#تعلم الفرنسية من خلال الأخبار

Maison mobile et Mobile home

mots-actu_m.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Parmi les recommandations qu’on peut remarquer sur le site France Terme, on a vu récemment qu’il vaut mieux dire maison mobile que mobile home.

Un mot pour rappeler ce qu’est France Terme : il s’agit d’un site qui émane de la Délégation à la langue française et aux langues de France, et qui s’occupe de néologie (des nouveaux mots français) et des équivalents francophones à des mots étrangers qu’on utilise souvent en français, par habitude, faute de mieux, ou faute de connaitre les mots français qui permettent d’éviter ces emprunts.

Alors en effet, on nous suggère de parler de maison mobile, plutôt que de mobile home, une expression anglaise. Une traduction presque littérale. Mobile existe dans les deux langues : la graphie est la même bien que la prononciation bien sûr soit différente. Et si les sens ne sont pas exactement semblables, l’idée centrale est la même : ce qui est mobile est ce qui est susceptible de bouger.

Qu’appelle-t-on donc mobile home ? De petites maisons préfabriquées, montées sur roues, qu’on peut installer où l’on veut. Où l’on veut vraiment ? Où l’on peut en tout cas : il faut les déposer sur un terrain adapté, autorisé, où les raccordements indispensables sont possibles (eau, électricité…). Les roues ne sont pas enlevées, mais elles sont cachées, ceci fait que la maison peut sembler tout à fait sédentaire. Une maison posée, peut-on la déplacer facilement ? Pas exactement : la plupart du temps, il faut un convoi particulier. Ce qui fait que ces maisons mobiles sont bien souvent installées une fois pour toutes dans un lieu précis. Beaucoup d’entre elles ne sont donc plus mobiles… Mais la langue anglaise leur a gardé cette caractéristique de départ, et l’équivalent français a conservé cette étrangeté. Faut-il le regretter ? Pas forcément ! Souvent un mot prend son autonomie quand justement, s’ancre vraiment dans la langue lorsqu’il y a un décalage entre son usage et son origine.

On trouve d’ailleurs plus petit que ces maisons mobiles. Là encore, la chose et son appellation nous vient de pays de langue anglaise, et on entend parler de tiny house : maison minuscule, le même principe que ces maisons mobiles, mais en miniature, et que souvent on peut monter soi-même si l’on est bricoleur. Et leurs faibles dimensions permet plus facilement qu’on les déplace, même si c’est moins facile que pour une caravane. Alors quel équivalent à ce tiny house ? Maisonnette n’irait pas très bien: le mot existe déjà, et désigne simplement une maison ordinaire, mais pas bien grande. Alors que micro maison est une nouveauté. Le terme fait réagir, étonne : il est inhabituel pour désigner un mode d’habitation, ou une modeste résidence secondaire, qui lui non plus n’est pas encore habituel.

Avertissement !  
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias