#تعلم الفرنسية من خلال الأخبار

Journal en français facile 31/05/2020 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Bienvenue sur Radio France Internationale, il est 22h à Paris, 20h en temps universel, et c’est l’heure de votre Journal en français facile !

Jérôme Bastion : Et à la Une de l’actualité de ce samedi 30 mai, tout d’abord :
- des dizaines de villes américaines sont toujours le théâtre de manifestations massives et souvent violentes, malgré le renforcement des mesures de sécurité. Il y a d’ailleurs eu des victimes et des arrestations, le Président Trump veut légiférer. 
- après 10 semaines sans aucun fidèle pour freiner la propagation du coronavirus, l’esplanade des mosquées à Jérusalem a pu rouvrir aux musulmans et aux juifs qui sont invités à porter le masque et à contrôler leur température avant de se recueillir.
- la Chine, deuxième économie mondiale et la première à subir les effets du confinement, peine à relancer sa production industrielle, qui s’est contracté en mai par rapport au mois d’avril, alors que les secteurs des services et du bâtiment connaissent une reprise plus dynamique.

-----

JB : Le président américain Donald Trump a annoncé dimanche que son administration allait inscrire la mouvance d’extrême gauche antifasciste (ou antifa), sur sa liste américaine des organisations terroristes. Le président Trump a attribué à cette mouvance et à d’autres « extrémistes radicaux » - comme il les définit - les débordements ayant fait dégénérer en émeutes des manifestations faisant suite la mort d’un homme noir de 46 ans aux mains de policiers blancs. « La violence organisée et menée par Antifa et d’autres groupes similaires (…) est du terrorisme intérieur et sera traitée comme tel », a indiqué le ministre de la Justice William Barr dans un communiqué. Il faut dire que le pouvoir fédéral américain a de quoi perdre patience, après 6 jours de manifestations qui non seulement gagnent en popularité, mais aussi en intensité et l’épreuve de force avec les éléments des forces de l’ordre, déployées en masse, est de plus en plus récurrente. Les rassemblements pacifiques du début de semaine, après la mort de George Floyd lundi, se sont en effet transformés en une vague quasi-insurrectionnelle qui a gagné tous les États-Unis, avec pillages, violences et affrontements signalés dans près d’une centaine de villes américaines. Vincent Souriau.

Un symbole : le couvre-feu décrété dans plus de 25 communes. Ça n’était pas arrivé aux États-Unis depuis 1968. Depuis l’assassinat d’un certain Martin Luther King, 50 ans plus tard, rien n’a changé, les Noirs sont toujours discriminés. C’est le message des casseurs et des pillards qui font le choix de la violence. Les voitures de police incendiées à Philadelphie, les magasins pillés à Los Angeles, les policiers agressés et hospitalisés à Richmond en Virginie. On déplore un mort et trois blessés à Indianapolis après qu’un homme a tiré dans la foule. Des échauffourées dans le centre de Brooklyn à New York, jets de pierre et de bouteilles contre gaz lacrymogènes. Le feu a pris dans les grandes métropoles, dans les villes moyennes, et comme hier, jusqu’à la Maison Blanche où la sécurité de Donald Trump fait face elle aussi à des manifestants très en colère. Dans l’ensemble du pays, au moins 1 500 arrestations en l’espace de 24 heures.

JB : Les rassemblements de protestation ont d’ailleurs gagné d’autres pays, comme la Grande-Bretagne où une manifestation s’est déroulée devant l’Ambassade des États-Unis à Londres.

Trois joueurs noirs de Bundesliga ont rendu hommage ce week-end sur les terrains allemands à George Floyd, l’Afro-Américain de 46 ans, décédé après son arrestation lundi à Minneapolis. Le geste le plus spectaculaire a été celui de l’attaquant de Mönchengladbach Marcus Thuram, fils du champion du monde français 1998 Lilian Thuram, qui a mis un genou à terre dimanche pour célébrer un but.

Réouverture des mosquées de Jérusalem et principalement Al Aqsa qui était fermée depuis le 15 mars dernier. Lieu particulièrement sensible l’esplanade des Mosquées est administrée par le Waqf de Jérusalem, un organisme qui pour des raisons historiques, dépend de la Jordanie. Michel Paul.

« Par l’esprit et par le sang, nous sauverons El Aksa. Allah ouAkbar. Dieu est grand » se sont écriés les milliers de fidèles qui se sont élancés ce matin à l’aube pour le Fajr, la prière du matin sur l’esplanade des mosquées. Le sheikh Omar, le directeur de El Aksa, le troisième lieu saint de l’Islam est confiant. Toutes les mesures de précaution ont été prises. « La mosquée ne fermera pas une nouvelle fois. La vie va reprendre son cours normal en coexistence avec le virus. Inch Allah ! » Certains des fidèles ont préféré attendre la mi-journée pour éviter les bousculades à l’entrée de l’esplanade. « C’est une sensation formidable bien sûr ! Toutes les mosquées sont à nouveau ouvertes. C’est extra. Je pense que c’était une bonne décision de fermer toutes les mosquées. » Aujourd’hui c’est le premier jour de réouverture et il y avait beaucoup de monde. Tout le monde avec des masques. Une émotion accompagnée d’un regain de tension après la mort hier de Iyad Hallaq, un Palestinien de 32 ans atteint d’autisme abattu par des gardes-frontières à deux pas de l’une des entrées de l’esplanade des mosquées.

JB : Et à Paris, c’est le parvis de Notre-Dame qui a été rouvert à la visite à l’occasion de la Pentecôte, plus d’un an après un grave incendie qui a détruit une bonne partie de la cathédrale, sa toiture et sa flèche notamment ; le parvis était interdit au public pour décontamination après une pollution au plomb. Le chantier de reconstruction doit être achevé d’ici à 2024.

La deuxième économie du monde peine à surmonter la crise économique mondiale causée par la pandémie : l’activité économique du géant chinois repart, mais à un rythme mesuré. Le secteur manufacturier progresse encore au cours de ce mois de mai qui se termine, alors que la stagnation mondiale repousse les espoirs d’une véritable reprise et le retour aux taux de croissance précédent la crise sanitaire. Stanislas Ndayishimiye.

C’est une progression qui était attendue pour un 3e mois consécutif et qui part de loin. Ayant repris graduellement leurs activités après la fin des mesures de confinement généralisé pour lutter contre l’épidémie de coronavirus, les entreprises chinoises du secteur manufacturier ne tournent pas pourtant encore à plein régime. Même si l’épidémie partie de Chine a reculé sur le territoire, elle s’est transformée en pandémie et il y a encore des contaminations en hausse dans certains pays à travers le monde. Malgré donc la reprise de l’activité en Chine, plusieurs industries manufacturières locales sont toujours en difficulté, suite à la chute de la demande extérieure. La demande intérieure reste elle aussi faible, suite notamment aux inquiétudes quant à la progression du chômage, ainsi que la crainte d’une deuxième vague de contamination. Ce qui explique en partie la lenteur de la reprise de l’économie chinoise, qui s’était contractée à 6.8 % au premier trimestre, pour la première fois depuis l’introduction des statistiques officielles sur la croissance. 

JB : Un ingénieur allemand qui avait pris le premier vol de retour en Chine d’employés européens, a été testé positif au coronavirus sans toutefois présenter de symptômes, ont indiqué dimanche les autorités locales. L’homme était à bord d’un avion transportant une majorité d’Allemands, environ 200 employés et leurs familles, parti de Francfort (Allemagne) et ayant atterri samedi à l’aéroport de Tianjin, à une centaine de kilomètres au sud-est de Pékin.

New Delhi a commencé son déconfinement, la plupart des transports en commun fonctionnent à nouveau, ainsi que l’essentiel des commerces, mais certaines professions sont bien plus exposées, telles que les kinésithérapeutes, qui doivent manipuler le corps de leur patient. Certains ont repris le travail, mais parfois habillé d’un équipement intégral et des mesures d’hygiène draconiennes. Notre correspondant à New Delhi a rencontré l’un de ces médecins. Reportage Sébastien Farcis. 

Le Dr Saif Hassan Naqvi est kinéostéopathe dans le sud de New Delhi, mais depuis une semaine, il ressemble plutôt à un cosmonaute. Il porte la combinaison intégrale bleue utilisée par les docteurs traitant les patients du Covid-19, ainsi qu’une visière et des gants. « Ces combinaisons sont trop petites pour moi, dit-il. Au début, je m’écroulais de fatigue en fin de journée. Maintenant, je mets le ventilateur et la climatisation, cela aide. Le plus important, c’est que les gants sont assez fins pour que je sente bien les artères et les nerfs des patients ». Après chaque client, le Dr Naqvi passe 15 min à asperger la pièce ainsi que sa combinaison de désinfectant, et change ses gants. Cela rassure ce patient, un joueur professionnel de cricket. « Tout le monde a peur dans cette situation. Mais il prend tellement de précautions que nous lui faisons confiance. » Le Dr Naqvi reçoit 5 fois moins de patients qu’avant, mais pour lui, il est essentiel de revenir au travail. Ce virus ne va pas partir dans un mois. Cela va prendre de 3 à 6 mois avant que nous soyons tous immunisés. Donc il ne faut pas avoir peur de sortir. Nous devons apprendre à vivre avec ce virus. Dans sa clinique, il est pour l’instant le seul à avoir redémarré.

JB : L’Inde a expulsé deux membres de l’ambassade du Pakistan à New Delhi qu’elle accuse d’espionnage. Ils doivent quitter l’Inde « dans les 24 heures », dit le ministère indien des Affaires étrangères, a ajouté le ministère dans un communiqué.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias