viennent toute seules à l’esprit, un peu comme des automatismes. Et il est vrai que c’est l’une des particularités du style journalistique: on écrit tous les jours, vite car le rythme des informations l’exige, et on est pris dans ces habitudes de langue !

Ouvrir le bal veut donc dire commencer, être le premier à faire quelque chose (ou les premiers s’il s’agit d’un groupe, ou même d’un couple - au sens propre, il faut être deux pour ouvrir un bal !)

Si la locution s’entend ou se lit beaucoup dans les médias, c’est souvent parce qu’elle est empruntée au vocabulaire du sport, et notamment des jeux de ballons. Lors d’un match, on dit facilement qu’untel a ouvert le bal, lorsqu’il a ouvert la marque, marqué le premier but ou le premier essai. Le verbe est le même dans les deux formulations (ouvrir la marque, ouvrir le score, ouvrir le bal) et cette façon de dire va donner une caractère festif au commentaire : le jeu comme une fête à danser !

C’est bien le sens d’origine de ce mot bal : une grande réunion dansante, au départ réservée à la bonne société. Avec souvent des codes de fonctionnement : la première danse est inaugurée par les personnes les plus importantes. Pour un bal royal, le roi et la reine vont l’ouvrir.

Alors les bals ne sont pas réservés aux altesses : on parle souvent des bals populaires, des bals du 14 juillet etc. Le mot d’ailleurs s’est appliqué non seulement à cette pratique mais aux lieux qui l’accueillaient : le bal du Moulin Rouge, le bal Blomet. De toute façon aller au bal a toujours été synonyme d’aller s’amuser, faire la fête.

Et le souvenir des conventions des bals très formels est resté parfois dans la langue : jadis, dans des cercles très fermés de la bonne société, les femmes avaient des carnets de bal. Les cavaliers s’inscrivaient pour avoir leur danse ! Et aujourd’hui encore, quand on dit « mon carnet de bal se remplit », cela signifie que je suis très occupé et que mon emploi du temps est très plein.

Avertissement !  
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias